Histoire Secrète Index du Forum Histoire Secrète
Le passé de notre humanité avec ses mystères et ses secrets
 
 FAQ   Rechercher   Membres   
 S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Etude de cas
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Lun 24 Jan - 21:44 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant


  

Enuma Elish (
,  litteralement "Lorsque en haut ...") est l' épopée de la création du monde selon les babyloniens, datée dans sa version la plus ancienne d'il y a 2000 ans avant JC !

Cette épopée raconte la création de l'univers, de l' homme , l' histoire de Marduk (le dieu principal pour les babyloniens) et pourquoi il faut le vénerer. Le poème contient 994 lignes divisé en 7 sections . Chaque section est gravée sur une tablette d'argile différente en écriture cunéiforme et en langue Akkadiene.

Le poeme incarne les croyances des babyloniens et assyriens concernant l' origine de l' univers, la montée en puissance de dieux engendrés du Chaos, l'histoire expliquant comme les premiers dieux aquatiques APSU et TIAMAT ont été respectivement détrônés par EA et MARDUK , et comment MARDUK ayant triomphé des dieux engendrés du Chaos a pu créer la Terre et l' Homme.

Les copies assyriennes et babylonienne de ce poeme onté ét trouvées dans d enombreux endroits: Ninive , Assur, Kisk , Sultantepe etc... ce qui a permis de consolider l' histoire dans sa quasi globalité à travers les différents fragments découverts. 

Ce texte a servi à consolider nos connaissances sur l'astronomie Babylonienne et de s'apercevoir que la génèse biblique de l' ancien testament s'en était largement inspiré !

Et malheureusement à certain d'en faire des interpretations...fantaisistes au cours du XX eme siècle !! Mr. Green


Ci dessous une traduction complète en anglais et réputée tres fiable de L. W. KING (1902)

J'espère que nous aurons l'occasion içi d'etudier de près et discuter de nombreux aspects spécifiques et connaissances que peut apporter ce texte . Okay

Tablet I

1   When the heavens above did not exist,
2   And earth beneath had not come into being—
3   There was Apsû, the first in order, their begetter,
4   And demiurge Tia-mat, who gave birth to them all;
5   They had mingled their waters together
6   Before meadow-land had coalesced and reed-bed was to he found —
7   When not one of the gods had been formed
8   Or had come into being, when no destinies had been decreed,
9   The gods were created within them:
10   Lah(mu and Lah(amu were formed and came into being.
11   While they grew and increased in stature
12   Anšar and Kišar, who excelled them, were created.
13   They prolonged their days, they multiplied their years.
14   Anu, their son, could rival his fathers.
15   Anu, the son, equalled Anšar,
16   And Anu begat Nudimmud, his own equal.
17   Nudimmud was the champion among his fathers:
18   Profoundly discerning, wise, of robust strength;
19   Very much stronger than his father's begetter, Anšar
20   He had no rival among the gods, his brothers.
21   The divine brothers came together,
22   Their clamour got loud, throwing Tia-mat into a turmoil.
23   They jarred the nerves of Tia-mat,
24   And by their dancing they spread alarm in Anduruna.
25   Apsû did not diminish their clamour,
26   And Tia-mat was silent when confronted with them.
27   Their conduct was displeasing to her,
28   Yet though their behaviour was not good, she wished to spare them.
29   Thereupon Apsû, the begetter of the great gods,
30   Called Mummu, his vizier, and addressed him,
31   "Vizier Mummu, who gratifies my pleasure,
32   Come, let us go to Tia-mat!"
33   They went and sat, facing Tia-mat,
34   As they conferred about the gods, their sons.
35   Apsû opened his mouth
36   And addressed Tia-mat
37   "Their behaviour has become displeasing to me
38   And I cannot rest in the day-time or sleep at night.
39   I will destroy and break up their way of life
40   That silence may reign and we may sleep."
41   When Tia-mat heard this
42   She raged and cried out to her spouse,
43   She cried in distress, fuming within herself,
44   She grieved over the (plotted) evil,
45   "How can we destroy what we have given birth to?
46   Though their behaviour causes distress, let us tighten discipline graciously."
47   Mummu spoke up with counsel for Apsû—
48   (As from) a rebellious vizier was the counsel of his Mummu—
49   "Destroy, my father, that lawless way of life,
50   That you may rest in the day-time and sleep by night!"
51   Apsû was pleased with him, his face beamed
52   Because he had plotted evil against the gods, his sons.
53   Mummu put his arms around Apsû's neck,
54   He sat on his knees kissing him.
55   What they plotted in their gathering
56   Was reported to the gods, their sons.
57   The gods heard it and were frantic.
58   They were overcome with silence and sat quietly.
59   Ea, who excels in knowledge, the skilled and learned,
60   Ea, who knows everything, perceived their tricks.
61   He fashioned it and made it to be all-embracing,
62   He executed it skilfully as supreme—his pure incantation.
63   He recited it and set it on the waters,
64   He poured sleep upon him as he was slumbering deeply.
65   He put Apsû to slumber as he poured out sleep,
66   And Mummu, the counsellor, was breathless with agitation.
67   He split (Apsû's) sinews, ripped off his crown,
68   Carried away his aura and put it on himself.
69   He bound Apsû and killed him;
70   Mummu he confined and handled roughly.
71   He set his dwelling upon Apsû,
72   And laid hold on Mummu, keeping the nose-rope in his hand.
73   After Ea had bound and slain his enemies,
74   Had achieved victory over his foes,
75   He rested quietly in his chamber,
76   He called it Apsû, whose shrines he appointed.
77   Then he founded his living-quarters within it,
78   And Ea and Damkina, his wife, sat in splendour.
79   In the chamber of the destinies, the room of the archetypes,
80   The wisest of the wise, the sage of the gods, Be-l was conceived.
81   In Apsû was Marduk born,
82   In pure Apsû was Marduk born.
83   Ea his father begat him,
84   Damkina his mother bore him.
85   He sucked the breasts of goddesses,
86   A nurse reared him and filled him with terror.
87   His figure was well developed, the glance of his eyes was dazzling,
88   His growth was manly, he was mighty from the beginning.
89   Anu, his father's begetter, saw him,
90   He exulted and smiled; his heart filled with joy.
91   Anu rendered him perfect: his divinity was remarkable,
92   And he became very lofty, excelling them in his attributes.
93   His members were incomprehensibly wonderful,
94   Incapable of being grasped with the mind, hard even to look on.
95   Four were his eyes, four his ears,
96   Flame shot forth as he moved his lips.
97   His four ears grew large,
93   And his eyes likewise took in everything.
99   His figure was lofty and superior in comparison with the gods,
100   His limbs were surpassing, his nature was superior.
101   'Mari-utu, Mari-utu,
102   The Son, the Sun-god, the Sun-god of the gods.'
103   He was clothed with the aura of the Ten Gods, so exalted was his strength,
104   The Fifty Dreads were loaded upon him.
105   Anu formed and gave birth to the four winds,
106   He delivered them to him, "My son, let them whirl!"
107   He formed dust and set a hurricane to drive it,
108   He made a wave to bring consternation on Tia-mat.
109   Tia-mat was confounded; day and night she was frantic.
110   The gods took no rest, they . . . . . . .
111   In their minds they plotted evil,
112   And addressed their mother Tia-mat,
113   "When Apsû, your spouse, was killed,
114   You did not go at his side, but sat quietly.
115   The four dreadful winds have been fashioned
116   To throw you into confusion, and we cannot sleep.
117   You gave no thought to Apsû, your spouse,
113   Nor to Mummu, who is a prisoner. Now you sit alone.
119   Henceforth you will be in frantic consternation!
120   And as for us, who cannot rest, you do not love us!
121   Consider our burden, our eyes are hollow.
122   Break the immovable yoke that we may sleep.
123   Make battle, avenge them!
124   [ . . ] . . . . reduce to nothingness!
125   Tia-mat heard, the speech pleased her,
126   (She said,) "Let us make demons, [as you] have advised."
127   The gods assembled within her.
128   They conceived [evil] against the gods their begetters.
129   They . . . . . and took the side of Tia-mat,
130   Fiercely plotting, unresting by night and day,
131   Lusting for battle, raging, storming,
132   They set up a host to bring about conflict.
133   Mother H(ubur, who forms everything,
134   Supplied irresistible weapons, and gave birth to giant serpents.
135   They had sharp teeth, they were merciless . . . .
136   With poison instead of blood she filled their bodies.
137   She clothed the fearful monsters with dread,
138   She loaded them with an aura and made them godlike.
139   (She said,) "Let their onlooker feebly perish,
140   May they constantly leap forward and never retire."
141   She created the Hydra, the Dragon, the Hairy Hero
142   The Great Demon, the Savage Dog, and the Scorpion-man,
143   Fierce demons, the Fish-man, and the Bull-man,
144   Carriers of merciless weapons, fearless in the face of battle.
145   Her commands were tremendous, not to be resisted.
146   Altogether she made eleven of that kind.
147   Among the gods, her sons, whom she constituted her host,
148   She exalted Qingu, and magnified him among them.
149   The leadership of the army, the direction of the host,
150   The bearing of weapons, campaigning, the mobilization of conflict,
151   The chief executive power of battle, supreme command,
152   She entrusted to him and set him on a throne,
153   "I have cast the spell for you and exalted you in the host of the gods,
154   I have delivered to you the rule of all the gods.
155   You are indeed exalted, my spouse, you are renowned,
156   Let your commands prevail over all the Anunnaki."
157   She gave him the Tablet of Destinies and fastened it to his breast,
158   (Saying) "Your order may not be changed; let the utterance of your mouth be firm."
159   After Qingu was elevated and had acquired the power of Anuship,
160   He decreed the destinies for the gods, her sons:
161   "May the utterance of your mouths subdue the fire-god,
162   May your poison by its accumulation put down aggression."

Tablet II
1   Tia-mat gathered together her creation
2   And organised battle against the gods, her offspring.
3   Henceforth Tia-mat plotted evil because of Apsû
4   It became known to Ea that she had arranged the conflict.
5   Ea heard this matter,
6   He lapsed into silence in his chamber and sat motionless.
7   After he had reflected and his anger had subsided
8   He directed his steps to Anšar his father.
9   He entered the presence of the father of his begetter, Anšar,
10   And related to him all of Tia-mat's plotting.
11   "My father, Tia-mat our mother has conceived a hatred for us,
12   She has established a host in her savage fury.
13   All the gods have turned to her,
14   Even those you (pl.) begat also take her side
15   They . . . . . and took the side of Tia-mat,
16   Fiercely plotting, unresting by night and day,
17   Lusting for battle, raging, storming,
18   They set up a host to bring about conflict.
19   Mother H(ubur, who forms everything,
20   Supplied irresistible weapons, and gave birth to giant serpents.
21    They had sharp teeth, they were merciless.
22   With poison instead of blood she filled their bodies.
23   She clothed the fearful monsters with dread,
24   She loaded them with an aura and made them godlike.
25    (She said,) "Let their onlooker feebly perish,
26   May they constantly leap forward and never retire."
27   She created the Hydra, the Dragon, the Hairy Hero,
28   The Great Demon, the Savage Dog, and the Scorpion-man,
29   Fierce demons, the Fish-man, and the Bull-man,
30   Carriers of merciless weapons, fearless in the face of battle.
31   Her commands were tremendous, not to be resisted.
32   Altogether she made eleven of that kind.
33   Among the gods, her sons, whom she constituted her host,
34   She exalted Qingu and magnified him among them.
35   The leadership of the army, the direction of the host,
36   The bearing of weapons, campaigning, the mobilization of conflict,
37   The chief executive power of battle supreme command,
38   She entrusted to him and set him on a throne.
39   "I have cast the spell for you and exalted you in the host of the gods,
40   I have delivered to you the rule of all the gods.
41   You are indeed exalted, my spouse, you are renowned,
42   Let your commands prevail over all the Anunnaki."
43   She gave him the tablet of Destinies and fastened it to his breast,
44   (Saying) "Your order may not he changed; let the utterance of your mouth be firm."
45   After Qingu was elevated and had acquired the power of Anuship
46   He decreed the destinies for the gods. her sons:
47   "May the utterance of your mouths subdue the fire-god,
48   May your poison by its accumulation put down aggression."
49   Anšar heard; the matter was profoundly disturbing.
50    He cried "Woe!" and bit his lip.
51    His heart was in fury, his mind could not be calmed.
52   Over Ea his son his cry was faltering.
53   "My son, you who provoked the war,
54   Take responsibility for whatever you alone have done!
55   You set out and killed Apsû,
56   And as for Tia-mat, whom you made furious, where is her equal?"
57   The gatherer of counsel, the learned prince,
58    The creator of wisdom, the god Nudimmud
59   With soothing words and calming utterance
60   Gently answered [his] father Anšar
61   "My father, deep mind, who decrees destiny,
62   Who has the power to bring into being and destroy,
63   Anšar, deep mind, who decrees destiny,
64   Who has the power to bring into being and to destroy,
65   I want to say something to you, calm down for me for a moment
66   And consider that I performed a helpful deed.
67   Before I killed Apsû
68   Who could have seen the present situation?
69   Before I quickly made an end of him
70   What were the circumstances were I to destroy him?
71   Anšar heard, the words pleased him.
72   His heart relaxed to speak to Ea,
73   "My son, your deeds are fitting for a god,
74   You are capable of a fierce, unequalled blow . . [ . . . ]
75   Ea, your deeds are fitting for a god,
76   You are capable of a fierce, unequalled blow . . [ . . . ]
77   Go before Tia-mat and appease her attack,
78   . . [ . . . ] . . . her fury with [your] incantation."
79   He heard the speech of Anšar his father,
80   He took the road to her, proceeded on the route to her.
81   He went, he perceived the tricks of Tia-mat,
82   [He stopped], fell silent, and turned back.
83   [He] entered the presence of august Anšar
84   Penitently addressing him,
85   "[My father], Tia-mat's deeds are too much for me.
86   I perceived her planning, and [my] incantation was not equal (to it).
87   Her strength is mighty, she is full of dread,
88   She is altogether very strong, none can go against her.
89   Her very loud cry did not diminish,
90   [I became afraid] of her cry and turned back.
91   [My father], do not lose hope, send a second person against her.
92   Though a woman's strength is very great, it is not equal to a man's.
93   Disband her cohorts, break up her plans
94   Before she lays her hands on us."
95   Anšar cried out in intense fury,
96   Addressing Anu his son,
97   "Honoured son, hero, warrior,
98   Whose strength is mighty, whose attack is irresistible
99   Hasten and stand before Tia-mat,
100   Appease her rage that her heart may relax
101   If she does not harken to your words,
102   Address to her words of petition that she may be appeased."
103   He heard the speech of Anšar his father,
104   He took the road to her, proceeded on the route to her.
105   Anu went, he perceived the tricks of Tia-mat,
106   He stopped, fell silent, and turned back.
107   He entered the presence of Anšar the father who begat him,
108   Penitently addressing him.
109   "My father, Tia-mat's [deeds] are too much for me.
110   I perceived her planning, but my [incantation] was not [equal] (to it).
111   Her strength is mighty, she is [full] of dread,
112   She is altogether very strong, no one [can go against her].
113   Her very loud noise does not diminish,
114   I became afraid of her cry and turned back.
115   My father, do not lose hope, send another person against her.
116   Though a woman's strength is very great, it is not equal to a man's.
117   Disband her cohorts, break up her plans,
118   Before she lays her hands on us."
119   Anšar lapsed into silence, staring at the ground,
120   He nodded to Ea, shaking his head.
121   The Igigi and all the Anunnaki had assembled,
122   They sat in tight-lipped silence.
123   No god would go to face . . [ . . ]
124   Would go out against Tia-mat . . . . [ . . ]
125   Yet the lord Anšar, the father of the great gods,
126   Was angry in his heart, and did not summon any one.
127   A mighty son, the avenger of his father,
128   He who hastens to war, the warrior Marduk
129   Ea summoned (him) to his private chamber
130   To explain to him his plans.
131   "Marduk, give counsel, listen to your father.
132   You are my son, who gives me pleasure,
133   Go reverently before Anšar,
134   Speak, take your stand, appease him with your glance."
135   Be-l rejoiced at his father's words,
136   He drew near and stood in the presence of Anšar.
137   Anšar saw him, his heart filled with satisfaction,
138   He kissed his lips and removed his fear.
139   "My [father] do not hold your peace, but speak forth,
140   I will go and fulfil your desires!
141   [Anšar,] do not hold your peace, but speak forth,
142   I will go and fulfil your desires!
143   Which man has drawn up his battle array against you?
144   And will Tia-mat, who is a woman, attack you with (her) weapons?
145   ["My father], begetter, rejoice and be glad,
146   Soon you will tread on the neck of Tia-mat!
147   [Anšar], begetter, rejoice and be glad,
148   Soon you will tread on the neck of Tia-mat!
149   ["Go,] my son, conversant with all knowledge,
150   Appease Tia-mat with your pure spell.
151   Drive the storm chariot without delay,
152   And with a [ . . ] which cannot be repelled turn her back."
153   Be-l rejoiced at his father's words,
154   With glad heart he addressed his father,
155   "Lord of the gods, Destiny of the great gods,
156   If I should become your avenger,
157   If I should bind Tia-mat and preserve you,
158   Convene an assembly and proclaim for me an exalted destiny.
159   Sit, all of you, in Upšukkinakku with gladness,
160   And let me, with my utterance, decree destinies instead of you.
161   Whatever I instigate must not be changed,
162   Nor may my command be nullified or altered."

Tablet III
1   Anšar opened his mouth
2   And addressed Kaka, his vizier,
3   "Vizier Kaka, who gratifies my pleasure,
4   I will send you to Lah(mu and Lah(amu.
5   You are skilled in making inquiry, learned in address.
6   Have the gods, my fathers, brought to my presence.
7   Let all the gods be brought,
8   Let them confer as they sit at table.
9   Let them eat grain, let them drink ale,
10   Let them decree the destiny for Marduk their avenger.
11   Go, be gone, Kaka, stand before them,
12   And repeat to them all that I tell you:
13   " Anšar, your son, has sent me,
14   And I am to explain his plans.
15-52   = II, 11*-48   (* instead of ' "My father,' put ' "Thus,' )
53   I sent Anu, but he could not face her.
54   Nudimmud took fright and retired.
55   Marduk, the sage of the gods, your son, has come forward,
56   He has determined to meet Tia-mat.
57   He has spoken to me and said,
58-64   = II, 156*-162   (* begin with quotation marks: "If )
65   Quickly, now, decree your destiny for him without delay,
66   That he may go and face your powerful enemy."
67   Kaka went. He directed his steps
68   To Lah(mu and Lah(amu, the gods his fathers.
69   He prostrated himself, he kissed the ground before them,
70   He got up, saying to them he stood,
71-124. = II, 13-66
125   When Lah(h(a and Lah(amu heard, they cried aloud.
126   All the Igigi moaned in distress,
127   "What has gone wrong that she took this decision about us?
128   We did not know what Tia-mat was doing."
129   All the great gods who decree destinies
130   Gathered as they went,
131   They entered the presence of Anšar and became filled with [joy],
132   They kissed one another as they . [ . . ] in the assembly.
133   They conferred as they sat at table,
134   They ate grain, they drank ale.
135   They strained the sweet liquor through their straws,
136   As they drank beer and felt good,
137   They became quite carefree, their mood was merry,
138   And they decreed the fate for Marduk, their avenger.

Tablet IV

1   They set a lordly dais for him
2   And he took his seat before his fathers to receive kingship.
3   (They said,) "You are the most honoured among the great gods,
4   Your destiny is unequalled, your command is like Anu's.
5   Marduk, you are the most honoured among the great gods,
6   Your destiny is unequalled, your command is like Anu's.
7   Henceforth your order will not be annulled,
8   It is in your power to exalt and abase.
9   Your utterance is sure, your command cannot be rebelled against,
10   None of the gods will transgress the line you draw.
11   Shrines for all the gods needs provisioning,
12   That you may be established where their sanctuaries are.
13   You are Marduk, our avenger,
14   We have given you kingship over the sum of the whole universe.
15   Take your seat in the assembly, let your word be exalted,
16   Let your weapons not miss the mark, but may they slay your enemies.
17   Be-l, spare him who trusts in you,
18   But destroy the god who set his mind on evil."
19   They set a constellation in the middle
20   And addressed Marduk, their son,
21   "Your destiny, Be-l, is superior to that of all the gods,
22   Command and bring about annihilation and re-creation.
23   Let the constellation disappear at your utterance,
24   With a second command let the constellation reappear."
25   He gave the command and the constellation disappeared,
26   With a second command the constellation came into being again.
27   When the gods, his fathers, saw (the effect of) his utterance,
28   They rejoiced and offered congratulation: "Marduk is the king!"
29   They added to him a mace, a throne, and a rod,
30   They gave him an irresistible weapon that overwhelms the foe:
31   (They said,) "Go, cut Tia-mat's throat,
32   And let the winds bear up her blood to give the news."
33   The gods, his fathers, decreed the destiny of Be-l,
34   And set him on the road, the way of prosperity and success.
35   He fashioned a bow and made it his weapon,
36    He set an arrow in place, put the bow string on.
37   He took up his club and held it in his right hand,
38   His bow and quiver he hung at his side.
39   He placed lightning before him,
40   And filled his body with tongues of flame.
41   He made a net to enmesh the entrails of Tia-mat,
42   And stationed the four winds that no part of her escape.
43   The South Wind, the North Wind, the East Wind, the West Wind,
44   He put beside his net, winds given by his father, Anu.
45   He fashioned the Evil Wind, the Dust Storm, Tempest,
46   The Four-fold Wind, the Seven-fold Wind, the Chaos-spreading Wind, the . . . . .Wind.
47   He sent out the seven winds that he had fashioned,
48   And they took their stand behind him to harass Tia-mat's entrails.
49   Be-l took up the Storm-flood, his great weapon,
50   He rode the fearful chariot of the irresistible storm.
51   Four steeds he yoked to it and harnessed them to it,
52   The Destroyer, The Merciless, The Trampler, The Fleet.
53   Their lips were parted, their teeth bore venom,
54   They were strangers to weariness, trained to sweep forward.
55   At his right hand he stationed raging battle and strife,
56   On the left, conflict that overwhelms a united battle array.
57   He was clad in a tunic, a fearful coat of mail,
58   And on has head he wore an aura of terror.
59   Be-l proceeded and set out on his way,
60   He set his face toward the raging Tia-mat.
61   In his lips he held a spell,
62   He grasped a plant to counter poison in his hand,
63   Thereupon they milled around him, the gods milled around him,
64   The gods, his fathers, milled around him, the gods milled around him.
65   Be-l drew near, surveying the maw of Tia-mat,
66   He observed the tricks of Qingu, her spouse.
67   As he looked, he lost his nerve,
68   His determination went and he faltered.
69   His divine aides, who were marching at his side,
70   Saw the warrior, the foremost, and their vision became dim.
71   Tia-mat cast her spell without turning her neck,
72   In her lips she held untruth and lies,
73   "[ . ] . . . . . . . . . . . . .
74   In their [ . ] . they have assembled by you."
75   Be-l [lifted up] the Storm-flood, his great weapon,
76   And with these words threw it at the raging Tia-mat,
77   "Why are you aggressive and arrogant,
78   And strive to provoke battle?
79   The younger generation have shouted, outraging their elders,
80   But you, their mother, hold pity in contempt.
81   Qingu you have named to be your spouse,
82   And you have improperly appointed him to the rank of Anuship.
83   Against Anšar, king of the gods, you have stirred up trouble,
84   And against the gods, my fathers, your trouble is established.
85   Deploy your troops, gird on your weapons,
86   You and I will take our stand and do battle."
87   When Tia-mat heard this
88   She went insane and lost her reason.
89   Tia-mat cried aloud and fiercely,
90   All her lower members trembled beneath her.
91   She was reciting an incantation, kept reciting her spell,
92   While the (battle-)gods were sharpening their weapons of war.
93   Tia-mat and Marduk, the sage of the gods, came together,
94   Joining in strife, drawing near to battle.
95   Be-l spread out his net and enmeshed her;
96   He let loose the Evil Wind, the rear guard, in her face.
97   Tia-mat opened her mouth to swallow it,
98   She let the Evil Wind in so that she could not close her lips.
99   The fierce winds weighed down her belly,
100   Her inwards were distended and she opened her mouth wide.
101   He let fly an arrow and pierced her belly,
102   He tore open her entrails and slit her inwards,
103   He bound her and extinguished her life,
104   He threw down her corpse and stood on it.
105   After he had killed Tia-mat, the leader,
106   Her assembly dispersed, her host scattered.
107   Her divine aides, who went beside her,
108   In trembling and fear beat a retreat.
109    . . . . to save their lives,
110   But they were completely surrounded, unable to escape.
111   He bound them and broke their weapons,
112   And they lay enmeshed, sitting in a snare,
113   Hiding in corners, filled with grief,
114   Bearing his punishment, held in a prison.
115   The eleven creatures who were laden with fearfulness,
116   The throng of devils who went as grooms at her right hand,
117   He put ropes upon them and bound their arms,
118   Together with their warfare he trampled them beneath him.
119   Now Qingu, who had risen to power among them,
120   He bound and reckoned with the Dead Gods.
121   He took from him the Tablet of Destinies, which was not properly his,
122   Sealed it with a seal and fastened it to his own breast.
123   After the warrior Marduk had bound and slain his enemies,
124   Had . . . . the arrogant enemy . . . ,
125   Had established victory for Anšar over all his foes,
126   Had fulfilled the desire of Nudimmud,
127   He strengthened his hold on the Bound Gods,
128   And returned to Tia-mat, whom he had bound.
129   Be-l placed his feet on the lower parts of Tia-mat
130   And with his merciless club smashed her skull.
131   He severed her arteries
132   And let the North wind bear up (her blood) to give the news.
133   His fathers saw it and were glad and exulted;
134   They brought gifts and presents to him.
135   Be-l rested, surveying the corpse,
136   In order to divide the lump by a clever scheme.
137   He split her into two like a dried fish:
138   One half of her he set up and stretched out as the heavens.
139   He stretched the skin and appointed a watch
140   With the instruction not to let her waters escape.
141   He crossed over the heavens, surveyed the celestial parts,
142   And adjusted them to match the Apsû, Nudimmud's abode.
143   Be-l measured the shape of the Apsû
144   And set up Ešarra, a replica of Ešgalla.
145   In Ešgalla, Ešarra which he had built, and the heavens,
146   He settled in their shrines Anu, Enlil, and Ea.

Tablet V
1   He fashioned heavenly stations for the great gods,
2   And set up constellations, the patterns of the stars.
3   He appointed the year, marked off divisions,
4   And set up three stars each for the twelve months.
5   After he had organized the year,
6   He established the heavenly station of Ne-beru to fix the stars' intervals.
7   That none should transgress or be slothful
8   He fixed the heavenly stations of Enlil and Ea with it.
9   Gates he opened on both sides,
10   And put strong bolts at the left and the right.
11   He placed the heights (of heaven) in her (Tia-mat's) belly,
12   He created Nannar, entrusting to him the night.
13   He appointed him as the jewel of the night to fix the days,
14   And month by month without ceasing he elevated him with a crown,
15   (Saying,) "Shine over the land at the beginning of the month,
16   Resplendent with horns to fix six days.
17   On the seventh day the crown will be half size,
18   On the fifteenth day, halfway through each month, stand in opposition.
19   When Šamaš [sees] you on the horizon,
20   Diminish in the proper stages and shine backwards.
21   On the 29th day, draw near to the path of Šamaš,
22   . [ . . ] the 30th day, stand in conjunction and rival Šamaš.
23   I have ( . . . . ] . the sign, follow its track,
24   Draw near . . ( . . . . . ) give judgment.
25   . [ . . . . ] . Šamaš, constrain [murder] and violence,
26   . [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ] . me.
*   *   *   *   *   *
35   At the end [ . . .
36   Let there [be] the 29th day [ . . . "
37   After [he had . . . . ] the decrees [ . . .
38   The organization of front and . [ . . .
39   He made the day [ . . .
40   Let the year be equally [ . . .
41   At the new year [ . . .
42   The year . . . . . [ . . .
43   Let there be regularly [ . . .
44   The projecting bolt [ . . .
45   After he had [ . . .
46   The watches of night and day [ . . .
47   The foam which Tia-mat [ . . .
48   Marduk fashioned [ . . .
49   He gathered it together and made it into clouds.
50   The raging of the winds, violent rainstorms,
51   The billowing of mist—the accumulation of her spittle—
52   He appointed for himself and took them in his hand.
53   He put her head in position and poured out . . [ . . ] .
54   He opened the abyss and it was sated with water.
55   From her two eyes he let the Euphrates and Tigris flow,
56   He blocked her nostrils, but left . .
57   He heaped up the distant [mountains] on her breasts,
58   He bored wells to channel the springs.
59   He twisted her tail and wove it into the Durmah(u,
60   [ . . . ] . . the Apsû beneath his feet.
61   [He set up] her crotch—it wedged up the heavens—
62   [(Thus) the half of her] he stretched out and made it firm as the earth.
63   [After] he had finished his work inside Tia-mat,
64   [He spread] his net and let it right out.
65   He surveyed the heavens and the earth . . [ . ] .
66   [ . . ] their bonds . . . . . . .
67   After he had formulated his regulations and composed [his] decrees,
68   He attached guide-ropes and put them in Ea's hands.
69   [The Tablet] of Destinies which Qingu had taken and carried,
70   He took charge of it as a trophy (?) and presented it to Anu.
71   [The . ] . of battle, which he had tied on or had put on his head,
72   [ . ] . he brought before his fathers.
73   [Now] the eleven creatures to which Tia-mat had given birth and . . . ,
74   He broke their weapons and bound them (the creatures) to his feet.
75   He made images of them and stationed them at the [Gate] of the Apsû,
76   To be a sign never to be forgotten.
77   [The gods] saw it and were jubilantly happy,
78   (That is,) Lah(mu, Lah(amu and all his fathers.
79   Anšar [embraced] him and published abroad his title, "Victorious King,"
80   Anu, Enlil and Ea gave him gifts.
81   Mother Damkina, who bore him, hailed him,
82   With a clean festal robe she made his face shine.
83   To Usmû, who held her present to give the news,
84   [He entrusted] the vizierate of the Apsû and the care of the holy places.
85   The Igigi assembled and all did obeisance to him,
86   Every one of the Anunnaki was kissing his feet.
87   They all [gathered] to show their submission,
88   [ . . . ] . they stood, they bowed down, "Behold the king!"
89   His fathers [ . . . ] . and took their fill of his beauty,
90   Be-l listened to their utterance, being girded with the dust of battle.
91   . [ . . . . . . . . . . . . ] . . . . . . .
92   Anointing his body with . [ . . . ] cedar perfume.
93   He clothed himself in [his] lordly robe,
94   With a crown of terror as a royal aura.
95   He took up his club and held it in his right hand,
96      . . . ] . he grasped in his left.
97   [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ]
98      . . . ] . he set his feet.
99   He put upon . [ . . .
100   The sceptre of prosperity and success [he hung] at his side.
101   After [he had . . . ] the aura [
102   He adorned(?) his sack, the Apsû, with a fearful [ . . ]   
103   Was settled like . [ . . .
104   In [his] throne room [ . . .
105   In his cella [ . . .
106   Every one of the gods [ . . .
107   Lah(mu and Lah(amu . [ . . . . . . . ] .
108   Opened their mouths and [addressed] the Igigi gods,
109   "Previously Marduk was our beloved son,
110   Now he is your king, heed his command!"
111   Next, they all spoke up together,
112   "His name is Lugaldimmerankia, trust in him!"
113   When they had given kingship to Marduk,
114   They addressed to him a benediction for prosperity and success,
115   "Henceforth you are the caretaker of our shrine,
116   Whatever you command, we will do!"
117   Marduk opened his mouth to speak
118   And addressed the gods his fathers,
119   "Above the Apsû, the emerald (?) abode,
120   Opposite Ešarra, which I built for you,
121   Beneath the celestial parts, whose floor I made firm,
122   I will build a house to be my luxurious abode.
123   Within it I will establish its shrine,
124   I will found my chamber and establish my kingship.
125   When you come up from the Apsû to make a decision
126   This will be your resting place before the assembly.
127   When you descend from heaven to make a decision
128   This will be your resting place before the assembly.
129   I shall call its name 'Babylon', "The Homes of the Great Gods",
130   Within it we will hold a festival: that will be the evening festival.
131   [The gods], his fathers, [heard] this speech of his,
132   . [ . . . . . . . . . . . . ] . they said,
133   "With regard to all that your hands have made,
134   Who has your [ . . . ]?
135   With regard to the earth that your hands have made,
136   Who has your [ . . . 1?
137   In Babylon, as you have named it,
138   Put our [resting place] for ever.
139   . [ . . . . . . . . . ] let them our bring regular offerings
140   . [ . . . . . . . . . . . . . . . . ] . .
141   Whoever [ . . . ] our tasks which we . [ . . .
142   Therein [ . . . . . ] its toil . [ . . .
143   [ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ]
144   They rejoiced [ . . . . . . . . . . . ] . . [ . . .
145   The gods . [ . . . . . . . . . . . . . ]
146   He who knows [ . . . . . . . . . ] . them
147   He opened [his mouth showing] them light,
148   . . [ . . . . . . . . . ] his speech . [ . ]
149   He made wide [ . . . . . . . . ] . them [ . . .
150   And . [ . . . . . . . . . . . . ] . . . . .
151   The gods bowed down, speaking to him,
152   They addressed Lugaldimmerankia, their lord,
153   "Formerly, lord, [you were our beloved] son,
154   Now you are our king, . . [ . . . ]
155   He who . [ . ] . [ . ] preserved [us]
156   . . [. . . ] the aura of club and sceptre.
157   Let him conceive plans [ . . . . ] . . [ . . . ]
158   [ . ] . . [ . . . . . . that] we . [ . . ."
[b]
Tablet VI[/b]
1   When Marduk heard the gods' speech
2   He conceived a desire to accomplish clever things.
3   He opened his mouth addressing Ea,
4   He counsels that which he had pondered in his heart,
5   "I will bring together blood to form bone,
6   I will bring into being Lullû, whose name shall be 'man'.
7   I will create Lullû—man
8   On whom the toil of the gods will be laid that they may rest.
9   I will skilfully alter the organization of the gods:
10   Though they are honoured as one, they shall be divided into two."
11   Ea answered, as he addressed a word to him,
12   Expressing his comments on the resting of the gods,
13   "Let one brother of theirs be given up.
14   Let him perish that people may be fashioned.
15   Let the great gods assemble
16   And let the guilty one be given up that they may be confirmed."
17   Marduk assembled the great gods,
18   Using gracious direction as he gave his order,
19   As he spoke the gods heeded him:
20   The king addressed a word to the Anunnaki,
21   "Your former oath was true indeed,
22   (Now also) tell me the solemn truth:
23   Who is the one who instigated warfare,
24   Who made Tia-mat rebel, and set battle in motion?
25   Let him who instigated warfare be given up
26   That I may lay his punishment on him; but you sit and rest.
27   The Igigi, the great gods, answered him,
28   That is, Lugaldimmerankia, the counsellor of the gods, the lord,
29   "Qingu is the one who instigated warfare,
30   Who made Tia-mat rebel and set battle in motion."
31   They bound him, holding him before Ea,
32   They inflicted the penalty on him and severed his blood-vessels.
33   From his blood he (Ea) created mankind,
34   On whom he imposed the service of the gods, and set the gods free.
35   After the wise Ea had created mankind
36   And had imposed the service of the gods upon them—
37   That task is beyond comprehension
38   For Nudimmud performed the creation with the skill of Marduk—
39   King Marduk divided the gods,
40   All the Anunnaki into upper and lower groups.
41   He assigned 300 in the heavens to guard the decrees of Anu
42   And appointed them as a guard.
43   Next he arranged the organization of the netherworld.
44   In heaven and netherworld he stationed 600 gods.
45   After he had arranged all the decrees,
46   And had distributed incomes among the Anunnaki of heaven and netherworld,
47   The Anunnaki opened their mouths
48   And addressed their lord Marduk,
49   "Now, lord, seeing you have established our freedom
50   What favour can we do for you?
51   Let us make a shrine of great renown:
52   Your chamber will be our resting place wherein we may repose.
53   Let us erect a shrine to house a pedestal
54   Wherein we may repose when we finish (the work)."
55   When Marduk heard this,
56   He beamed as brightly as the light of day,
57   "Build Babylon, the task you have sought.
58   Let bricks for it be moulded, and raise the shrine!"
59   The Anunnaki wielded the pick.
60   For one year they made the needed bricks.
61   When the second year arrived,
62   They raised the peak of Esagil, a replica of the Apsû.
63   They built the lofty temple tower of the Apsû
64   And for Anu, Enlil, and Ea they established its . . as a dwelling.
65   He sat in splendour before them,
66   Suveying its horns, which were level with the base of Ešarra.
67   After they had completed the work on Esagil
68   All the Anunnaki constructed their own shrines.
69   {300 Igigi of heaven and 600 of the Apsû, all of them, had assembled.}
70   Be-l seated the gods, his fathers, at the banquet
71   In the lofty shrine which they had built for his dwelling,
72   (Saying,) "This is Babylon, your fixed dwelling,
73   Take your pleasure here! Sit down in joy!
74   The great gods sat down,
75   Beer-mugs were set out and they sat at the banquet.
76   After they had enjoyed themselves inside
77   They held a service in awesome Esagil.
78   The regulations and all the rules were confirmed:
79   All the gods divided the stations of heaven and netherwor1d.
80   The college of the Fifty great gods took their seats,
81   The Seven gods of destinies were appointed to give decisions.
82   Be-l received his weapon, the bow, and laid it before them:
83   His divine fathers saw the net which he had made.
84   His fathers saw how skilfully wrought was the structure of the bow
85   As they praised what he had made.
86   Anu lifted it up in the divine assembly,
87   He kissed the bow, saying, "It is my daughter!"
88   Thus he called the names of the bow:
89   "Long Stick" was the first; the second was, "May it hit the mark."
90   With the third name, "Bow Star", he made it to shine in the sky,
91   He fixed its heavenly position along with its divine brothers.
92   After Anu had decreed the destiny of the bow,
93   He set down a royal throne, a lofty one even for a god,
94   Anu set it there in the assembly of the gods.
95   The great gods assembled,
96   They exalted the destiny of Marduk and did obeisance.
97   They invoked a curse on themselves
98   And took an oath with water and oil, and put their hands to their throats.
99   They granted him the right to exercise kingship over the gods,
100   They confirmed him as lord of the gods of heaven and netherworld.
101   Anšar gave him his exalted name, Asalluh(i
102   "At the mention of his name, let us show submission!
103   When he speaks, let the gods heed him,
104   Let his command be superior in upper and lower regions.
105   May the son, our avenger, be exalted,
106   Let his lordship be superior and himself without rival.
107   Let him shepherd the black-heads, his creatures,
108   Let them tell of his character to future days without forgetting.
109   Let him establish lavish food offerings for his fathers,
110   Let him provide for their maintenance and be caretaker of their sanctuaries,
111   Let him burn incense to rejoice their sanctums.
112   Let him do on earth the same as he has done in heaven:
113   Let him appoint the black-heads to worship him.
114   The subject humans should take note and call on their gods,
115   Since he commands they should heed their goddesses,
116   Let food offerings be brought [for] (?) their gods and goddesses,
117   May they (?) not be forgotten, may they remember their gods,
118   May they . . . their . . , may they . . their shrines.
119   Though the black-heads worship some one, some another god,
120   He is the god of each and every one of us!
121   Come, let us call the fifty names
122   Of him whose character is resplendent, whose achievement is the same.
123   (1) MARDUK
As he was named by his father Anu from his birth,
124   Who supplies pasturage and watering, making the stables flourish.
125   Who bound the boastful with his weapon, the storm flood,
126   And saved the gods, his fathers, from distress.
127   He is the son, the sun-god of the gods, he is dazzling,
128   Let them ever walk in his bright light.
129   On the peoples that he created, the living beings,
130   He imposed the service of the gods and they took rest.
131   Creation and annihilation, forgiveness and exacting the penalty
132   Occur at his command, so let them fix their eyes on him.
133   (2) Marukka: he is the god who created them
134   Who put the Anunnaki at ease, the Igigi at rest.
135   (3) Marutukku: he is the support of land, city, and its peoples,
136   Henceforth let the peoples ever heed him.
137   (4) Meršakušu: fierce yet deliberating, angry yet relenting,
138   His mind is wide, his heart is all-embracing.
139   (5) Lugaldimmerankia is the name by which we all called him,
140   Whose command we have exalted above that of the gods his fathers.
141   He is the lord of all the gods of heaven and netherworld,
142   The king at whose injunctions the gods in upper and lower regions shudder.
143   (6) Narilugaldimmerankia is the name we gave him, the mentor of every god,
144   Who established our dwellings in heaven and netherworld in time of trouble,
145   Who distributed the heavenly stations between Igigi and Anunnaki,
146   Let the gods tremble at his name and quake on their seats.
147   (7) Asalluh(i is the name by which his father Anu called him,
148   He is the light of the gods, a mighty hero,
149   Who, as his name says, is a protecting angel for god and land,
150   Who by a terrible combat saved our dwelling in time of trouble.
151   (8) Asalluh(i-Namtilla they called him secondly, the life-giving god,
152   Who, in accordance with the form (of) his (name), restored all the ruined gods,
153   The lord, who brought to life the dead gods by his pure incantation,
154   Let us praise him as the destroyer of the crooked enemies.
155   (9) Asalluh(i-Namru, as his name is called thirdly,
156   The pure god, who cleanses our character."
157   Anšar, Lah(mu, and Lah(amu (each) called him by three of his names,
158   Then they addressed the gods, their sons,
159   "We have each called him by three of his names,
160   Now you call his names, like us."
161   The gods rejoiced as they heard their speech,
162   In Upšuukkinaki they held a conference,
163   "Of the warrior son, our avenger,
164   Of the provisioner, let us extol the name."
165   They sat down in their assembly, summoning the destinies,
166   And with all due rites they called his name:

Tablet VII
1   (10) Asarre, the giver of arable land who established plough-land,
2   The creator of barley and flax, who made plant life grow.
3   (11) Asaralim, who is revered in the counsel chamber, whose counsel excels,
4   The gods heed it and grasp fear of him.
5   (12) Asaralimnunna, the noble, the light of the father, his begetter,
6   Who directs the decrees of Anu, Enlil, and Ea, that is Ninšiku.
7   He is their provisioner, who assigns their incomes,
8   Whose turban multiplies abundance for the land.
9   (13) Tutu is he, who accomplishes their renovation,
10   Let him purify their sanctuaries that they may repose.
11   Let him fashion an incantation that the gods may rest,
12   Though they rise up in fury, let them withdraw.
13   He is indeed exalted in the assembly of the gods, his [fathers],
14   No one among the gods can [equal] him.
15   (14) Tutu-Ziukkinna, the life of [his] host,
16   Who established, the pure heavens for the gods,
17   Who took charge of their courses, who appointed [their stations],
16   May he not be forgotten among mortals, but [let them remember] his deeds.
19   (15) Tutu-Ziku they called him thirdly, the establisher of purification,
20   The god of the pleasant breeze, lord of success and obedience,
21   Who produces bounty and wealth, who establishes abundance,
22   Who turns everything scant that we have into profusion,
23   Whose p1easant breeze we sniffed in time of terrible trouble,
24   Let men command that his praises be constantly uttered, let them offer worship to
him.
25   As (16) Tutu-Agaku, fourthly, let humans extol him,
26   Lord of the pure incantation, who brought the dead back to life,
27   Who showed mercy on the Bound Gods,
28   Who threw the imposed yoke on the gods, his enemies,
29   And to spare them created mankind.
30   The merciful, in whose power it is to restore to life,
31   Let his words be sure and not forgotten
32   From the mouths of the black-heads, his creatures.
33   As (17) Tutu-Tuku, fifthly, let their mouth give expression to his pure spell,
34   Who extirpated all the wicked by his pure incantation.
35   (18) Šazu, who knew the heart of the gods, who saw the reins,
36   Who did not let an evil-doer escape from him,
37   Who established the assembly of the gods, who rejoiced their hearts,
38   Who subjugated the disobedient, he is the gods' encompassing protection.
39   He made truth to prosper, he uprooted perverse speech,
40   He separated falsehood from truth.
41   As (19) Šazu-Zisi, secondly, let them continually praise him, the subduer of aggressors,
42   Who ousted consternation of from the bodies of the gods, his fathers.
43   (20) Šazu-Suh(rim, thirdly, who extirpated every foe with his weapons,
44   Who confounded their plans and turned them into wind.
45   He snuffed out all the wicked who came against him,
46   Let the gods ever shout acclamations in the assembly.
47   (21) Šazu-Suh(gurim, fourthly, who established success for the gods, his fathers,
48   Who extirpated foes and destroyed their offspring,
49   Who scattered their achievements, leaving no part of them,
50   Let his name be spoken and proclaimed in the land.
51   As (22) Šazu-Zah(rim, fifthly, let future gererations discuss him,
52   The destroyer of every rebel, of all the disobedient,
53   Who brought all the fugitive gods into the shrines,
54   Let this name of his be established.
55   As (23) Šazu-Zah(gurim, sixthly, let them altogether and everywhere worship him,
56   Who himself destroyed all the foes in battle.
57   (24) Enbilulu is he, the lord who supplies them abundantly,
58   Their great chosen one, who provides cereal offerings,
59   Who keeps pasturage and watering in good condition and established it for the land,
60   Who opened watercourses and distributed plentiful water.
61   (25) Enbilulu-Epadun, lord of common land and . . ., let them [call him] secondly,
62   Canal supervisor of heaven and netherworld, who sets the furrow,
Who establishes clean arable land in the open country,
63   Who directs irrigation ditch and canal, and marks out the furrow.
64   As (26) Enbilulu-Gugal, canal supervisor of the water courses of the gods, let them praise him thirdly,
65   Lord of abundance, profusion, and huge stores (of grain),
66   Who provides bounty, who enriches human habitations,
67   Who gives wheat, and brings grain into being.
68   (27) Enbilulu-H(egal, who accumulates abundance for the peoples . . . .
69   Who rains down riches on the broad earth, and supplies abundant vegetation.
70   (28) Sirsir, who heaped up a mountain on top of Tia-mat,
71   Who plundered the corpse of Tia-mat with [his] weapons,
72   The guardian of the land, their trustworthy shepherd,
73   Whose hair is a growing crop, whose turban is a furrow,
74   Who kept crossing the broad Sea in his fury,
75   And kept crossing over the place of her battle as though it were a bridge.
76   (29) Sirsir-Malah( they named him secondly—so be it—
77   Tia-mat was his boat, he was her sailor.
78   (30) Gil, who ever heaps up piles of barley, massive mounds,
79   The creator of grain and flocks, who gives seed for the land.
80   (31) Gilima, who made the bond of the gods firm, who created stability,
81   A snare that overwhelmed them, who yet extended favours.
82   (32) Agilima, the lofty, who snatches off the crown, who takes charge of snow,
83   Who created the earth on the water and made firm the height of heaven.
84   (33) Zulum, who assigns meadows for the gods and divides up what he has created,
85   Who gives incomes and food-offerings, who administers shrines.
86   (34) Mummu, creator of heaven end underworld, who protects refugees,
87   The god who purifies heaven and underworld, secondly Zulummu,
88   In respect of whose strength none other among the gods can equal him.
89   (35) Gišnumunab, creator of all the peoples, who made the world regions,
90   Who destroyed Tia-mat's gods, and made peoples from part of them.
91   (36) Lugalabdubur, the king who scattered the works of Tia-mat, who uprooted her weapons,
92   Whose foundation is secure on the "Fore and Aft".
93   (37) Pagalguenna, foremost of all lords, whose strength is exalted,
94   Who is the greatest among the gods, his brothers, the most noble of them all.
95   (38) Lugaldurmah(, king of the bond of the gods, lord of Durmah(u,
96   Who is the greatest in the royal abode, infinitely more lofty than the other gods.
97   (39) Aranunna, counsellor of Ea, creator of the gods, his fathers,
98   Whom no god can equal in respect of his lordly walk.
99   (40) Dumuduku, who renews for himself his pure abode in Duku,
100   Dumuduku, without whom Lugalduku does not make a decision.
101   (41) Lugalšuanna, the king whose strength is exalted among the gods,
102   The lord, the strength of Anu, he who is supreme, chosen of Anšar.
103   (42) Irugga, who plundered them all in the Sea,
104   Who grasps all wisdom, is comprehensive in understanding.
105   (43) Irqingu, who plundered Qingu in . . . battle,
106   Who directs all decrees and establishes lordship.
107   (44) Kinma, the director of all the gods, who gives counsel,
108   At whose name the gods bend down in reverence as before a hurricane.
109   (45) Dingir-Esiskur—let him take his lofty seat in the House of Benediction,
110   Let the gods bring their presents before him
111   Until he receives their offerings.
112   No one but he accomplishes clever things
113   The four (regions) of black-heads are his creation,
114   Apart from him no god knows the measure of their days.
115   (46) Girru, who makes weapons hard (?),
116   Who accomplished clever things in the battle with Tia-mat,
117   Comprehensive in wisdom, skilled in understanding,
118   A deep mind, that all the gods combined do not understand.
119   Let (47) Addu be his name, let him cover the whole span of heaven,
120   Let him thunder with his pleasant voice upon the earth,
121   May the rumble fill (?) the clouds
And give sustenance to the peoples below.
122   (48) Aša-ru, who, as his name says, mustered the Divine Fates
123   He indeed is the warden of absolutely all peoples.
124   As (49) Ne-beru let him hold the crossing place of heaven and underworld,
125   They should not cross above or below, but should wait for him.
126   Ne-beru is his star, which he caused to shine in the sky,
127   Let him take his stand on the heavenly staircase that they may look at him.
128   Yes, he who constantly crosses the Sea without resting,
129   Let his name be Ne-beru, who grasps her middle,
130   Let him fix the paths of the stars of heaven,
131   Let him shepherd all the gods like sheep,
132   Let him bind Tia-mat and put her life in mortal danger,
133   To generations yet unborn, to distant future days,
134   May he continue unchecked, may he persist into eternity.
135   Since he created the heavens and fashioned the earth,
136   Enlil, the father, called him by his own name, (50) 'Lord of the Lands'.
137   Ea heard the names which all the Igigi called
]38   And his spirit became radiant.
139   "Why! He whose name was extolled by his fathers
140   Let him, like me, be called (51) 'Ea'.
141   Let him control the sum of all my rites,
142   Let him administer all my decrees."
143   With the word "Fifty" the great gods
144   Called his fifty names and assigned him an outstanding position.
145   They should be remembered; a leading figure should expound them,
146   The wise and learned should confer about them,
147   A father should repeat them and teach them to his son,
148   One should explain them to shepherd and herdsman.
149   If one is not negligent to Marduk, the Enlil of the gods,
150   May one's land flourish, and oneself prosper,
151   (For) his word is reliable, his command unchanged,
152   No god can alter the utterance of his mouth.
153   When he looks in fury, he does not relent,
154   When his anger is ablaze, no god can face him.
155   His mind is deep, his spirit is all-embracing,
156   Before whom sin and transgression are sought out.
157   Instruction which a leading figure repeated before him (Marduk):
158   He wrote it down and stored it so that generations to come might hear it.
159   [ . . ] . Marduk, who created the Igigi gods,
160   Though they diminish . . . let them call on his name.
161   . . . . the song of Marduk,
162   Who defeated Tia-mat and took kingship.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 24 Jan - 21:44 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Mar 25 Jan - 19:15 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

J'ai ue un message privé de Dédale qui m' a dit que justement il avait commencé l' etude de ce texte majeur .  Incontournable pour comprendre la mésopotamie et Babylone en particulier.  Razz   J'ai déjà une foule de questions en préparation, tellement ce texte est riche et passionnant  Razz
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Jeu 27 Jan - 05:00 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Salut,


Bon, pour commencer, j'ai trouvé une version française qui me semble potable. 


Lorsque Là-haut le ciel n’avait pas encore de nom, 
Et qu'Ici-bas la terre ferme n'avait pas de nom, 
Seuls Apsû-le premier, (eaux douces) le progéniteur, et Tiâmat, (eaux salées) la génitrice qui les enfantera tous,
Mélaient en un seul tout leurs eaux : 
Ni bancs de roseaux n'y étaient encore agglomérés, 
Ni cannaies n'y étaient discernables. 
Des dieux nul n'était encore apparu, ils n'étaient ni appelés de noms ni lotis de destins. 


Alors d'Apsu et de Tiamat, dieux des eaux, dans la vase précipitée,  Lahmu et Lahamu ont émergé et leurs noms fut prononcés. A peine grandis, Anshar et Kishar leurs sont nés, les surpassant. 
Le ciel et la terre se sont écartés, la où les horizons étaient réunis, afin de séparer le nuage de la vase. 
Ils ont passé de longs jours, ils ont ajouté les années aux années jusqu'à ce qu'Anu, le ciel vide, leur fils premier-né, vienne rivaliser avec ses ancêtres. Anshar avait fait son fils Anu pareil à lui-même, et Anu a engendré Nudimmud (Enki / Ea) pareil à lui-même.
Nudimmud-Ea était supérieur à ses ancêtres ; profonde était sa compréhension, il était le plus sage et le plus fort sous l'horizon du ciel. Plus puissant encore qu'Anshar. Il n'avait aucun rival parmi les dieux ses pairs.


Les dieux de cette génération se réunissaient ensembles et la discorde a éclaté parmi eux bien qu'ils aient été des frères. Se battant et cognant dans le ventre de Tiamat, leurs clameurs résonnaient. Ils secouaient le ciel avec leurs danses.
Apsu ne pouvait pas apaiser leur bruit , leur comportement était mauvais et fier. 
Mais Tiamat restait toujours inerte jusqu'à ce qu'Apsu, le père des dieux, a appelé Mummu, son vizir, des nuages.
"Cher conseiller, viens avec moi voir Tiamat." 
S'étant assis devant Tiamat ils ont parlé ensemble au sujet des jeunes dieux, leurs enfants premiers-nés. 
"Leurs nuisances me sont devenues insuportables : je ne peux pas me reposer le jour, et la nuit je ne peux pas dormir. lIs se remuent pour leur compte étant donné que nous, nous n'avons fixé aucune Destinée pour eux. Je les supprimerai et les disperserai ! Ainsi nous aurons enfin la paix et nous pourrons dormir."


Ainsi parlait Apsu à Tiamat, la resplendissante. Elle fut alors irritée, désolée, son coeur travaillé par la passion. Elle a crié terriblement et avec fureur :
"Pourquoi devons nous détruire les enfants que nous avons faits ? Leurs nuisances sont graves, mais nous aurions du les supporter patiemment."
Alors Mummu a conseillé Apsu, et il a parlé avec méchanceté : "Père, ldétruisons ces rebelles : vous aurez le silence pendant la journée et la nuit vous dormirez."
Quand Apsu entendit cela, il a étreint Mummu, son visage s'est allumé de cruauté et il a décidé la destruction des dieux ses fils. 
Il a embrassé Mummu, l'a pris par le cou et l'a posé sur ses genoux pour l' embrasser. 


Mais cette décision fut connue des dieux leurs fils. La confusion les a alors saisis puis ils sont tombés silencieux, car ils étaient abattus.
Le dieu qui est la source de sagesse, l'intelligence lumineuse qui perçoit les plans, Nudimmud-Ea, sa alors échafaudé un plan.
Il a prononcé le mot qui charme les eaux, il a versé le sommeil sur Apsu de sorte qu'il dorme profondément,. Vaincu par le sommeil, Apsu s'est endormi, les eaux douces se sont endormies. Le vizir Mummu, le conseiller d'Apsu, fut subjugué, défait.
Ea l'a saisi, a desserré sa ceinture, enlevée sa couronne, a emporté son manteau flamboyant de gloire et a placé sur lui-même l'auréole de royauté.
Il a lié et tué Apsu. Il a attaché Mummu et lui a passé une corde au nez. 
Aprés avoir vaincu et massacré ses ennemis, Ea a poussé son cri triomphal au-dessus d'eux. Puis il s'est reposé en paix. 


Alors il s'est reposé paisiblement à l'intérieur de son domaine. Il a pris possession des eaux de l'Apsu et y a fondé son temple, et sa propre résidence. Et Ea et Damkina, son épouse, y sont demeurés dans la splendour.
Dans la chambre des destins, le hall des conceptions, le plus intelligent des dieux, a été engendré. Dans l'abîme de l'Apsu, Marduk a été créé. Son père Ea l'a engendré, Damkina, sa mère l'a allaité. Fière était sa forme, quand il a ouvert ses yeux de grandes lumières en sont sorties, son pas était majestueux, il était puissant dès le début.


Anu l'a vu, et s'est réjoui ; son coeur a été rempli de joie. Il l'a vu si parfait que sa divinité a été doublée. Exalté parmi les dieux, Sa stature était si grande qu'on ne pouvait l'imaginer.
Quatre étaient ses yeux et sa vue sans limites,.
Quatre étaient ses oreilles, entendant tout. 
Sa stature était si grande qu'on ne pouvait l'imaginer, 
Ses membres étaient gigantesques, et de sa bouche sortait 
un feu flamboyant quand il remuait les lèvres ! 
Il était fort et portait la gloire de dix dieux, et les éclairs tourbillonnaient autour de lui. 
"Mon fils, mon fils, fils du soleil, et soleil du ciel! !'
Anu l'a vêtu du manteau radiant des dieux. Cinq rayons effrayants ont été groupés au-dessus de lui. Anu a créé les quatre vents et les a mis dans la main de Marduk.


Mais les autres dieux n'ont alors plus eu aucun repos, tourmentés par les orages de Marduk, ils ont conspiré secrètement en leurs coeurs. Ils s'approchèrent de Tiamat. À leur mère ils ont dit :
"Ils ont tué Apsu, votre conjoint, et vous n'avez pas remué, vous ne lui avez apporté aucune aide. Maintenant Anu a appelé des quatre  parties du monde ces abominables vents qui font rage, et nous ne pouvons plus nous reposer.
Rappelez-vous Apsu à votre coeur, votre mari, rappelez-vous  Mummu qui a été défait ; maintenant vous êtes toute seul, et êtes dans la désolation, et nous avons perdu votre amour, et nous soupirons aprés la tranquilité. Réveillez-vous notre mère ! