Histoire Secrète Index du Forum Histoire Secrète
Le passé de notre humanité avec ses mystères et ses secrets
 
 FAQ   Rechercher   Membres   
 S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée.
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Histoire Secrete -> L' Agora
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mitra



Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Jeu 30 Juin - 18:27 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Revue du message précédent :

ARATCH a écrit:

Le "SATANA" va être écrasé, ratatiné par le bull qu'il avait lui-même lancé  Razz


Shocked tu te refferes a quoi / quelle histoire ou sources pour dire ça ? et qu'ets ce que ça signifie en des termes moins esotériques Question
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 30 Juin - 18:27 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ARATCH
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 1 Juil - 11:43 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Mitra a écrit:

ARATCH a écrit:

Le "SATANA" va être écrasé, ratatiné par le bull qu'il avait lui-même lancé  Razz


Shocked tu te refferes a quoi / quelle histoire ou sources pour dire ça ? et qu'ets ce que ça signifie en des termes moins esotériques Question
A mon avis , si le spirituel existe, il utilise la force même de ce ou celui qui veut l'écraser ! plus la force est grande, plus bulldozer puissant , plus le contrecoup en retour sera destructeur . On peut vérifier ce principe dans certaines techniques de combat en Asie .
Revenir en haut
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Ven 1 Juil - 13:17 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Salut,


ARATCH a écrit:
Contrairement a mithra, horus et tous les autres Jesus ne se regarde pas le nombril, ce n'est pas une entité égocentrique . Là se trouve une différence essentielle à débattre !


Non seulement c'est une affirmation, mais elle est sans fondement.

Toute les divinités sont par excellence des symboles de magnanimité, de générosité, de salvation et de désintéressement. Pour les peuples, ce sont des grandes guides qui font que la nature nous prodigue des ressources et des merveilles considérées comme infinies.

Franchement, en quoi Horus ou Mithra sont-ils plus égocentriques que Jésus? Tu peux l'expliquer précisément?
Réponse : non.

Citation:
Les évangiles se complètent et si on les imbrique , il y a une parfaite harmonie .


Il faut être croyant pour dire ça.

Mitra a écrit:
Comme je disais dans un autre débat que a partr d'un texte religieux on a la copie carbone des moeurs et valeurs ascendantes d'une société. A 99 % les dieux sumeriens agissent pour le coté matériel (confort , nourriture, sexe, possession) c'ets revelateur d'une société qui ne s'est pas encore élevé vers des agissements moraux .


Je pense que tu te trompes. Simplement, chaque culture possède ses propres codes de morale. Simplement ce qui est juste pour les uns ne l'est pas forcément pour les autres. Par exemple, les sumériens n'auraient certainement pas admis qu'on brûle une femme pour sorcellerie, du fait que pour eux, les arts mystiques étaient hautement considérés. Mais il semble bien que, d'après ce que l'on connaît de Sumer, il y avait bien des codes législatifs : judiciaires, commerciaux, professionnels, etc - c'était une civilisation à part entière.

Vu comment la province sumérienne était organisée, il y a bien aussi une politique, des projets de développement, des ressources mises en commun, ce qui nécessitait forcément des codes de moralité, et une élévation d'esprit. Il y a même des tablettes dont je ne me souviens plus la référence qui expliquent le partage des ressources, sous le regard des dieux.

Sumer est une civilisation et non pas une religion. Le système chrétien n'était pas moins matérialiste que celui de Sumer : le Vatican est un "vestige" qui le démontre amplement. Dans la religion, il y a la théorie d'une élévation, mais dans les faits, un clergé applique une politique réduite à des contingences purement matérialistes.

ARATCH a écrit:
PS 1 : pour moi, "fils de l'homme" signifie que Jésus a pris un corps de chaire, il accepte pour un temps la condition humaine .C'est en temps qu'homme qu'il pouvait racheter les péchés du monde ; il fallait qu'il se trouve dans le même état que Eve et Adam ; surtout avec les mêmes faiblesses .....


Neutre et objectif tu disais? Ce sont des arguments purement religieux. Déjà, il faudrait croire à ce qu'une âme est en mesure de s'incarner; et que l'organisme n'est qu'une enveloppe, genre poupée russe.

Comment peut-on encore croire à ça aujourd'hui?

ARATCH a écrit:
J'ai trouvé cette explication qui me semble très juste :
du grec Christos
Traduction du mot hébreu Mashiah (en français "Messie") qui signifie "celui qui a été oint". Le mot "Christ" a été progressivement joint à celui de Jésus pour traduire sa nature de Messie et de Fils de Dieu.


Voilà, ça c'est neutre et objectif. Ce n'est peut être pas transcendant aux yeux de certains, c'est moins spectaculaire qu'une glorification, mais ça a l'avantage d'être vérifiable et donc de pouvoir être débattu - sans parti pris, procatholicisme et cie.

ARATCH a écrit:
Exact, personnellement , je ne fais aucune affirmation,


Ce n'est pas une tare que d'affirmer quelque chose.

De plus j'ai dit : "dieu est une croyance", c'est un constat. je ne vois pas comment on peut le dire autrement.

Ton problème est de t'attacher à la surface des choses. Tu bloques sur la forme de l'expression mais sans vraiment approfondir l'idée.

Le mot "croyance" n'est pas péjoratif, il est ici employé au sens propre.

Citation:
je n'ai jamais dit que j'étais croyant et ou chrétien


Tu n'as pas à te justifier. On n'est pas dans un procès discriminatoire : seuls tes arguments sont analysés ou critiqués. Un peu de critique n'est pas une plaie mortelle.

Citation:
si j'ai cité les évangiles , je l'ai fait sans dire qu'il fIl eallait croire ou pas à tel ou tel passage. Par contre je ne fais que rapporter des constatations personnelles


Est-ce quelqu'un a contesté cela : tu es libre. Comme je suis libre de ne pas être d'accord et d'avoir mes points de vue sans que quelqu'un s'amuse à faire de la discrimination.

Citation:
Il est grave , dangereux et prosélyte de dire que Dieu n'existe pas car cela devient un prêche d'un clan, d'une croyance , avec un BUT bien particulier et bien loin d'être neutre .


J'ai la preuve formelle et objective que dieu n'a pas créé l'homme et le monde. Et c'est donc dans une approche neutre et objective que je suis athée. Nulle doctrine religieuse, nul dogme, n'est plus élevé que la vérité. Mais pas LA Vérité, simplement la vérité : ce que l'on peut démontrer. Cette petite vérité modeste qu'on a obtenu au bout d'un très long travail. Car une vérité qui n'est pas démontrée, c'est comme l'amour en solitaire, ce n'est qu'un compensation.

Dire que c'est dangereux et diaboliser mon point de vue ne relève que de la psychose, de l'obscurantisme. Et le seul but de l'obscurantisme c'est d'éviter tout changement, ou de faire en sorte que ça change, mais toujours à son avantage. C'est le conservantisme.

Or moi, la politique ne m'intéresse pas.

Citation:
Il est vrai que je ne peux pas, à mon niveau ,faire de longs copié/collé d'ouvrages et d'études universitaires, mais mon ressenti et connaissances personnelles ne permettent pas à mes interlocuteurs de me faire passer pour un inculte et taré de surcroît .


Si tu prends les autres à parti, avec des arguments caricaturaux, que tu cherches à diminuer la valeur de leurs propos; et que tu rejettes bêtement le travail, les pensées de chercheurs, simplement parce que tu as un complexe intellectuel, scientifique, etc, alors tu te fais toi-même passer pour un crétin. Et personne n'y est pour rien.

On s'en fout de tes diplômes. Quand tu t'es inscrit sur ce forum, personne ne t'a demandé ton prix nobel. Non? Donc tu t'adaptes comme tout le monde et sans faire d'histoire.

Déjà, arrêtes de te plaindre un peu.

Citation:
Je n'ai pas le défaut de croire que mes connaissances me conduisent à être détenteur de la vérité ,


Si tes connaissances ne te permettent de t'approcher de la vérité, à quoi servent-elles?
Change de connaissances, tout simplement.

Citation:
et tu remarqueras Mitra que je laisse toujours une porte ouverte , une marge d'incertitude visible et j'accepte , avec un esprit critique, d'être ,souvent, l'avocat du diable !


Plutôt l'avocat de Jésus non?

Et tu laisses une porte ouverte à quoi? Tu es anti-scientifique, anti-philosophe, anti-intellectuel, anti-darwiniste, donc anti-évolutionniste, anti-athéiste, tu prétend que de toutes les divinités c'est le Christ la plus altruiste - sans même connaître les autres, bien sûr. Tu es anti-toute science modene : on te parle d'un truc cosmologique, et tu en fais une caricature sans même savoir de quoi il s'agit : tu peux m'expliquer la nucléosynthèse avec tes propres mot?

Et tout ça, pou toi, c'est une ouverture?

La vérité, au lieu de croire que tu la détiens, ou pas, désire là, fais tout pour t'en approcher, travailles pour l'acquérir. Et tu n'as certainement pas les moyens pour refuser orgueilleusement des connaissances scientifiques ou philosophiques.

Tout le reste n'est que baragouinage moraliste sans fondement.

Citation:
Une démonstration , sur le plan historique demande une neutralité totale absolue.


Exact. C'est pourquoi l'absence de conviction religieuse (ou politique) est nécessaire. On n'est pas là pour juger mais pour analyser et apprendre.

Toute propagande est vouée à être massivement refoulée.

Par contre ce qui est assez amusant, c'est que les préceptes que tu énonces, tu ne parviens pas à les appliquer toi-même.
Il y a une incompatibilité : on ne peut pas être neutre et croyant. C'est un non-sens.

Citation:
Le lecteur pourra trouver une étude contraire et ce sera à lui de décider les options qui seront acceptables ou pas . Là est la sagesse que je recherche.


La sagesse commence par l'autocritique.

Ne regardes pas la paille dans l'oeil du voisin mais la poutre qui est dans le tien

Tu ne peux pas présenter un discours recevable et raisonné, contraire au mien, sur la seule base qu'il est composé de belles phrases moralistes : il faut des faits. Et si tu impliques l'existence de dieu : il faut des preuves, ou au moins des prémisses, des faisceaux d'indices, permettant de le supposer et de le déduire formellement.

Autrement tu ne fais que mentir à ton lecteur. Et à toi-même. Il vaut mieux encore écrire un roman de science-fantasy.
Revenir en haut
ARATCH
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 1 Juil - 14:06 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Dédale a écrit:

Plutôt l'avocat de Jésus non?



Et pourquoi pas ? lui aussi pratiquait l'art de la déboulonnerie, comme toi ! sauf que lui ne le faisait pas en se regardant le nombril ! Confused
Dédale a écrit:



Et tu laisses une porte ouverte à quoi? Tu es anti-scientifique, anti-philosophe, anti-intellectuel, anti-darwiniste, donc anti-évolutionniste, anti-athéiste, tu prétend que de toutes les divinités c'est le Christ la plus altruiste - sans même connaître les autres, bien sûr.


Mais , tu es en train de faire la même chose en ce qui me concerne . Seulement le fait est que je me rebiffe contre le ton hautain et suffisant de la plupart d'entre eux , qui parce qu'il sont du côté de la voie officielle , s'arrogent le droit de la supériorité et du sarcasme . Mad
Dédale tu confonds quelque chose d'essentiel , le fait de ne pas être et d'être anti-ci ou anti-cela ! c'est grave. Evil or Very Mad
Dédale a écrit:



Tu es anti-toute science modene : on te parle d'un truc cosmologique, et tu en fais une caricature sans même savoir de quoi il s'agit : tu peux m'expliquer la nucléosynthèse avec tes propres mot?


La nucléosynthèse , sa compréhension , rentre, directement, indirectement dans le cadre de mon métier . Nous ne faisons pas de la cosmo-masturbation; nous restons humbles et admiratifs devant les processus de la vie.
PS :
 http://ovnis-usa.com/le-zen-lart-de-la-deboulonnerie/
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Ven 1 Juil - 14:18 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Bon pendant que vous importez d'un autre forum, vos anciens litiges (sur l' ufologie / debunking) sur un sujet qui n' arien à voir (histoire eclesiatiques, on s'eloigne un peu non ?) , pendant ce temps je continuerais mes recherches  sur du concret , et j'espère y avoir votre assistance commune et vos analyses et questionnements.

