Histoire Secrète Index du Forum Histoire Secrète
Le passé de notre humanité avec ses mystères et ses secrets
 
 FAQ   Rechercher   Membres   
 S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Le caducée et la symbolique dravidienne indo-méditerranéenne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Mystères des Civilisations et Monuments étranges du passé -> Asie continentale , meridionnale et Extreme Orient
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ase


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 204
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: Lun 10 Sep - 00:31 (2012)    Sujet du message: Le caducée et la symbolique dravidienne indo-méditerranéenne Répondre en citant

Le caducée et la symbolique dravidienne indo-méditerranéenne de l'arbre, de la pierre, du serpent, et de la déesse-mère.

Il s'agit d'une étude de Jean Boulnois que j'ai toujours cherché à avoir depuis 2007 sans jamais y parvenir.

Cinq ans après, je découvre un petit résumé sur le site cat.inist.fr :
Citation:


La 1re partie est consacrée aux stèles sculptées de serpents en figuration de caducée que l'auteur a observées dans l'Inde du Sud, plantées sous deux arbres qui ont poussé enlacés : les nâgakkâls, en relation avec des croyances et pratiques destinées à assurer la fécondité. Dans une seconde partie l'Auteur fait apparaître des relations évidentes entre cette symbolique dravidienne et certaines divinités et pratiques rituelles des civilisations indo-méditerranéennes antiques : dès l'époque chalcolithique s'était constituée une symbolique spécifique dravidienne indo-méditerranéenne nettement distincte du reste du monde.


J'ai également trouvé un autre résumé-biographie sur le site de Persee (par André Padoux) :



Et sur maisonneuve-adrien :
Citation:

Vers 1925, les fouilles à Mohenjo-Daro et à Harappa révélèrent l'existence d'une brillante civilisation qui avait précédé de mille ans l'arrivée des Aryens. Une surprise encore plus grande nous était réservée : la civilisation pré-aryenne existe encore! C'est cette révélation qu'apporte le livre du Dr Boulnois
Le Dr Boulnois avait été nommé comme médecin à Karikal ; or le Sud de l'Inde est le pays le plus éloigné de I'invasion Aryenne : la vague étrangère, après avoir submergé le reste de l'inde, avait atteint l'extrême-sud avec une énergie amenuisée. L'influence aryenne avait couvert comme un simple vernis, les vieilles croyances et les vieilles coutumes.
Le temple n'a pas été construit pour un dieu aryen, il a été édifié autour de l'arbre sacré, et c'est le génie de l'arbre qui est dans le sanctuaire. Le Dr Boulnois a décrit les pré-aryens pris sur le vif; mais il a tiré de cette découverte un conséquence non moins imprévues ; l'étude de la civilisation de telles ressemblances avec d'autres civilisations préhistoriques, que, de la comparaison, naissait une idée d'importance mondiale : L'Inde pré-aryenne était un centre de culture qui avait essaimé sur une grande partie de l'Univers.

Le professeur J. Boulnois soutient entre autre dans ses travaux l'identité d'origine des vieilles croyances méditerranéennes et dravidiennes.


~ Chap. I. : L'association arbre-serpent, le symbolisme dravidien de l'eau et de la pierre. — L'arbre, le serpent et les rites du mariage et de la nubilité : L'Arasânikkal - Le mariage entre l'Arbre et les humains - L'Arbre et la nubilité. — Le Nâga polycéphale symbole du faiseur d'eau — Le caducée dravidien symbole de mystique sexuelle : Essai d'étude anthropologique du Dravidien.
~ Chap. II. La symbolique dravidienne indo-méditerranéenne antique, de l'arbre, de la pierre, du serpent et de la déesse mère : chez les Phéniciens et les Juifs — associée au matriarcat et à l'androgynat — commune au domaine indo-méditerrannéen, son rôle dans l'origine de l'art — Son rôle à l'origine de la Médecine : Dionysos, Hermès, Apollon et Esculape; le sens du caducée indo-méditerrannéen


 
L'avez-vous lu ? Avez vous entendu parler des origines du caducée en Inde et dans la symbolique dravidienne ?
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 10 Sep - 00:31 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ase


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 204
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: Lun 10 Sep - 07:28 (2012)    Sujet du message: Le caducée et la symbolique dravidienne indo-méditerranéenne Répondre en citant

Petit extrait de Sur la maternité du chêne et de la pierre de Yves Vadé dans Revue de l'Histoire des Religions :

Citation:


Ces traditions et ces rites peuvent paraître disparates et le sont en effet ; ils revêtent assurément des significations et appellent des interprétations différentes dans le cadre des diverses cultures auxquelles ils appartiennent. Nous aurons à nous demander toutefois si la liaison qu'ils manifestent entre l'arbre (plus particulièrement le chêne) ou la pierre d'une part, et la notion de fécondité ou une grande figure féminine d'autre part, peut apparaître indifféremment partout, ou si elle suppose un substrat mythique et cosmologique commun, qu'il serait dès lors légitime de chercher à préciser.

Mais un ensemble de pratiques beaucoup plus complet et mieux articulé que ce qu'on peut trouver dans les traditions populaires de l'Europe doit être considéré, en regard des traditions fragmentaires qui viennent d'être rappelées. Il appartient à des populations dravidiennes du sud de l'Inde, purement agricoles, encore attachées au mégalithisme et vivant à l'écart des courants de civilisation majoritaires ; l'étude en a été faite par le Dr Boulnois au cours de trois années de séjour en pays tamoul. Persuadés, comme tant d'autres peuples archaïques, que le rapport sexuel est à lui seul insuffisant à provoquer la conception, pour laquelle un élément mystique est indispensable, ces villageois vont s'adresser pour obtenir celui-ci, tantôt à certains sanctuaires, tantôt à l'arbre, à la pierre, au serpent, à l'eau. Ces éléments peuvent parfois être dissociés : « Dans les très basses castes et parmi les non-castés de l'Inde du Sud, la femme s'adresse au pouvoir fécondant de la pierre (mégalithes, en général) transmis par les ancêtres » ... « pour la masse des Dravidiens, la pierre (comme l'arbre) est fixateur d'esprits bons ou mauvais ». On croit également « à la vertu immédiatement fécondante du bain dans l'eau des puits, des étangs, des cours d'eau et c'est aussi corollairement, parce que les serpents sont communément considérés comme génies des eaux et dispensateurs de la pluie, qu'ils sont propices à la fécondité et guérisseurs de stérilité ». L'arbre à latex, banyan ou Ficus religiosa, est également vecteur de fécondité, comme dans une grande partie de l'Asie. Mais ces divers éléments se trouvent réunis dans un ensemble rituel à l'usage des couples restés sans enfants après plusieurs années de mariage : deux jeunes arbres (un plant de figuier des Pagodes et un plant de margouzier) sont plantés côte à côte par l'homme et la femme au bord d'une rivière ou d'un étang sacré (condition indispensable) et « mariés » par entrelacement de leurs branches.
Au bout de quelques années, une pierre portant gravés des serpents enlacés comme sur le caducée (position naturelle des Nâgas, cobras sacrés, copulant) est posée à demeure entre les racines entremêlées des deux arbres, dont l'union est alors consommée. Mais cette pierre (le Nâgakkâl) n'aurait aucune efficacité si elle n'avait été plongée plusieurs mois dans l'eau d'un étang sacré ou du puits de la maison. Certains couples d'arbres, plus spécialement réputés, ombragent jusqu'à trente et quarante Nâgakkâls. Si les mariages d'arbres s'observent dans toute l'Inde, les Nâggakkâls disparaissent lorsqu'on quitte le pays tamoul.

Une symbolique plus directement sexuelle vient encore doubler, d'une façon qu'on pourrait dire pléonastique, les anciens garants de la fécondité : le Nâgakkâl, vu de dos, représente le plus souvent un linga, et dans un des anneaux du caducée est figuré un linga dans sa yoni ; on peut y voir aussi un taureau à bosse et une fleur de lotus. Malgré les différentes contaminations qui ont pu intervenir en domaine indien, il est remarquable que ces éléments de culte dravidien se distinguent nettement des traditions védiques et brahmaniques, où ni l'arbre, ni le serpent, ni les pierres ne sont directement liés à la génération humaine.

Dans le monde indien en général, et remontant sans aucun doute à l'époque préaryenne, certains arbres ne peuvent fleurir que si une femme les enlace et les frappe du pied ; en retour, ces arbres rendent féconde cette femme. Dans une vie antérieure (Jâlaka) du Buddha, ce dernier était incarné dans un arbre palaça (Bulea frondosa, Roxb.). Le Buddha lui-même naquit sous un arbre plaksha (Ficus racemosa, Linn.), tandis que sa mère, debout, tenait l'une de ses branches. A ce propos, Mme 0. Viennot nous dit : « En fait, cette image de Mâyâ (la mère du Buddha) à l'arbre nous apparaît plutôt comme un symbole de la femme recevant la fécondation de l'arbre, de la même manière que la femme étreignant l'arbre pour en obtenir une progéniture, dont nous avons parlé plus haut ». Lorsqu'il mourut, le Buddha s'étendit sur une couche disposée entre deux arbres cala (Shorea robusta, Gaestner) ; couche, nous dit un commentaire, qui était « destinée au roi Malla (tribu locale) qui s'y asseyait lors de son élection ». Or, selon une autre version de la naissance du Buddha, ce serait sous un arbre cala que la mère du Buddha l'aurait mis au monde.


Ainsi le symbole du caducée à deux serpents entrelacés s'est introduit en Inde à une date inconnue : chez les Dravidiens, il est sculpté sur des pierres appelées " Nâgakkâls" qui sont associées à la fertilité / fécondité. Souvent elles représentent le linguam (phallus) du dieu Shiva et les serpents sont accompagnés de symboles shivaïstes (le taureau Nandi par exemple).

Représentation des Nâgakkâls chez les Dravidiens :

Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 319

MessagePosté le: Mar 11 Sep - 03:13 (2012)    Sujet du message: Le caducée et la symbolique dravidienne indo-méditerranéenne Répondre en citant

Passionant cette association arbre - serpent - Déesse

Savez vous qu'on retrouvé cetet association encore bien avant la tradition qui est decrite dans ce sujet ?


Mitra a écrit:

Okay trouvé encore plus ancien Mr. Green

9000 ans av JC - turquie - découvert lors des fouilles (toujours en cours) du site de Gobleki Tepe (dont a parlé largement par ailleurs surce forum)




SERPENT - ARBRE - HOMME (ou femme)



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:01 (2016)    Sujet du message: Le caducée et la symbolique dravidienne indo-méditerranéenne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Mystères des Civilisations et Monuments étranges du passé -> Asie continentale , meridionnale et Extreme Orient Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylStargate theme by SGo