Histoire Secrète Index du Forum Histoire Secrète
Le passé de notre humanité avec ses mystères et ses secrets
 
 FAQ   Rechercher   Membres   
 S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

[Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées !
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Mystères des Civilisations et Monuments étranges du passé -> L' Europe Mégalithique et Néolithique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mitra



Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Sam 5 Nov - 16:21 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Revue du message précédent :

Tu as raisons d'apporter des elements de reflexion de ce type de toute façon. Les Théories et scenarios proposés sont fait pour evoluer et etre debattus , jusqu' a ce qu'on trouve sur le terrain des preuves incontestables.

En règle générale je trouve que les historiens ont une vision trop statique ou figée géographiquement des choses. Ca a du bouger dans tous les sens et oas seulement Est- Ouest ou Sud - Nord . L' humanité n'est pas réglée comme une boussole.

Quand on a la chance de découvrir des epaves de navires de l' age de bronze on retrouve du cuivre de mediterranée , de l' etain d' Iran, de l' ambre des pays baltes , des ceramiques et vaisselle de X ou Y , du cobalt de Z etc...
Ca démontre que rien n'était cloisonné , et que les échanges et contacts se sont fait tout azimut.

Les gentils vieux européens contre les mechants indo-européens , c'est du même ordre que matriarchal / patriarchal. Tout ça merite d'etre etudié dans la nuance.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Nov - 16:21 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Jeu 24 Nov - 21:48 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Traduction libre et sans prétention. Les tableaux sont consultables ci-dessous.
http://www.trypillia.com/index.php?option=com_content&view=article&…

VIDEIKO M. YU.

LES PROTO-VILLES DE LA CULTURE TRYPILLIA : APRES 40 ANNEES D’INVESTIGATIONS

La culture archéologique de Trypillia fut découverte il ya plus de 130 ans. Depuis lors, les archéologues ont trouvé des milliers d’artefacts et excavé des centaines de sites anciens.Les investigations archéométriques (aussi bien la photographie aérienne que les sondages par résonnance magnétique) ont permis aux archéologues la production de cartes sur les grands sites appartenant aux différentes périodes de cette culture. Ces investigations ont commencé en 1971 avec l’expédition organisée par M. Shmaglij a Maydanetske.
Ces sites furent très vastes, occupant des surfaces allant de 0.5 à plus de 4.5 km².Sur le territoire ukrainien, nous connaissons prés d’une quarantaine de tels sites. Plus de 90 sites ont une surface allant de 10 à 40ha ( tableau 1). A ce jour nous possédons des informations sur environ 135 sites ayant une surface de plus de 10 ha en Ukraine. C’est près de 7% de tous les sites trypilliens connus ( environ 2000) sur ce territoire.En Moldavie, il y a 59 sites Cucuteni-Trypillien avec une surface de plus de 10 ha. Parmi eux, on trouve Petreny (30 ha), Brynzeny-VIII (40 ha), Varvarivka-VIII (50 ha), Stolnicheny (80 ha). Ce qui fait pour la Moldavie et l’Ukraine près de 2440 sites, avec 194 ( près de 8%) d’entre eux faisant plus de 10 ha.
Les grands sites montrent des plans réguliers et contiennent des centaines, voir des milliers d’habitations, existantes simultanément. Les datations radiocarbones situent ces sites dans une période allant de 4600-4200 à 2750BC. Cela signifie que l’époque des grands sites a duré entre 1450 et 1850 années.
Trente années de recherche ont produit la base de données nécessaires à la description de la chronologie, de l’architecture et de l’économie des grands sites trypilliens. Nous avons maintenant la possibilité d’avancer des arguments concernant leurs apparances et leurs fins.

La chronologie des proto-villes

Une des questions les plus intéressantes étaient: à quelle époque les proto-villes ont-elles existées ? Les dates traditionelles dans les années 70 se situaient entre 4000 et 2200BC. Les archéologues utilisaient des dates C14 non-calibrées. Ainsi, ils situaient les proto-villes aux environs de 3000-2600BC. Cela signifiait que ce type d’établissements étaient apparus en Europe àl’époque de la création des états de Sumer et d’Egypte.
Les situations changeat lors de l’utilisation de la calibration. Le plus ancien des grands sites (en accord avec les dates et les données archéologiques) est Vesely Kut ( stade BI/II), daté à la fin du Veme ou le début du IVeme millénaire BC (tab.2).
Les sites de Maydanets et Tall’anki (stade C-I) sont datés du milieu du IVeme mill.BC. Vilkhovets (stade C-II) est daté de la première moitié du IIIeme mill.BC. Ainsi la période des grands sites trypilliens s’étale sur prés de 1200 à 1500 ans – de 4200/4100 à 2900/2700BC.

Une des plus importantes questions concernant l’étude des grands sites était celle de la chronologie interne – ou micro-chronologie. Les milliers d’habitations sur des aires de centaines d’hectares étaient-elles contemporaines ou non ? Il est connu que de grandes agglomérations agricoles d’Europe centrale, qui existaient au Néolithique, et développées sur de longues périodes, n’avaient en fait que quelques maisons contemporaines.
Au début des investigations, M.Shmaglij écrivait que « ..le grand site de Maydanets avait pu être développé du centre vers l’extérieur, sur une période de 3-4 générations, qui construisaient la nouvelle structure éllipsoïdale durant 100 ans ou plus.. ». Après des années de fouilles à Maydanets et Tall’anky, ou de nombreuses maisons et autres structures furent étudiées, les archéologues ont récolté les données permettant de répondre à cette question.
L’analyse de toutes les sources – stratigraphie, planigraphie, styles des poteries- nous donne la possibilité de considérer que :
1. Les grands sites furent créés et développés étape par étape.
2. La plupart des maisons et autres constructions sont contemporaines.
3. La plupart des maisons furent habitées puis détruites en même temps.
4. C’est lors de la premiére période, lorsque les maisons étaient construites sans plan précis, que la plupart d’entre elles furent détruites avant que les éllipses-fortifications soient construites.
Ainsi nous pouvons proposer le modele de développement des proto-villes trypilliennes suivant, basé sur les résultats des fouilles sur le site de Maydanets :
STADE 1 – « stade d’installation » - période durant laquelle les premiers petits groupes de maisons apparaissent sur le territoire du futur site.
STADE 2 – « stade de construction centralisée » - période durant laquelle les ellipses-fortifications et les rues principales furent construites.
STADE 3 – « stade de développement » - période durant laquelle de nouvelles ellipses et d’autres structures apparaissent.
STADE 4 – « le stade final » - Moment ou l’ensemble du site est brulé.
La conclusion principale est que la plupart des habitations coexistaient lors du dernier stade de l’histoire du site.
Revenir en haut
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Jeu 24 Nov - 21:50 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Distribution des grands sites: époque, taille, territoire

L’autre importante question est la distribution des sites (territoire, époque, taille). Nous pouvons exploré ces questions, en utilisant les données du tab. 1. A partir de la phase BI-II, nous avons un système à plusieurs niveaux de sites allant de 10-15 à 100 ha et plus (tab. 3). Ce que nous pouvons voir, c’est que ce type de sites sont connus dans toutes les aires de la culture Trypillia – région du Dnietr, du Bug du sud, et du Dniepr (fig.1). Tous les groupes locaux aux phases BII et CI ont plusieurs sites de 10-15 ha, et quelques centres de 50-100 ha. Ainsi, cela reflete la situation de l’organisation sociale de la population, similaire dans des endroits différents.
Mais la plupart des grands sites furent découverts dans le territoire compris entre le Bug du sud et le Dniepr. Le summun de leurs expansions se situent durant les phases BII et CI, lorsque les plus grands sites furent développés. Sur ce territoire coexistaient deux grands groupes locaux de la culture de Trypillia : le groupe Tomashivka et le groupe Kaniv. Ils avaient des structures similaires qui incluaient des sites de différentes tailles – de 10 à 450 ha. Dans le groupe Kaniv, la plupart des sites font de 10 à 30 ha, 6 font de 30 à 50 ha, et un seul s’étandait sur 100 ha. Le groupe Tomashivka avait seulement 4 villages de 10 à 30 ha, mais 4 centres de 100 ha et 5 de 200 à 450 ha.

Tab 3 ...Il semble que ces données refletent un systeme de forte organisation sociale, qui a existé et perduré longtemps sur les différentes aires de la culture Cucuteni-Trypillia.

Le plan des proto-villes

Il y a des raisons de penser que les principes les plus basiques de planification, que ce soit la forme en cercle ou en ellipse, des ‘rues’ ou des ‘fermes’, furent à l’oeuvre dans la culture Trypillia bien avant l’apparition des grands sites.
Les plus vieux d’entre eux sont des sites du stade BI/II, parmi lesquels Vesely Kut, avec une surface de 150ha. La photo aérienne montre l’existence de fermes séparées et les traces d’une structure ellipsoïdale. Selon l’opinion de O. Tsvek, le principe de la construction en modele circulaire était utilisé là, bien que la distance entre les maisons variat entre 10 et 20m. Durant la période BII, nous trouvons pas moins de 6 structures éllipsoïdales à Volodymyrivka ( environ 100ha.) L’aire entre certaines de ces structures n’était pas non plus construite, ou l’espace entre elles était intentionellement laissé ouvert (Shishkin, 1985, figs.1,2,4). Une attention spéciale était donnée à la construction d’un ‘mur habitable’, dont les restes furent pour la premiere fois excavés en 1946.
A Volodymyrivka, nous trouvons les exemples les plus précoces de telles fortifications. Les photographies aériennes de Volodymyrivka et de Mykhailivka révelent des lignes de ‘rues’ et des ‘blocs’ rectilinéaires similaires aux exemples plus tardifs trouvés à Maydanets’ke et Tallyanky ( fig.3,4,5). Des schémas similaires du stade CI furent trouvé à Dobrovody et Vasylkove. Les cartes photographiques et dues à la résonnance magnétique montrent l’existence de 2 ou 3 groupes de construction en modele ellipsoïdal, avec un espace séparant le centre et les ovales l’entourant (fig.4), comme des quartiers et des rues (fig.5 : a,b,c). Les entrées aux grands sites furent fortifiées. Elles étaient flanquées des logements, comme nous le voyons à Glybochok (fig.5 :d), Nebelivka et en d’autres endroits.
Dans la région du Bug du sud, des schémas standarts furent développés et reproduits entre 4200 et 2750BC (fig.3). Ils comprenaient des structures éllipsoïdales avec des vides à caractere défensif, les ‘rues’ et les ‘quartiers’ se trouvant au centre du site. Tous les aspects de cette construction traditionelle étaient connus de la population trypilienne depuis la période précoce du site Mogyl’na-III ( Trypillia AIII, environ 5000-4800BC), ou deux constructions ellipsoïdales furent trouvées sur une aire de 10ha. 1500 ans plus tard, à Maydanets’ke ( au stade CI), on observe un système complet de construction, ou proto-ville. Ce site était protégé par 2 lignes de ‘murs habités’ avec un espace les séparant et contenant les ‘quartiers’ et les ‘rues’ au centre.
L’enquete géophysique fut effectuée à Nebelivka en 2009 par une expédition conjointe anglo-ukrainienne. Les structures brulées et non brulées étaient là fortement organisées, avec huit rangées, et six autres isolées. 4 rangées étaient disposées sur un axe nord-sud, les 4 autres sur un axe est-ouest. Les structures dans la partie nord de la rangée B étaient particulierement denses, formant ce qui a été identifié comme une ‘rue’ à Maydanets’ke et Tallianky. 3 des 4 rangées nord-sud étaient interrompues par une ouverture toujours dans la même orientation, dans l’une d’entre elles (rangée B) était localisés les grandes constructions. L’une d’entre elles était bipartite, avec des murs brulés couvrant presque 40m de longueur et plus de 20m de large, et une zone entourée de même surface et de plus de 20m de long. La taille totale étant de près de 20x60m. C’est la plus grande construction trouvée sur un site trypillien.
Revenir en haut
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Jeu 24 Nov - 21:55 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

L’architecture des habitations

Ces 110 dernieres années, les archéologues ont fouillé, sur l’aire des grands sites, les vestiges de 323 habitations et 64 autres constructions. La majorité des archéologues pense de nos jours que le plus typique de la culture Trypillia étaitent des constructions avec des murs et des plafonds en bois, platrés d’argile. De la paille et parfois des feuilles étaient mélangées à l’argile. En regle générale, les constructions étaient faites avec de gros poteaux en bois enfoncés profondément dans le sol pour s’assurer de leur verticalité. Les murs étaient aussi faits de branchages et platrés d’argile. Comme cela a été constaté dans les constructions-modeles, ces poteaux verticaux divisaient les murs en sections séparées, chacun se projetant à l’exterieur comme une demi-colonne. Le modele de Volodymyrivka indique aussi que les murs des habitations étaient peints. Les planchers étaient en bois, either with square or round timbers depending on the building’s width. Many finds of clay coating that preserve the impressions of these constructions survive. La largeur standart des maisons était de 4-5m, mais certaines sont connues mesurant 9-10m de large. Les constructions étaient rectangulaires et rangées par taille, des petites (4.4x9m) aux plus grandes (15m x 10m, 9m х 21m, 7m х 33m, etc).
Les planchers en bois étaient recouverts d’argile, à laquelle de la paille était couramment ajoutée. Il en résultait la création d’un plancher d’argile, ou ‘dolivka,’ au niveau du sol. L’interieur des parties habitées comprenait un fourneau ou un foyer ouvert. La fumée était ventilée par une ouverture faite dans le plafond. Les piéces étaient équipées de bancs divers, faits d’argile, de plateforme sur-élevées, et de cuvettes avec des meules par-dessus. A en juger par les petites représentations en argile, les fenêtres étaient rondes, avec des décorations géométriques ou ornementales tout autour. Le seuil était en argile, et les entrées étaient soulignées par des décorations géométriques complexes et ornementales. Cela servait à proteger contre la pénétration des ‘esprits diaboliques’.
Dans le cas des constructions à deux étages, le 1er étage, avec son fourneau, était utilisé comme lieu de vie, alors que le rez-de-chaussée accueillait le stockage nécessaire au ménage, l’abris des animaux, etc…Ainsi, le lieu de vie était gardé chaud. En plus des complexes domestiques, des ateliers de poterie ont également été trouvés. Ils étaient prés des lieux d’habitations mais néanmoins en des endroits séparés – à Vesely Kut, Myropillya
Les trypilliens ont aussi inventé un nouveau type de site : cela consistait en maison domestique, avec ou sans étage, attachées les unes aux autres. La distance entre les restes de structures architecturales n’était pas de plus de 1-1.5m. Les vestiges de telles structures ont été trouvés à Maydanets'ke (fig. 6, 7) et Volodymyrivka.


L’économie des grands sites

Ces 110 dernieres années, les archéologues ont fouillé, sur l’aire des grands sites, les vestiges de 323 habitations et 64 autres constructions. La majorité des archéologues pense de nos jours que le plus typique de la culture Trypillia étaitent des constructions avec des murs et des plafonds en bois, platrés d’argile. De la paille et parfois des feuilles étaient mélangées à l’argile. En regle générale, les constructions étaient faites avec de gros poteaux en bois enfoncés profondément dans le sol pour s’assurer de leur verticalité. Les murs étaient aussi faits de branchages et platrés d’argile. Comme cela a été constaté dans les constructions-modeles, ces poteaux verticaux divisaient les murs en sections séparées, chacun se projetant à l’exterieur comme une demi-colonne. Le modele de Volodymyrivka indique aussi que les murs des habitations étaient peints. Les planchers étaient en bois, either with square or round timbers depending on the building’s width. Many finds of clay coating that preserve the impressions of these constructions survive. La largeur standart des maisons était de 4-5m, mais certaines sont connues mesurant 9-10m de large. Les constructions étaient rectangulaires et rangées par taille, des petites (4.4x9m) aux plus grandes (15m x 10m, 9m х 21m, 7m х 33m, etc).
Les planchers en bois étaient recouverts d’argile, à laquelle de la paille était couramment ajoutée. Il en résultait la création d’un plancher d’argile, ou ‘dolivka,’ au niveau du sol. L’interieur des parties habitées comprenait un fourneau ou un foyer ouvert. La fumée était ventilée par une ouverture faite dans le plafond. Les piéces étaient équipées de bancs divers, faits d’argile, de plateforme sur-élevées, et de cuvettes avec des meules par-dessus. A en juger par les petites représentations en argile, les fenêtres étaient rondes, avec des décorations géométriques ou ornementales tout autour. Le seuil était en argile, et les entrées étaient soulignées par des décorations géométriques complexes et ornementales. Cela servait à proteger contre la pénétration des ‘esprits diaboliques’.
Dans le cas des constructions à deux étages, le 1er étage, avec son fourneau, était utilisé comme lieu de vie, alors que le rez-de-chaussée accueillait le stockage nécessaire au ménage, l’abris des animaux, etc…Ainsi, le lieu de vie était gardé chaud. En plus des complexes domestiques, des ateliers de poterie ont également été trouvés. Ils étaient prés des lieux d’habitations mais néanmoins en des endroits séparés – à Vesely Kut, Myropillya
Les trypilliens ont aussi inventé un nouveau type de site : cela consistait en maison domestique, avec ou sans étage, attachées les unes aux autres. La distance entre les restes de structures architecturales n’était pas de plus de 1-1.5m. Les vestiges de telles structures ont été trouvés à Maydanets'ke (fig. 6, 7) et Volodymyrivka.

L’économie des grands sites
La pratique d’une culture agricole intensive par ces populations, dans une région originellement de type forêt-steppe, a entrainé la décimation des forêts locales au voisinage des sites d’habitations. Cela a été prouvé par les données palynologiques récoltées sur les sites trypilliens. La part de pollen d’arbres diminue dans le spectre palynologique alors que celle de pollen de céréales, de mauvaises herbes et de types d’arbres secondaires augmente. Des traces de cendre, pouvant résulter de l’incendie volontaire des forêts, ont aussi été trouvées.
L’age du cuivre (fin du Veme – début du IIIeme mill.BC) représente la période ou les humains ont pour la premiere fois considerablement impacté leur environnement immédiat. Les transferts périodiques des sites trypilliens suggerent que cette population expérimentaient les premieres répercussions ameres de la civilisation, appelés problemes écologiques. On peut imaginer qu’ils tenterent de résoudre ces problemes avec l’assistance de rites religieux et magiques. Certains archéologues interpretent la présence d’objets symboliques comme un mécanisme combattant le stress environnemental.
Nous sommes arrivés à la conclusion que l’économie de la culture de Trypillia était un système équilibré, partagé entre l’agriculture et l’élevage, qui assuraient l’essentiel de la production nécessaire. D’autres types d’activités économiques, comme la chasse, la pêche, et la récolte de fruits sauvages, de miel, et de mollusques, supplémentaient les branches principales de l’économie.
Le but principale des économies extensives trypilliennes était le contrôle de vastes territoires. Seules des collectivités fortes, avec de hauts taux démographiques et un fort potentiel militaire, pouvaient réaliser un tel contrôle. Les précoces proto-villes trypilliennes représentent l’aboutissement logique d’une stratégie de subsistance développée jusqu'à son terme. Il n’y a pas d’autres raisons économiques sensées à cette concentration de population.
Biserka Gaydarska, analysant les stratégies de subsistances des trypilliens vivant à Maydanets’ke, considere que ‘…pour maintenir une subsistance à si grande échelle, une très forte organisation sociale hiérarchisée est nécessaire. Une telle organisation présume certaines divisions du travail et du territoire…d’une telle division du travail et du territoire a pu résulter une augmentation graduelle des tensions sociales qui, ajoutées aux difficultés logistiques pour maintenir une subsistance à si grande échelle, a probablement contribué à l’écroulement et à l’abandon des sites géants’
L’extension des proto-villes a contribué aux développements des arts et des métiers, comme la poterie, les figurines, le travail du silex. Sur le territoire des grands sites trypilliens, 3 ateliers spécialisés dans la poterie ont été trouvés. Nous avons des données sur l’exploration de tels endroits sur les sites trypilliens de l’est, Vesely Kut and Myropillya, Trostyanchyk, période BI/BII et BII. Ce genre d’ateliers n’ont pas été trouvés sur les grands sites de la région Bug du sud/Dniepr. Seule, dans la partie centrale de Maydanets’ke en 1985, fut excavée une fosse remplie de poteries brisées, pouvant suggérer l’existance d’un tel atelier.
Mais toutes les données sur la technologie, l’assortiment et la quantité de poteries, trouvées durant les fouilles, montrent l’évidence d’un développement du métier de potier et ‘le mouvement de centralisation des opérations de manufactures’. A partir du stade BII, les populations utiliserent des poteries peintes. Pour cuire ce genre de poteries, des fours spéciaux à deux chambres furent utilisés. Les changements de formes des poteries montrent une tendance à rechercher les formes les plus simples, convenant à une production manufacturée. Dans le groupe de Tomashivka, des formes arrondies furent remplacées par des formes biconiques, plus pratique. Des modeles spéciaux en argile furent utilisés, comme trouvés à Volodymyrivka (Stade BII). Deux d’entre eux étaient faits pour modeler des petits bols peints, les autres pour des pots. Pour créer les contenants biconiques, des rubans d’argile furent utilisés.
Dans chaque habitations explorées à Maydanets’ke, nous avons trouvé de 30 à 120 poteries différentes, que nous avons pu restaurer. En moyenne, chaque ménage possedait 75 récipients. Cela signifie que les 2000 ménages de cette proto-ville utilisaient simultanement 150000 récipients différents.
Le développement des proto-villes a entrainé la création de systeme d’échange. Nous avons noté que les proto-villes ont stimulé les mines de silex dans leurs régions, et ont aussi développé l’échange de pointes de fleches.
Une autre production importante pour les proto-villes était le sel. John Chapman and Biserka Gaydarska ont étudié le commerce du sel à Maydanets’ke. L’estimation annuelle de besoin en sel atteignait 36200 kg, estimation basse. Ils concluent que la consommation de fraction basse estimée devait requérir un système logistique majeur et achevé – l’organisation du premier réseau de négociant au monde.
Pour autant, néanmoins, ces métiers n’étaient pas le premiere raison d’être des proto-villes. Nous les voyons plutôt comme des centres administratifs, militaires et religieux, et non comme des centres commerciaux.

Les proto-villes dans le systeme de la culture de Trypillia

Les grands sites apparurent dans la culture de Trypillia à la fin du Veme ou au début du IVeme mill. BC. Différents types de sites ont pu exister à la même période dans un même groupe. Cela pouvait être des petits sites (2-7 ha), des sites moyens (7-10 ha) ou des grands sites (20ha et plus) en taille. Concernant les grands sites, seuls deux types peuvent être définis : ceux de 50-100 ha et ceux de plus de 100 ha. Ces sites avaient entre eux une relation hiérarchique, les plus grands dominants les autres. Ces groupes controlaient des territoires de 10-20 km de rayon et étaient situés dans les bassins des rivieres. Ils entretenaient leur propre unité, qui incluait un grand site (avec une superficie de 50-200 ha), des villes dépendantes (10-40 ha) et des villages (2-7 ha). De tels groupes, cela semble logique, correspondent à des chefferies.
Two or more such groups comprised a local type, which occupied large territories generally situated in the area between rivers, at least in part. The local group, which occupied the highest level in the social hierarchy of Trypillia culture, corresponded, in our opinion, to a complex chiefdom. The largest proto-cities may have been the capitals of these complex chiefdoms.
We have, in addition, a three- or five-level organization of local groups which, we believe, was connected with various population densities in some regions. In certain conditions, where the population of local groups expanded to as much as 5,000 or even 30,000 people, the traditional tribal structures were likely modified.

Les proto-villes trypilliennes dans la vieille Europe

Pour déterminer la disposition et la place des grands sites trypilliens dans l’histoire de l’Europe, nous essaierons de les comparer avec des structures d’habitation comtemporaines. Du Veme au IVeme mill. BC ont existées une série de précoces et vibrantes culture agricoles dans le centre et le sud de l’Europe. Cela inclut les cultures de Lengyel, de Tiszapolgar, du FBC, de Kojadermen, de Gumelnitsa et de Vinca, entre autres.
Les tendances à l’urbanisation commencerent à apparaitre en Europe durant la période néolithique. L’accroissement de la population et de la complexité des structures sociales et de direction s’entremelant jouerent un role important dans ce processus. Il est interessant de comparer les données trypilliennes avec la description de Hermann Parzinger de l’urbanisation de l’Europe. Au début ( stade trypillia A, ou horizon chronologique 5-8 de Parzinger), nous avons des ‘villages disséminés’, des ‘villages agglomérés’, et des ‘proto-villes’ sur le territoire trypillien.
Le site Mogyl’na III occupait une aire approximative de 10 ha, et contenait plus de 100 habitations, avec une population variant entre 500 et 800 personnes. Nous y trouvons aussi une hierarchie complexe à 2 ou 3 niveaux. Cela incluait un grand Mogyl’na III, un petit Mogyl’na I, et un site Mogyl’na II assez proche. Nous trouvons une situation similaire en Moldavie. L’existence de très grands sites, avec des superficies de dizaines ou centaines d’hectares et d’importantes populations (5000 et plus) peut être située à l’horizon 9-12. Ce seraient des ‘villes précoces’ selon l’échelle proposée ici.
Cette corrélation montrent que lorsque les formations des proto-villes cesserent en Europe du sud, elles fleurirent à la frontiere de la civilisation européenne, entre le Prut et le Dniepr. Les proto-villes trypilliennes disparurent au moment ou Troy I-II se formerent en Anatolie.


Pourquoi les proto-villes trypilliennes apparurent ?

Pour déterminer la disposition et la place des grands sites trypilliens dans l’histoire de l’Europe, nous essaierons de les comparer avec des structures d’habitation comtemporaines. Du Veme au IVeme mill. BC ont existées une série de précoces et vibrantes culture agricoles dans le centre et le sud de l’Europe. Cela inclut les cultures de Lengyel, de Tiszapolgar, du FBC, de Kojadermen, de Gumelnitsa et de Vinca, entre autres.
Les tendances à l’urbanisation commencerent à apparaitre en Europe durant la période néolithique. L’accroissement de la population et de la complexité des structures sociales et de direction s’entremelant jouerent un role important dans ce processus. Il est interessant de comparer les données trypilliennes avec la description de Hermann Parzinger de l’urbanisation de l’Europe. Au début ( stade trypillia A, ou horizon chronologique 5-8 de Parzinger), nous avons des ‘villages disséminés’, des ‘villages agglomérés’, et des ‘proto-villes’ sur le territoire trypillien.
Le site Mogyl’na III occupait une aire approximative de 10 ha, et contenait plus de 100 habitations, avec une population variant entre 500 et 800 personnes. Nous y trouvons aussi une hierarchie complexe à 2 ou 3 niveaux. Cela incluait un grand Mogyl’na III, un petit Mogyl’na I, et un site Mogyl’na II assez proche. Nous trouvons une situation similaire en Moldavie. L’existence de très grands sites, avec des superficies de dizaines ou centaines d’hectares et d’importantes populations (5000 et plus) peut être située à l’horizon 9-12. Ce seraient des ‘villes précoces’ selon l’échelle proposée ici.
Cette corrélation montrent que lorsque les formations des proto-villes cesserent en Europe du sud, elles fleurirent à la frontiere de la civilisation européenne, entre le Prut et le Dniepr. Les proto-villes trypilliennes disparurent au moment ou Troy I-II se formerent en Anatolie.
Pourquoi les proto-villes trypilliennes apparurent ?
Il y a deux points de vue concernant les grands sites trypilliens. Certains archéologues croient qu’ils sont apparus sur la frontiere des communautés agraires sous la menace ‘d’invasions steppiques’. D’autres soutiennent que leur apparition résulte de développement sociaux internes sous la menace de guerres inter-tribales (Shmagliy and Videiko, 1993; Videiko, 2002, pp.70-100). Les plus récentes investigations ont montré des processus culturels internes (économiques aussi bien que sociaux) dans la culture de Trypillia, étant connectés non seulement avec la steppe, mais aussi avec les cultures d’Europe centrale.
Les proto-villes trypilliennes apparurent vers 4200BC en différents territoires (et pas seulement sur la frontiere avec la steppe) comme une réaction à la situation économique et politique associée à l’unité Cucuteni-Trypillienne. La croissance de la population, des conflits militaires inter-tribaux, et des migrations peuvent aussi bien être invoqués comme facteurs possibles. Ces proto-villes étaient le centre de nombreuses chefferies qui étaient dans une sorte de guerre intestines perpétuelles. Les sites devaient être transferrés vers de nouveaux champs tous les 40 à 70 ans, alors que le territoire de la steppe-forêt entre les Carpates et le Dniepr était limité. Les grands sites trypilliens sont un exemple de début de processus d’urbanisation similaire à la préhistoire des villes en Mésopotamie entre 4000 et 3000BC.
Maria Gimbutas écrivit que « les proto-IE, que j’ai dénommé le peuple des Kourganes, arriverent de l’est, depuis le sud de la Russie, à cheval. Leurs premiers contacts avec la frontiere des territoires d’Europe dans la région du bas-Dniepr et l’ouest de la mer Noire commenca vers le milieu du Veme mill.BC. Cela initialisa un flot continu de peuples et d’influences en Europe de l’est et centrale qui dura 2 millénaires. Les pacifiques agriculteurs, ainsi, furent facilement vaincu par les cavaliers guerriers des Kourganes qui prirent le dessus sur eux. Ces envahisseurs étaient armés d’armes coupantes et tranchantes ; poignards à longues lames, lances, hallebardes, arcs et fleches.
Selon nous, néanmoins, il n’y avait pas de pré-conditions économiques, politiques ou militaires pour une agression ‘steppique’ contre les proto-villes trypilliennes, et il n’y a aucune évidence archéologique que de tels conflits aient existé. Les agriculteurs trypilliens ont construit leurs sites fortifiés bien avant que des ‘cavaliers-guerriers des kourganes’ n’apparaissent dans les steppes. Depuis le VIeme mill.BC, ces ‘agriculteurs pacifiques’ produisaient des armes telles que des haches-marteaux de pierre et de métal, des poignards, des pointes de fleches, qui ne sont apparus dans les tombes steppiques qu’au IIIeme mill. BC.
En fait, un ‘village’ de la culture trypillienne tel que Maydanets dans la région Bug du sud-Dniepr devait avoir une armée plus puissante que l’ensemble des forces de toutes les tribus Sredny Stog réunies. La désintrégation de la culture de Trypillia peut être reliée aux changements dans l’environnement physique après 3500-3400BC. Ces changements ont mené à une expansion de l’économie de production dans la zone des steppes.
Les interactions entre les cultures de Trypillia et Sredny Stog créerent les conditions pré-requises pour ce processus. Après 3400-3200BC, des groupes de population trypillienne prirent part à la création de nouveaux groupes culturels dans les régions des steppes et des forêt-steppes. Cela incluse les cultures Usatovo et Gorodsk, entre autres. Ce ne fut qu’après ces événements que le pastoralisme steppique apparut. Les cultures de Trypillia et Bolgrad-Aldeni jouerent le role de civilisations superieures dans la création de la tradition semi-nomadique européenne. D’un autre coté, les proto-villes apporterent la garantie de la préservation de l’identité de la culture trypillienne. Nous pouvons en conclure que d’une certaine manière le facteur ‘ouest’ a joué un role dans ce processus, en connection avec l’origine des proto-villes trypilliennes.
La période de « Polgarisation » dans le territoire trypillien cessa après 4300/4200BC, lorsqu’apparut le premier grand site dans l’est de la culture de Trypillia. Après cela suivit une longue période ( entre 4000 et 3400BC) durant laquelle seuls les territoires des différents groupes locaux trypilliens avec une organisation en proto-villes resterent en dehors du processus d’integration culturelle sous l’influence des cultures néolithiques tardives et énéolithiques d’Europe centrale. Ce n’est qu’après la disparition du système des proto-villes que le processus intense d’influence en provenance du groupe Baden commenca. ( Cela n’eut pas d’effet sur le territoire du groupe Kosenivka, ou les dernieres proto-villes existerent jusqu’en 2900-2750BC). Les proto-villes disparurent completement à la fin du IVeme ou au début du IIIeme mill. BC, comme résultat d’un changement culturel global.
Revenir en haut
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Jeu 24 Nov - 21:58 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Les premieres étapes de l’urbanisation ?

Nous pouvons détecter plus d’un paralléle entre les développements de la zone Ubaid-Uruk-Jemdet Nast et la zone trypillienne. Expansion territoriale, accroissement de la population, concentration de la population sur de grands sites, développement des échanges commerciaux, apparition des premiers systemes d’enregistrement, hierarchies à 2 ou 3 niveaux – tous ces phenomenes apparaissent de manière similaire, et il semble que la Mésopotamie et l’Europe se développerent de la même manière entre 5000 et 3000BC. Seule la conclusion de ces développements différent : les premiers états apparurent en Mésopotamie, alors que les proto-villes tomberent en décadence entre 3400 et 3000BC.
Il est logique de supposer que si des processus similaires prirent place dans ces premieres sociétés agricoles, ce fut pour résoudre les mêmes problémes. Comme l’augmentation de la population jusqu’à la surpopulation, le manque de terres agricoles, et des conflits entre communautés.
Il peut être considéré que l’apparition des grands sites dans la culture Cucuteni-Trypillia n’est que la premiere phase de l’urbanisation, ou l’un de ces modeles posibles. Ce processus fut interrompu sur le territoire ukrainien au début de l’age du bronze, après 3200BC. La disparition des proto-villes 500 ans plus tard fut la conséquence de la crise d’une économie agricole intensive.
L’ancien Proche-Orient et l’Europe ont montré deux chemins de développement de civilisations au IVeme mill.BC : le développement des premieres villes et des états en Mésopotamie contre la rupture temporaire du progrés social en Europe. De ce point de vue, le développement puis le déclin des proto-villes trypilliennes nous apportent l’opportunité d’étudier les premiers stades d’urbanisation qui, en d’autres lieux, ont été obscurcis par les développements ultérieurs. C’est la raison pour laquelle nous considérons que l’étude des grands sites trypilliens, les proto-villes d’Ukraine, sont du premier interêt.


FIN DE LA TRADUCTION.

Quoi qu'on en pense, c'est quand même l'avis d'un pro 'actuel': ça change de la version 'sixtees' de Gimbutas.
Arrghh....j'ai oublié de traduire quelques phrases....vous le ferez vous-mêmes !

Idem pour les images: google est votre ami...
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Ven 25 Nov - 06:33 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Comme tu le dis , il faut reconnaitre que ça s'appuie sur des données terrains plus intéressantes que les clichés de Madame Gimbutas...  Déjà ç m' a convaincu et répondu à mon interrogation sur les "fortifications" qui etait antérieure à une eventuelle menace steppique, donc comme tu l' affirmais, les fortifications etaient là pour resoudre des problèmes internes. Ce qui invalide le scenario des "agriculteurs pacifiques" qui se font submerger par des hordes de guetrriers steppiques Mr. Green

Ce que j'aime aussi beaucoup dans ce travail c'ets qu'il met enfin en parallèle le "modele européen" et les proto etat mesopotamien !  Enfin on comprend que le modèle Sumerien n'etait pas le seul mode de developpement d'une civilisation à l' epoque Exclamation

Ensuite je retiens le rayonnement possible de cette culture avec cet élement :

"Les plus récentes investigations ont montré des processus culturels internes (économiques aussi bien que sociaux) dans la culture de Trypillia, étant connectés non seulement avec la steppe, mais aussi avec les cultures d’Europe centrale"

En tout cas c'est letype de travail qui donne envie d'en connaitre encore plus sur cette culture Exclamation

Merci pour la trouvaille et la traduction Okay
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
bardal


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2011
Messages: 23
Localisation: morbihan

MessagePosté le: Dim 27 Nov - 21:29 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Oui, merci pour ces traductions, qui rafraichissent un peu la connaissance de ces "civilisations" encore trop sous-estimées et méconnues.
Ces études tranchent sans doute avec quelques idées reçues, peut-être inspirée par des lectures naïves des théories antérieures, notamment les apports de M.Gimbutas, et remettent quelques choses importantes à leur juste place: oui, la société Cucuteni-Tripolje était constituée par autre chose qu'un peuple de bisounours; violence, hiérarchies, conflits internes (et probablement externes) devaitent y tenir la place que l'on retrouve dans toutes les sociétés de cette époque, avec quelques recherches en plus, on y découvrira la pratique de sacrifices humains (voire d'anhtropophagie, rituelle ou non), etc... de la même façon, comment ne pas adhérer au constat que le rapport de forces entre cucuteni-t et les IE voisins était tel qu'il rend hautement improbable la victoire sans équivoque des furieux cavaliers blonds... Comme on peut aussi admettre qu'une modification du climat ait pu avoir pour conséquence des difficultés pour une civilisation agraire et déboucher sur un développement du pastoralisme (quoique, même si le phénomène est classique, l'issue d'une telle problématique n'est pas obligatoirement celle-ci: le développement de l'irrigation, surtout quand les grands fleuves sont présents, peut en être une autre, c'est tout aussi classique, ou l'exil vers de nouveaux territoires -les tripoliens étaient coutumiers du fait-)... de la même façon j'adhère à l'importance accordées aux réseaux commerciaux et aux échanges avec d'autres cultures et civilisations, ainsi qu'aux métissages culturels réciproques que cela entraîne...

Mais... car il m'est assez difficile d'admettre aussi simplement une conclusion aussi dérangeante: pour schématiser -un peu trop sans doute-, le homeland des P.I.E est à rechercher du côté de Cucuteni-Tripolje plutôt que dans les steppes pontiques ou russes... J'ai un peu peur que le discret chauvinisme de nos chercheurs ukrainiens ne le cède en rien au sympathique féminisme-pacifisme de Gimbutas, avec des résultats très comparables...

Voyons donc la critique, puisqu'elle est une étape essentielle de la recherche d'une "vérité" (même provisoire!).

D'abord, mais ce n'est qu'un clin d'oeil, il n'y a dans ces textes aucune hypothèse de lien avec Ubaid-Sumer-Akkad... sauf une comparaison, peu poussée, entre les processus d'émergeance d'une culture urbaine; soit dit en passant, et pour rester dans une sphère géographique pas trop vaste, il y a au moins deux autres exemples de naissance de l'urbanisation, l'Egypte et la civilisation de l' Indus.

Mais surtout, il me semble qu'une telle conclusion tirée à partir de l'étude (très intéressante par ailleurs) d'une seule civilisation me parait pour le moins hâtive, voire légère. Exit tout le travail des linguistes, des archéologues et des historiens sur cette question . Car il faut le rappeller, les thèses de M.Gimbutas (qu'il ne faut pas caricaturer...) reposent sur un fantastique travail de synthèse des diverses approches (linguistique, archéologie, anthropologie, mythologie, et même génétique sur la fin) des diverses cultures et civilisations, avec une exceptionnelle connaissance du terrain, terrain incluant les civilisations danubiennes, dont cucuteni-tripolje; ce travail a été soumis à la critique, parfois violente, au plus haut niveau, et ce n'est nullement un hasard si l'énorme majorité des spécialistes s'y sont ralliés ( globalement ou avec certaines divergeances sur tels ou tels points): c'est que cette théorie est celle qui répond le mieux aux acquis des diverses disciplines, qui est la plus vraisemblable en rapport avec les connaissances que nous avons du phénomène IE. Il n'y a guère que Renfrew pour s'accrocher, solitaire, à sa thèse, contredite par l'ensemble de ses collègues...
Entendons-nous bien, je ne tente pas de transformer une thèse majoritairement admise en dogme intouchable, gravé dans le granit des stèles celtique; je connais les insuffisances , les zones d'ombre, les limites et les creux de la théorie de M.Gimbutas; je suis intimement persuadé que des découvertes majeures restent à faire, qui remettront en cause tel ou tel aspect, voire la quasi totalité de cette théorie, mais il faudra alors une argumentation plus solide, plus globale et mieux étayée, apportant réponse meilleure aux questions que nous nous posons...

Ainsi:

-comment expliquer que l'image de la culture PIE que nous livrent les linguistes corresponde ausi peu à ce qui nous est livré aujourd'hui de Cucuteni-Tripolje, qu'un peuple cultivateur n'ait qu'un vocabulaire aussi restreint pour les plantes cultivées, les céréales, l'agriculture; d'ailleurs, si ce peuple était à la veille de l'invention de l'écriture, comment expliquer que le PIE n'ait laissé aucune trace écrite...
- comment expliquer une forte urbanisation d'un côté, un vocabulaire ciblant des implantations modestes de l'autre
- comment expliquer que les diverses céramiques IE de ces temps reculés apparaissent comme en régression par rapport aux productions cucuteni...
- n'insistons pas sur les différences de croyance, elles sont évidentes
- comment expliquer l'infiltration IE dans le complexe balkano-danubien, et la fin des civilisations danubiennes (cucuteni-tripolje en étant la fille, ou la dernière, celle qui a duré le plus longtemps) si l'on accepte sans critique la chronologie et le processus présentés dans ces études...

Ce ne sont que quelques points, mais on pourrait continuer assez longtemps; de fait, la théorie présentée non seulement n'explique pas, mais elle rentre en contradiction avec la majorité des caractéristiques des peuples IE tels que l'on peut aujourd'hui les connaitre...

Bah, il fallait que je me lâche... mais cela ne retire rien au grand intérêt de ces travaux, qui ouvrent sans aucun doute de nouvelles pistes, même si la première empruntée me paraît bien fangeuse...

ET merci encore pour cette traduction.
_________________
homo sum et nihil homini a me alienum puto...
Revenir en haut
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Lun 28 Nov - 18:07 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Bien, je suis content que vous ayez trouvé quelques intérêts à ces traductions (c’était du boulot…).
Le chauvinisme de cet archéologue ukrainien est patent, je ne le nie pas.
Pour autant, il ne me semble pas s’engager dans la problématique IE.
A l’instar de ces archéologues spécialistes de la ‘culture cordée’ qui réfutent vigoureusement une quelconque ‘influence steppique’, sans parler de migrations, dans la genèse de cette culture ( plantant au passage une grosse épine dans le pied droit de la théorie des kourganes), sans pour autant proposer autre chose, et surtout pas que les cordés soient les PIE, Videiko parle d’une culture qu’il étudie, plante au passage une épine dans le pied gauche, mais ne dit nulle part que les trypilliens sont à l’origine des proto-germaniques, par exemple.

Quand j’en aurais le temps, je mettrai en ligne quelques idées qui me sont venues dernièrement, suite à la prise de connaissance de nouvelles infos, à propos de l’action commerciale et des influences qu’ont pu exercer les CT sur la steppe.

Et une dernière précision : pour ce que j’ai compris, c’est la confluence entre les dégâts écologiques causés par un mode de vie socio-économique arrivé au bout de sa logique ET une dégradation des conditions environnementales qui seraient à l’origine d’une ‘dissolution lente’ de cette culture (certaines proto-villes ont duré encore ¾ de millénaire, quand même.)

Sur la problématique IE, je me dirige sur le thread approprié.
Revenir en haut
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Mar 13 Déc - 18:59 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

En passant, David W. Anthony, kourganiste pur jus, dans son livre 'The horse, the wheel and the language', parle lui aussi d'un climat devenant plus sec et plus froid après 3500BC.
Il explique d'ailleurs les migrations 'kourganes' par ce fait.
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Mar 13 Déc - 20:06 (2011)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Anthony avait fait un autre tres bon ouvrage aussi dont j'avais lu des passages gratuits qui m'avait fort intéressé sur les civilisations de la vieille europe. Je crois que c'etait ' lost world in old europe" ou un titre dans ce style là.

Le problème de CT ou d'une civilisation indusienne c'ets qu'en empilant des villes immenses elles arrivent à saturation toutes seules , et dès qu'il y a le moindre changement climatique ou environnemental , elles ont perdu leur caractère flexible et mobile, en étant obliger d'alimenter sur place ces grands centres urbains... Et s'il y a penurie alimentaire ça devient le chaos social et l'auto implosion... et ça ouvre la porte a des cultures peut etre moins organisées ou plus nomadiques de prendre le pouvoir Question
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Mar 14 Fév - 22:02 (2012)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Idea tiens j'ai trouvé une piste pour relancer ce sujet passionant , qui devrait t'interesser soucolline, si tu peux obtenir des infos suppélemenatire:

script in Cucuteni-Tripolje area (Merlini 2004c). Ecriture possible egalement dans cette culture selon les travaux de Merlini
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Jeu 23 Fév - 20:34 (2012)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Exclamation information extrement importante. A verifier et recouper :

Une autre caractéristique de cette civilisation est l’apparente utilisation d’une écriture. Un système de signes développés, créé par les trypilliens, était la première marche vers l’écriture. Certains parmi ces plus de 300 signes (environ 12%), selon Taras Tkachuk, sont similaires au Sumérien : ‘étoile’, ‘plante’, ‘maison’. Les trypilliens utilisaient des jetons d’argile – les mêmes qu’en Mésopotamie. Mais à partir de 3500-3300, le monde trypillien tomba en décadence, et le processus d’invention de l’écriture fut interrompu.

Ce ne fut pas seulement cette invention, mais les proto-villes, le savoir-faire technologique, et l’héritage culturel et religieux qui fut abandonné après 3300-3200BC,et  amena la fin de la dernière grande civilisation énéolithique d’Europe.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Ven 24 Fév - 05:49 (2012)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Idea J' ai retrouvé l'avis de Merlini sur cette proto ecriture trypilienne:

Marco Merlini, Euro Innovanet, Italy/Institute of Archaeomythology, USA

Exploiting the dedicated database DatPCAT of inscribed artifacts from the Precucuteni-
Cucuteni-AriuEd-Trypylla cultural complex, the presentation will test the possibility that
Moldavian and Ukrainian Eneolithic might have expressed an early form of writing.
Under scrutiny is not just the possibility that decorations and symbols in groupings on
vessels constitute a sort of pictographic or ideographic writing, but if these communities
left messages through inscriptions made of geometric, abstract, high schematic, linear,
and not very complex signs typical of a script. The conclusion is that there is
documentary and statistical evidence of a script, although with archaic traits. An
inspection of the internal structuring of the sign system establishes the weakness of any
parallelism between it and early Mesopotamian writing. Instead, it supports the
hypothesis that this archaic script was cognate of the Danube script which appeared in
Neo-Eneolithic Southeastern Europe and had origin from it. Through time and according
to a drift from West to East, two active centers with strong connections developed
close and related sign systems: the Danube basin and the Moldavian-Ukrainian region.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Ven 24 Fév - 06:00 (2012)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Arrow ça ouvre un champ d'investigation très intéressant , celui de l'etude des relations et echanges entre cultures danubiennes et balkaniques - culture Moldavo-Ukrenienne et steppiques, dans une vision beaucoup moins reductrice que celles des "invasions kourganes" .
Avec la culture CT on redecouvre une civilisation tres ancienne en europe batie autour d'au moins 1000 villes de bonnes tailles ! Cette civilisation a forcement eu des relations /influences avec celles du danube , des balkans dont on apas encore decouvert la réelle "taille".
Et forcement la tentation de la comparer et de l'associer avec la civilisation mesopotamiene qui nous a été longtemps présente comme la seule référence de civilisation a cette époque, est très excitante.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Ven 24 Fév - 19:23 (2012)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Idea
Skipp a écrit:
A lire également sur le sujet, tiré de la liste d'articles de la page suivante: http://cisa.uaic.ro/saa/no7.htm

Cucuteni–Tripolye cultural complex: relations and synchronisms with other contemporaneous cultures from the Black Sea area: http://cisa.uaic.ro/saa/saa7/Mantu.pdf
Les rapports entre les civilisations Précucuteni/Tripolie A et Bolgrad-Aldeni: http://cisa.uaic.ro/saa/saa7/Sorokin2.pdf
Les premières représentations masculines dans le Néo-Énéolithique de la Roumanie: http://cisa.uaic.ro/saa/saa7/Ursulescu.pdf

Ainsi que: "Quelques réflexions sur les trésors de la culture Cucuteni": http://saa.uaic.ro/saa/saa9/art.9a-Monah.pdf


+ egalement ce lien: http://events.um.edu.mt/eaa2008/tkachuk.pdf
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Mar 10 Sep - 02:27 (2013)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Shocked encore un artefact incroyable de la culture CT retrouvé à Bujorul 5roumanie)
et daté de - 3000 ac JC.  1 chariot à 4 roues ! tirés  par des cygnes en bronze et fer

http://www.flickr.com/photos/62744336@N03/6881490986/in/photostream/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Mer 11 Sep - 03:41 (2013)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Magnifique artefact !
Mais il faudrait plus de précision sur le site sur lequel il fut trouvé, la méthode de datation, etc...
Il n'est écrit nul part (sauf erreur de ma part) que c'est un objet 'CT'.
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Mer 11 Sep - 18:30 (2013)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Oui je l'ai trouvé dans un diaporama relatif à la culture CT (parce que decouvert à Bujorul en roumanie) mais  tout depend de la datation en fait .En - 3000 ça ne peut pas etre du Thrace - dacien comme indiqué sur la legende de la photo. Ou c'ets un artefact thrace est la datation indiquée est fausse.
j'ai pas trouvé de rapport archéologique sur ce bel artefact
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Dim 22 Sep - 06:14 (2013)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

http://dienekes.blogspot.fr/2013/09/neolithic-boom-and-bust-in-ireland.html

Il semble se confirmer qu'il y a bien eu un 'clash' au niveau des conditionnements environnementales vers 3500BC en Europe. 'Clash' qui semble avoir durer 500 ans. Cela coinciderait avec le scénario archéologique qui voit la disparition d'entités culturelles millénaires comme celle de Cucuteni-Trypolie vers 3500BC, et l'apparition de grands mouvements continentaux comme le 'Cordé' ou le 'Campaniforme' vers 3000BC.
Revenir en haut
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Mar 3 Fév - 05:41 (2015)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Malgré la guerre en Ukraine, Videiko travaille toujours :

http://decouvertes-archeologiques.blogspot.fr/2015/01/un-temple-vieux-de-60…
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 205

MessagePosté le: Mer 4 Fév - 03:48 (2015)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées ! Répondre en citant

Okay merci soucolline.  Oui je l'avais vu sur twitter mais tu m'as devancé pour le rappatrier dans le sujet  du forum Mr. Green

Arrow Juste une petite remarque vis à vis de l' auteur de l'article:

"le village préhistorique faisait 238 hectares. Il comprenait 1200 constructions et près de 50 rues."

Avec les trypiliens comme on l' a vu , on peut (on doit) parler de villes ... Oui je sais ville + prehistorique, ca fait bizarre
mais c'est ce qui fait le charme de cette civilisation aussi.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:27 (2016)    Sujet du message: [Cucuteni-Trypillia] Des batisseurs de cités préhistoriques fortifiées !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Mystères des Civilisations et Monuments étranges du passé -> L' Europe Mégalithique et Néolithique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylStargate theme by SGo