Par contre je vous demanderais de respecter la propre identité de ce forum qui n'est pas un forum ufologique.
D 'avance merci Okay
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ARATCH
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 1 Juil - 14:31 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

OK !
ce n'était qu'une parenthèse en ce qui me concerne . Ceci dit je ne porte pas la pourpre cardinalesque mais je ne me convertirai pas aux théories évolutionnistes pour rentrer dans les faveurs de Dédale . Inutile de me demander de vider mes poubelles sur la place Saint Pierre car je fais mon propre compost ; Qu'on se le dise ! Laughing
PS : de quel autre forum s'agit-il ?
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Ven 1 Juil - 14:57 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

ARATCH a écrit:
OK ! ce n'était qu'une parenthèse en ce qui me concerne . Ceci dit je ne porte pas la pourpre cardinalesque mais je ne me convertirai pas aux théories évolutionnistes pour rentrer dans les faveurs de Dédale . Inutile de me demander de vider mes poubelles sur la place Saint Pierre car je fais mon propre compost ; Qu'on se le dise ! Laughing PS : de quel autre forum s'agit-il ?




Aucun problème Aratch. chacun garde ses convictions . au contraire c'ets la diversité de vos formations, idées ,
conceptions qui peut eclairer sous des angles différents les différents sujets des mystères de l' histoire.


Au plaisir de vous lire Razz
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Ven 1 Juil - 17:36 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

 
ARATCH a écrit:
Seulement le fait est que je me rebiffe contre le tonhautain et suffisant de la plupart d'entre eux


Désolé mais c'est toi qui est basique et insuffisant.

Tout est relatif Very Happy

Citation:
Mais , tu es en train de faire la même chose en ce qui me concerne . Seulement le fait est que je me rebiffe contre le ton hautain et suffisant de la plupart d'entre eux , qui parce qu'il sont du côté de la voie officielle , s'arrogent le droit de la supériorité et du sarcasme .
Dédale tu confonds quelque chose d'essentiel , le fait de ne pas être et d'être anti-ci ou anti-cela ! c'est grave


Tu es un hypocrite.

Mitra dit que tu viens régler des comptes (car moi je les règle en face mes comptes): qui es-tu? C'est quoi ton pseudo sur l'autre forum, que je voies un peu à quel genre d'apôtre j'ai à faire?

Si tu es venu ainsi en sourdine, ça te rabaisse encore plus.

Citation:
Et pourquoi pas ? lui aussi pratiquait l'art de la déboulonnerie, comme toi ! sauf que lui ne le faisait pas en se regardant le nombril !


Depuis que tu es intervenu dans ce topic, on ne parle plus que de toi : toi, ta croyance, ton bout du nez, tes cacateries et ta discrimination. C'est plus un nombril que tu as, c'est une difformité ombilicale, et tu devrais la soigner.

Citation:
La nucléosynthèse , sa compréhension , rentre, directement, indirectement dans le cadre de mon métier . Nous ne faisons pas de la cosmo-masturbation; nous restons humbles et admiratifs devant les processus de la vie.


Hypocrite et imposteur vulgaire. C'est le fond.

Toi par contre, tu confonds humilité et médiocrité.

L'art de la déboulonnerie, c'est pour les gogos. C'est écrit par des gens qui n'ont aucun argument devant la critique scientifique. Alors ils se font mousser comme ils peuvent.

Les vilains méchants sceptiques qui contredisent les grosses foutaises du gentil créationniste (ou assimilé) Very Happy et ça se nomme l'art de geindre. Et c'est ton métier tu dis? Ca m'étonne pas.

Citation:
...mais je ne me convertirai pas aux théories évolutionnistes pour rentrer dans les faveurs de Dédale


Et pour toi, ce genre de réponse est mature? On ne se convertit pas, on apprend l'évolutionnisme, et on l'apprend pour soi.

Crois-moi, ça te ferais beaucoup de bien.

Bon maintenant, si ça dérange pas ton petit égo, je vais passer à la suite du programme, car je ne vais pas te toutouner toute ma vie Very Happy Tu comprends?
Revenir en haut
ARATCH
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 1 Juil - 18:03 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Dédale,
tu veux continuer à faire des bulles de savon ou essayer de normaliser nos échanges ? tu as eu des problèmes sur d'autres forums ? et tu ne sais toujours pas ce que tu dois faire ? si tu n'es pas capable de réagir positivement , je suis prêt à passer en mode de lecture seule afin de laisser Mitra travailler en toute sérénité .
Revenir en haut
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Ven 1 Juil - 20:21 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Citation:
tu as eu des problèmes sur d'autres forums ?


J'attendais ça.

Mais tu te trompes : moi, je n'ai pas eu de problème.

J'ai simplement dit un truc du genre que la terre n'était pas plate et ils ont pris ça pour une insulte Very Happy
Toujours la croyance...

Citation:
tu veux continuer à faire des bulles de savon ou essayer de normaliser nos échanges ?


On va voir comment tu réagis à mes prochains développements. Pour moi, tout est normal

Citation:
et tu ne sais toujours pas ce que tu dois faire ?


Raisonner, réfléchir, chercher, comprendre... La routine. Si ça ne plait pas à certains, tant pis pour eux.

Citation:
si tu n'es pas capable de réagir positivement , je suis prêt à passer en mode de lecture seule afin de laisser Mitra travailler en toute sérénité .


Tu fais ce que bon te semble. Moi je n'empêche personne de travailler.

Pour le moment, je vais continuer à développer mon topic. Mais je peux étudier tes propositions. On est pas des sauvages.
Mais autant te dire qu'aucun procès d'intention, à moins qu'il ne soit réellement justifié et non aussi ridicule que tout ce que j'ai vu, ne me fera en rien changer d'approche et de méthode de travail.
Revenir en haut
ARATCH
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 13 Juil - 08:44 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Bonjour,
à toute fin et faim utile :

Gérard Mordillat, Jérôme Prieur
Jésus après Jésus. L'origine du christianisme
P. Jean Comby
Paris, Éd. du Seuil, 2004. - (14,5x22), 396 p., 21,00 €.
Esprit et Vie
n°108 - juin 2004 - 2e quinzaine, p. 27-28.

Cet ouvrage est en quelque sorte la traduction écrite de la série télévisée « L'origine du christianisme » dont il a été question dans un précédent numéro de la revue (voir Esprit et Vie, n° 105, mai 2004, p. 3-9). Les Cd-rom et le livre sont parus en même temps. Ils suivent le même plan. Le livre fournira donc au lecteur la synthèse qu'il cherchait dans la série d'émissions. Alors que planait sur les émissions une certaine ambiguïté entre la pensée des journalistes et celle des intervenants, avec le livre les choses sont claires. Les deux auteurs nous proposent leur propre synthèse qu'ils tirent à la fois des interviews des exégètes et de leurs nombreuses lectures qui vont au-delà des ouvrages des intervenants. Ces considérations préalables devraient écarter certains malentendus. Les auteurs ont intitulé leur livre Jésus après Jésus en grands caractères. L'origine du christianisme n'est plus qu'un sous-titre en petits caractères, qui veut maintenir le lien avec les émissions. Il n'y a pas lieu de reprendre ici ce qui a été dit au sujet des émissions et qui vaut encore pour le livre. Encore une fois, il ne s'agit pas ici d'une analyse critique détaillée des multiples questions abordées mais d'une impression d'ensemble que l'on peut considérer comme très subjective.
Dans leur travail considérable et à tous égards étonnant et remarquable, nos deux auteurs sont fascinés moins par la personne de Jésus et par le christianisme pour lequel ils ne semblent pas avoir grande estime que par la transmission de la connaissance de Jésus dans les premières générations chrétiennes et surtout par la manière dont le christianisme est devenu autonome en se séparant du judaïsme jusqu'à le supplanter. Le lecteur, en particulier le lecteur chrétien, ne doit donc pas chercher ce qui ne se trouve pas dans l'ouvrage, une histoire du contenu du christianisme primitif et l'explication de sa rapide diffusion dans le monde méditerranéen. Ce n'est pas son but, Nous avons là d'abord et essentiellement une histoire politico-sociale du développement du christianisme, conçue comme une suite de rapports de force entre divers courants. Ce sont d'abord les pouvoirs concurrents de la famille et des disciples de Jésus, puis les rivalités entre différentes conceptions du judaïsme. Ce point de vue est tout à fait légitime mais il est partiel. C'est une histoire parmi beaucoup d'autres possibles et nécessaires si l'on veut avoir une vision d'ensemble du christianisme naissant.
On comprend bien que nos auteurs soient critiques pour certains points de vue confessionnels et apologétiques, mais à tout le moins, ils manquent souvent de bienveillance pour leur sujet. Les exégètes de l'émission avaient bien souligné la dimension de relecture et de reconstruction, ou même d'idéologie si l'on veut, des écrits du Nouveau Testament, mais nos journalistes, d'une manière un peu unilatérale, y décèlent perpétuellement une volonté de travestir la réalité, sinon d'abuser le lecteur au nom d'une idéologie, et ils mettent toujours en avant l'hypothèse la plus péjorative. Paul est un « Rastignac » (p. 156) un « caméléon et un démagogue » (p. 302). « Le livre des Actes est un livre sournois » (p. 284)… Son auteur est « rusé » au point de faire passer le visage de Marcion dans celui de Paul (p. 328). « Paul a complètement échoué » dans sa prédication aux juifs (p. 328)… Nos auteurs préfèrent presque les élucubrations d'Épiphane de Salamine (ive siècle) - Paul devenu antijuif à la suite d'un chagrin d'amour - à l'apparition du chemin de Damas (p. 308). Pierre ne serait-il pas pour quelque chose dans l'élimination d'Ananie et de Saphire, ou dans le meurtre d'Étienne, ce qui expliquerait son arrestation (p. 123) : une énigme policière est résolue !
On a un peu l'impression que nos auteurs veulent débrouiller la complexité du ier siècle chrétien afin d'arriver à leur propre vision de l'histoire générale du christianisme. Ils veulent, entre autres choses, expliquer l'antijudaïsme et l'antisémitisme des siècles suivants. Ils nous disent : « Cette sainte alliance entre l'empire et l'Église scelle la fin du christianisme comme religion de l'amour du prochain » (p. 360). Il est dommage qu'ils ne nous aient pas parlé plus tôt de cette « religion de l'amour du prochain ». Harnack soulignait que le christianisme s'est développé pendant trois siècles d'une manière pacifique par sa propre force de persuasion et d'attirance, et non par l'appui des pouvoirs ou par une organisation missionnaire rigoureuse. Beaucoup de textes du Nouveau Testament révèlent un grand enthousiasme, une atmosphère de joie communicative chez les premiers chrétiens. Si précisément, Constantin a fait alliance avec l'Église, c'est qu'il se trouvait devant l'expansion d'une nouvelle religion dont la force de séduction lui échappait et qu'il ne pouvait enrayer. Indépendamment d'une lecture apologétique, il n'est pas indigne de la réflexion historique de s'interroger sur l'origine de cette séduction. Il ne s'agit pas de nier l'utilisation postérieure de certains textes de Paul par l'antijudaïsme et l'antisémitisme. Il ne s'agit pas de nier la violence des institutions d'Église. Mais le christianisme, et particulièrement celui des origines se réduit-il à cela ? Au terme de la lecture de l'ouvrage, le lecteur en vient quand même à se demander : pourquoi avoir déployé tant d'énergie, pourquoi avoir lu tant de livres, pourquoi avoir interrogé tant d'éminents exégètes pour en conclure que « L'histoire de l'expansion du christianisme est une histoire pleine de bruit et de fureur, de ghettos… de tueries, de conversions forcées, de tortures au nom du Christ… » (p. 361) ? Il y a sans doute autre chose qui a fait la force et l'intérêt du christianisme.
Répétons que cet ouvrage représente un travail considérable et, par certains côtés, passionnant. Il y a chez les auteurs une véritable passion de l'histoire et des textes. Pour tout lecteur qui se doit à son tour d'être critique, cet ouvrage témoigne de la complexité de l'histoire des origines chrétiennes et même de toute histoire de l'Antiquité qui ne nous fournit des documents qu'en nombre limité avec d'immenses zones d'ombre. Chaque historien interprète ces documents avec ses propres hypothèses qui peuvent n'être que des a priori personnels pas forcément scientifiques. Cela ne les disqualifie pas mais oblige à une confrontation entre les travaux des divers historiens, qui permette des ajustements nécessaires et un meilleur éclairage qui ne sera jamais une lumière éblouissante sur des événements qui nous échapperont toujours en partie. C'est bien ce à quoi se sont efforcés, imparfaitement peut-être, les exégètes et historiens de notre série télévisée et de l'ouvrage qui en découle.
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Mer 13 Juil - 12:39 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Bonjour Aratch,

merci pour ce texte. 
J'aurais besoin de ton avis sur ce sujet (et l'avis de tous d'ailleurs) :

http://histoiresecrete.leforum.eu/t159-Le-Sepher-Yetsirah-les-secrets-de-la…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ARATCH
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 13 Juil - 15:32 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Bonsoir Mitra :
je suis très perplexe quant au Sepher-Yetsirah , tout est bien codé, secret dans le judaïsme .
On ne connait pas vraiment l'origine de ce texte dont l'original serait détenu (encore une fois) par le Vatican . Si l'auteur originel n'est pas Abram alors les scribes de ce document ont en définitive élaboré un code à partir de la Genèse biblique ? Maintenant si c'est vraiment Abram alors ne faut-il pas aller chercher l'élaboration de l'alphabet hébreux auprès de peuples très anciens ?(en Mésopotamie ) Moïse connaissait-il ce code lui qui avait du mal à parler sa langue d'origine ? en résumé, alors qu'on reproche à la bible de n'être qu'un papier sans intérêt scientifique , voilà qu'elle détient , codée, les origines même de la matière ! (dédale va en faire une jaunisse ! Crying or Very sad )
Une autre hypothèse voudrait que le "Peuple Hébreux " ait eu constamment des liens privilégiés avec des entités divines et ou "ET", non ? d'où mon insistance dans mes conversations houleuses avec Dédale afin qu'il me donne sa définition de "Dieu". Si les Sepher-Yetsirah font allusion aux acides aminés et au montage de protéines alors là, nous devons envisager de revoir les connexions possibles des humains avec "ses" créateurs ! ou des "Veilleurs" nous illuminant  Laughing de leurs connaissances , leur permettant de nous manipuler à leur guise  et de laisser tomber l'évolution des connaissances humaines avec le même schéma que celui de sa physiologie .
PS : tu as eu raison d'ouvrir ce topic car il pourrait relancer, par ricochet, sur une autre voie, toute l'histoire de l'humanité.

Tiens, juste pour te changer les idées et te détendre :
http://www.youtube.com/watch?v=oaFOHcEJnGg&feature=player_embedded
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Ven 15 Juil - 05:23 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

ARATCH a écrit:

Maintenant si c'est vraiment Abram alors ne faut-il pas aller chercher l'élaboration de l'alphabet hébreux auprès de peuples très anciens ?(en Mésopotamie ) Moïse connaissait-il ce code lui qui avait du mal à parler sa langue d'origine ? en résumé, alors qu'on reproche à la bible de n'être qu'un papier sans intérêt scientifique , voilà qu'elle détient , codée, les origines même de la matière ! (dédale va en faire une jaunisse ! Crying or Very sad )
Une autre hypothèse voudrait que le "Peuple Hébreux " ait eu constamment des liens privilégiés avec des entités divines et ou "ET", non ? d'où mon insistance dans mes conversations houleuses avec Dédale afin qu'il me donne sa définition de "Dieu". Si les Sepher-Yetsirah font allusion aux acides aminés et au montage de protéines alors là, nous devons envisager de revoir les connexions possibles des humains avec "ses" créateurs ! ou des "Veilleurs" nous illuminant  Laughing de leurs connaissances , leur permettant de nous manipuler à leur guise  et de laisser tomber l'évolution des connaissances humaines avec le même schéma que celui de sa physiologie .
PS : tu as eu raison d'ouvrir ce topic car il pourrait relancer, par ricochet, sur une autre voie, toute l'histoire de l'humanité.


En effet si cette hypothèse est la bonne , ça aurait des consequences incommensurable . A savoir qu'une telle connaissance (même codée) genetique dans des anciens textes suppose une maitrise génétique que les hommes de cette epoque n'avait pas Exclamation En d'autres termes "on" leur a donné et ils en ont eu une lecture mystique...
Ce "on" la ... je vous laisse ne tirer les conclusions: une entité maitrisnat les combinaisons génétique et la production / association d'acides aminés. Normal qu'on les prennent pour Dieu. Qui a cette epoque etait capable de former la vie à partir de matière à prioiri inerte (qui ne l'etait pas en réalité mais vu comme tel) ; si ce n'est un dieu ?

Celui (ceux) qui donnent le souffle de vie , ne pourrait il pas etre la definition antique et mystique de fabuleux...généticiens Question
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Ven 15 Juil - 05:30 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Pour l'origine de l' alphabet hebreux , j'ai fait quelques recherches (pas affrondies mais en me servant de wikipedia) et ça donnerait ce circuit là :

L' alphabet hebreux se serait développé à partir de l' alphabet Araméen . Le premier alphabet araméen etait fondé sur l' alphabet phénicien, lui même probalement issu d'un modele d'alphabet linéaire dit "proto cananéens" provenant de simplifications d' hieroglyphes egyptiens.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ARATCH
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 15 Juil - 08:32 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Mitra a écrit:

Pour l'origine de l' alphabet hebreux , j'ai fait quelques recherches (pas affrondies mais en me servant de wikipedia) et ça donnerait ce circuit là :

L' alphabet hebreux se serait développé à partir de l' alphabet Araméen . Le premier alphabet araméen etait fondé sur l' alphabet phénicien, lui même probalement issu d'un modele d'alphabet linéaire dit "proto cananéens" provenant de simplifications d' hieroglyphes egyptiens.
Bonjour Mitra !
oui, on en revient toujours aux égyptiens ?
Je pense que tu as du lire le livre de Messod et Roger Sabbah ? [ Les Secrets de L'éxode]. Mais comment s'y référer si d'un autre côté d'autres suggèrent que l'Exode n'a jamais eu lieu ? [ Théorie de Israel Finkelstein et Neil Asher Silberman; la Bible dévoilée ]
Je crois que cela sous tend de grands mystères à éclaircir mais que les éléments nous permettant d'y accéder non pas été découverts ou restent cachés ou pire, brouillés.....
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Ven 15 Juil - 19:15 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

ARATCH a écrit:


Je crois que cela sous tend de grands mystères à éclaircir mais que les éléments nous permettant d'y accéder non pas été découverts ou restent cachés ou pire, brouillés.....


Comme j'expliquais à ase sur un autre forum qui me disait que l'objectif des grands maitres n'etait pas une etude de biologie cellulaire , et que ça ne s'inscrivait pas dans la tradition des hebreux , , je lui ai fait remarquer qu'un grand animateur de musique folk sur une radio pourrait nous parler pendant des decinies de ectte musque, des accords, des grands tubes, etc... sans pour autant etre en mesure d'expliquer comment se diffuse les ondes radios et les lois qui soutendent la diffusion du son dans l'espace ! Et si on lui demande , de nous répondre, à raison, que ça ne fait pas parti de grande tradition du folk que d'expliquer cela.

Il ets evident que les grands scribes qui ont ecrit ça n' ont pas codé un livré de genetique (dont ils n'auraient pas ou plus eu la compréhension de toute façon) , mais ils l'ont peut etre transmis à leur insu d'une source originelle perdue et compensée par une vision plus mystique ou religieuse.

C'ets les traces de ce signal fossile que je recherche dans ce type de texte Okay

sinon dans le sujet , j'ai rajouté un recap synthese des correspondaces possibles avec la génétique

http://histoiresecrete.leforum.eu/t159-Le-Sepher-Yetsirah-les-secrets-de-la…

J'i commencé à collationner aussi quelques images des alphabets en partie histoire de l'ecriture. Okay
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ARATCH
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 16 Juil - 09:22 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Mitra a écrit:

Comme j'expliquais à ase sur un autre forum qui me disait que l'objectif des grands maitres n'était pas une etude de biologie cellulaire , et que ça ne s'inscrivait pas dans la tradition des hebreux , ,

Je crois que chez les hébreux les rôles entre telle ou telle famille sont bien réparties et ce serait sacrilèges que les prêtres d'une caste effectuent les rites d'une autre . Les rôles et donc les connaissances sont hermétiques , secrètes ? à la limite de la magie ? de l'alchimie ? n'y a-t-il pas eu cette histoire de veau d'or transformé en poudre blanche et consommée par les hébreux pendant leur galère à la sortie d'Egypte ? et cette fameuse arche d'alliance portant des charges énergétiques inconnues ? et même aujourd'hui ......d'où viennent ces connaissances ? les prêtres les mettent elles en pratique d'une manière mécanique ou en toute connaissance de cause ; là est la question ! Ase peut-il y répondre ?
Revenir en haut
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Lun 25 Juil - 06:22 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Salut,


 
ARATCH a écrit:
Maintenant si c'est vraiment Abram alors ne faut-il pas aller chercher l'élaboration de l'alphabet hébreux auprès de peuples très anciens ?(en Mésopotamie ) Moïse connaissait-il ce code lui qui avait du mal à parler sa langue d'origine ? en résumé, alors qu'on reproche à la bible de n'être qu'un papier sans intérêt scientifique , voilà qu'elle détient , codée, les origines même de la matière ! (dédale va en faire une jaunisse !  Crying or Very sad  )


Non, je ne vais pas en faire une jaunisse. Ce que tu dis là, j'ai vu vraiment pire. Au moins là, tu te poses la question alors que beaucoup n'hésiteront pas à prétendre que la Bible enseigne une sorte de vérité indiscutable et révélée, qui échappe à toute connaissance humaine.

Tu te trompes en pensant que la Bible n'a aucun intérêt scientifique. Simplement, ce n'est pas LA référence pour les sciences. Il y a d'autres écrits, plus récents ou plus anciens, d'origines diverses, qui tous sont autant de références pour les sciences et la culture, l'histoire, la recherche du passé.

Ce que je pense à propos de connaissances éventuellement dissimulées dans les textes anciens : S'il existe des sciences aujourd'hui, c'st parce que nos ancêtres ont commencé le travail en se posant 36 000 questions et en tentant de répondre. Nos connaissances actuelles sont des évolutions des connaissances anciennes; il n'y a pas eu de rupture : les anciens astronomes ont commencé et ceux de nôtre temps continuent - personne ne prétend que toutes les connaissances anciennes sont erronées, ou tout juste bonnes à jeter.

Déjà les anciens ont eu des intuitions. Par exemple les premières théories antiques de l'atome sont une parfaite expression de logique intuitionnelle fondée sur un modèle mathématique. Et ce modèle du "premier indivisible" on le retrouve dans toutes les cosmogonies, y compris le Sefer Bereshit de Moïse - la Genèse biblique. C'est un modèle issu de très anciens systèmes numérals : rien ne peut exister sans un commencement. En fait, c'est une logique implacable. Donc, on a : "au commencement, dieu créa....".

Ce qui n'a pas d'intérêt pour les sciences, ce n'est pas la Bible ou un autre écrit, c'est le paradigme créationniste qui s'oppose en tous points au modèle évolutionniste des sciences.

Mitra a écrit:
je lui ai fait remarquer qu'un grand animateur de musique folk sur une radio pourrait nous parler pendant des decinies de ectte musque, des accords, des grands tubes, etc... sans pour autant etre en mesure d'expliquer comment se diffuse les ondes radios et les lois qui soutendent la diffusion du son dans l'espace ! Et si on lui demande , de nous répondre, à raison, que ça ne fait pas parti de grande tradition du folk que d'expliquer cela.


L'animateur n'a pas besoin de comprendre la propagation hertzienne, puisqu'il a un émetteur récepteur fabriqué par quelqu'un qui, lui, comprend tout à sa place, et démocratise l'invention pour que tout le monde l'utilise : on branhe, on règle et le tour est joué, on se tape de comment ça marche -> c'est la société moderne.

Attention aux assimilations donc : culture moderne -> bizarreries des cultures exotiques

Ce n'est pas un exemple car, un joueur de guitare ne connaît pas les secrets du luthier, le charcutier la biologie, le pêcheur l'océanologie, etc, car chacun possède un niveau de connaissance nécessaire à son activité, mais les connaissances, elles, sont un tout.

En gros, je peux te mettre à disposition certaines de mes connaissances sans que tu aies besoin de passer des années à les étudier. Je te donne directement le produit de ces connaissances :mais dans le cas des 22 lettres-acides aminés de l'alphabet hébreu, ce n'est pas un produit, c'est un énoncé structurel - lequel ne permet de faire des correspondances avec la génétique qu'à condition d'avoir soi-même découvert et compris la génétique. Or nous avons découvert l'ADN par hasard en fourrant nôtre nez partout. Qui aurait pensé qu'un code biomoléculaire pouvait être la source de nôtre existence? Absolument personne avant que la découverte de l'ADN ne se confirme.

Ce n'est pas comparable avec un code qui aurait été dissimulé, sachant que ce n'est pas la première fois que l'on suspecte la Bible, ou l'alphabet, de dissimuler des codes. Tout l'ésotérisme part de cette théorie selon laquelle il y a des messages cryptés partout : occultisme, hermétisme, symbolisme, oracle - c'est le fondement même de la théorie de l'intelligent design selon laquelle tout a un sens donné à l'attention de l'homme par une volonté supérieure experte en petites cachoteries.

Il faut être prudent. Imagine que si, pendant des siècles, on a fait une correspondance entre les faits et les mouvements célestes, sachant que le mécanisme observable (géocentrique) de ces mouvements était une illusion totale et parfaite, que l'on a produit des oracles, des horoscopes, un culte sabbatéiste à l'apogée des cosmogonies anciennes, une simple correspondance alphabet-acide aminés, ce n'est rien, une petite goutte d'eau.

Pendant des siècles, la plupart des phénomènes ont été vus comme des actes dirigés : Orages, séismes, cataclysmes. C'est très bien décrit das la Bible -> Le Déluge est une punition, sodome et gomorrhe, etc. Il n'y a que depuis très récemment que l'homme est sorti de l'intelligent design.

Tout est écrit, dans cette vision des choses.

Mais pour prétendre que tout est écrit, encore faut-il savoir lire.
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Lun 25 Juil - 19:11 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

Tu veux dire que c'ets parce qu'on a une connaissance aujourd'hui de la génétique ( à mon niveau elle est minimale Mr. Green ) qu'on peut faire ce genre d'association à posteriori dans des textes anciens ?

Mais est ce que le sens inverse n'est pas possible ? Par exemple une source qualifiée qui aurait transmise la même connaissance il y a X milliers d'années. Parce que les traditions sont d'abords orales, parce que il y a pu avoir certains cataclysmes ou changement climatiques prejudiciables, des disparations de civilisations (comme on en connait à la pelle , avec déperdition d'informations) on finit par oublier cette source , et il ne reste que des bribes incomprehensibles à partie desquelles on rebati une approche mystique , des vestiges de connaissances scientifiques qui servent à réécrire un scenrio plus "mystique" ? Est ce que ça parait possible comme cheminement ?

Au 19 eme siècle on aurait parlé des sumériens , on nous aurait internés pour etre des fous. Une civilisation telle que l' indus a été totalement oubliée par l' humanité pendant des miléannires, etc... J'ai l'impression que l' humanité passe son temps à refaire des chemins qu'elle a déjà emprunté.Mais c'est peut etre une sensation tres subjective ou déformée , je le conçois.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Mar 26 Juil - 08:23 (2011)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée. Répondre en citant

salut,


 
Mitra a écrit:
Tu veux dire que c'ets parce qu'on a une connaissance aujourd'hui de la génétique ( à mon niveau elle est minimale  Mr. Green  ) qu'on peut faire ce genre d'association à posteriori dans des textes anciens ? 


Ben oui. Sans la microbiologie, l'identification des acides aminés et leu rôle, personne ne pouvait faire cette correspondance.

Citation:
Au 19 eme siècle on aurait parlé des sumériens , on nous aurait internés pour etre des fous.


Il y a des sites qui sont restés inconnus jusqu'à récemment. Mais vu qu'on ne les connaissait pas, personne n'en parlait avant leur découverte. Tout comme nous ne pouvons pas parler des futures découvertes archéologiques. Sinon quelques experts qui pensent que certaines régions cachent des mystères du fait qu'on y a découvert des pistes.

Mais Sumer par exemple est un lieu ancien connu depuis très longtemps, grâce à des objets, des fragments de textes ou de bas-reliefs, des vestiges architecturaux du bassin de l'Euphrate. L'histoire de Babylone conduisait de source à celle de Sumer. La Chaldée, Sumer, la Phénicie sont des notions connues de l'histoire ancienne.

Citation:
Mais est ce que le sens inverse n'est pas possible ? Par exemple une source qualifiée qui aurait transmise la même connaissance il y a X milliers d'années. Parce que les traditions sont d'abords orales, parce que il y a pu avoir certains cataclysmes ou changement climatiques prejudiciables, des disparations de civilisations (comme on en connait à la pelle , avec déperdition d'informations) on finit par oublier cette source , et il ne reste que des bribes incomprehensibles à partie desquelles on rebati une approche mystique , des vestiges de connaissances scientifiques qui servent à réécrire un scenrio plus "mystique" ? Est ce que ça parait possible comme cheminement ?


Il y a une théorie de civilisation avancée antérieure, de peuple ancien avancé, ou de contact de nos ancêtres avec des CTA (civilisation très avancée : rappel pour ceux qui ne savaient pas), mais ce sont des théories qui ne sont pas étayées, du moins elles le sont, mais très mal.

C'est vrai que nombre de civilisations, de peuples, ont disparu : on a par exemple des vestiges sous-marins qui montrent bien que la cause de leur disparition sont des cataclysmes très violents. Nos anciens semblent avoir eu une sainte méfiance des immersions, des déluges, des volcans, des séismes et autres jugements divins, qui hantent les corridors de la mythologie. Le cosmogonies sont fondées, je le rappelle, sur des cycles cataclysmiques.

Il y a aussi les crises biologiques, les extinctions locales : si la source d'eau potable est empoisonnée pour x raisons, les conséquences pour le peuple qui s'en abreuve sont énormes.

Concevoir que dans le passé, un ancien peuple fut très évolué, n'est pas un problème. Ce sont les éléments qui permettent de soutenir cette thèse qui font cruellement défaut : Nous savons que des peuples ont disparu parce que nous avons retrouvé des vestiges qui remontent à des périodes très anciennes, bien avant les civilisations. On a des outils primitifs qui remontent à 250 000 ans par exemple.

La première question qui se pose est : Pourquoi ne retrouverait-on pas les vestiges d'une civilisation ayant connu des avancées scientifiques de pointe telle que la microbiologie, demandant des équipements, une sacrée organisation sociale (centres de recherches, etc), alors qu'on retrouve un os ciselé par un néanderthal?

Même la théorie de la zone de subduction ou d'accrétion, zone très instable dans laquelle une telle civilisation aurait disparu, ne tient pas la route, car certaines de nos civilisations actuelles sont composées de peuples qui vivent proches de telles zones depuis très longtemps. Et une civilisation connaissant au moins la microbiologie ne restera à lire son journal tandis que les signes d'un cataclysme présagent sa propre destruction : dans la hiérarchie des connaissances, la géologie apparaît bien avant la connaissance des systèmes biomoléculaires et la génétique qui demandent des équipements de pointe. Les sciences sont un tout : le microscope qui te permet d'observer les systèmes moléculaires en appelle aux sciences de la physique.

En fait la plupart des éléments s'opposent à ce genre de théorie. Mais nous ne connaissons pas tout.

Alors il y a toujours la possibilité extraterrestre. Mais là aussi, une question se pose : Quel est l'intérêt de partager avec des êtres des schémas de connaissance dont ils n'ont pas la moindre idée? La génétique, c'est par excellence la preuve formelle et irrémédiable qu'il n'y a pas de création : c'est en amont la théorie des systèmes autonomes, régis par des lois interactionnelles qui naissent au coeur des foyers nucléaires.

Maintenant, il peut y avoir l'idée d'un hasard : certains de nos ancêtres auraient récupéré des sources 'x' de connaissance qu'ils auraient traduit à leur manière. Mais pourquoi auraient-ils constitué des alphabets sur cette base, ne sachant pas de quoi il était question? Ce n'était pas une langue totalement inconnue puisqu'ils ont pu traduire des bribes.

Ou alors, cette source 'x' serait antérieure à l’hébreu et déjà traduite : les hiéroglyphes. L'histoire ancienne (Eusèbe) raconte que les 22 lettres de l'alphabet représentent les 22 grandes divinités phéniciennes, et que ces lettres nommées "language des oiseaux" auraient été inventées par Taautos (Thot). Chaque lettre donc possède une histoire, un pourquoi et un comment : les lettres phéniciennes légendaires étaient figurées avec des sortes d'ailes, en signe de l'intelligence suprêmatique des divinités et dans le même temps traduisait leur essor vers la lumière. Le premiers civilisés se voyaient comme très supérieurs aux autres, des "élus" en quelque sorte. Enfin il semble.

L'origine de la structure graphémique de l'alphabet se trouverait donc dans les hiéroglyphes, ou du moins dans un système antérieur à l'écriture alphabétiforme. L'alphabet n'est pas venu comme ça, subitement : il a fallu d'abord le développer pour ensuite, finalement, l'adopter et s'en servir.

Mais dans cas là la recherche d'une source devient beaucoup plus opaque. Avec le pré-alphabétiforme ou le figuratif-symbolique, il n'y a quasiment aucune chance de pouvoir traiter des informations scientifiques qui traduisent des notions, des idées structurées et paramétrées. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, nos ancêtres étaient beaucoup plus matérialistes que nous : leurs propres langages le démontre amplement. Il y a seulement des doctrines qui pour nous semblent abstraites mais dont les correspondances étaient avérées pour les anciens. L'arbre zéphirotique est une abstraction en partie, seulement pour nous qui ne connaissons quasiment pas la doctrine de la zephirah. A quel rituel faut-il procéder et pourquoi, en vertu de quelle croyance, de quel dogme, de quelle notion secrète et jalousement gardée? Une tradition, c'est beaucoup de non-écrit, de choses qui, d'ailleurs, à ces époques, étaient très difficilement descriptibles.

Peut être aussi que d'un point de vue sémantique, la création divine est une simplification quasiment nécessaire et obligatoire. Enfin, tu connais toutes cette controverse conflictuelle entre les traditionnalistes, les croyants, les physiologues, les gnostiques, les hermétistes, les orientalistes, les fondamentalistes, etc, qui sous diverses formes, existe depuis que l'homme est en mesure de traduire ses pensées et de combattre pour ses idéologies.

Pour moi, avant de déterminer, supposer, qu'il existe une origine exotique, il faut d'abord voir s'il existe une origine donnée qui, même si elle est fatalement imprécise vu son ancienneté, coincide avec le contexte, les éléments de l'époque.

Il y a des correspondances : sont-elles pleinement justifiées? Telle est la question. Notre esprit est conçu pour faire des correspondances : attention, c'est un réflexe qui, à un degré plus primitif que chez l'homme, se retrouve chez les animaux.

Pour donner une image : Dans la petite cervelle d'un rat, urbanisation = stock de nourriture, mais le rat est cependant obligé d'envoyer des éclaireurs pour attester qu'il y a bien un stock de nourriture avec évaluation du danger de l'envahir.

Une correspondance ne fonctionne que dans le cas où elle est vérifiable. Sinon on peut penser : "tiens! ces 4 étoiles forment un carré, ou ces 3 un triangle!". Ca peut servir de repère pour nos yeux, mais ce n'est pas forcément la réalité.

Mais bon, comme je te l'ai déjà dit, nos anciens étaient capables de prouesses qui n'ont rien à envier à nôtre culture moderne. Quelle équipe par exemple, relèvera le défi de transporter un bloc de Baalbeck, ou même de construire une cathédrale à l'ancienne? C'est possible, mais même pour nous, des siècles après, avec nôtre super-équipement, cela reste difficile à faire, dangereux, réservé seulement à quelques rares équipes, de pouvoir faire des choses pareilles. Nous faisons simplement d'autres choses impossible à faire pour nos anciens. Chacun ses prouesses et des prouesses pour chacun.

Disons qu'on ne peut pas réellement se hâter à parler de génétique sur la base d'un système alphabétique qui en possède seulement quelques ressemblances superficielles. Si on enlève la fameuse "révélation" du prof., il ne reste que des similitudes basiques. Ensuite faire la correspondance entre les lettres et les acides aminés ou les chromosomes, je ne suis pas sûr que cela résiste à un examen approfondi. La probabilité est tellement faible que cela refroidit de se lancer dans le détail.

D'abord avant de me lancer dans un debunking primaire, j'aimerais d'abord savoir ce que sont exactement des lettres-mères, doubles, simples, pourquoi 22 : quel est le fondement d'un système alphabétiforme. Car des correspondances justifiées peuvent éventuellement exister, mais pour savoir cela, il faut avoir tous les éléments en main.

Il y a eu une époque du 19° siècle où certains pensaient que les 56 graphèmes du sanskrit correspondaient au éléments périodiques ( à cette époque, la table n'en comptait que 56 alors qu'aujourd'hui il y en a 118) et aussi que l'hydrogène était le chiffre 7 (7° rayon de l'ésotérisme, synthèse des 6 autres et il y a 7 éléments gazeux), etc. De nombreuses correspondances de ce type existent si on cherche bien.

Donc il faut bien se renseigner, tranquille.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:28 (2016)    Sujet du message: Histoires ecclésiastiques : l'origine et la pensée.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Histoire Secrete -> L' Agora Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 3 sur 6

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylStargate theme by SGo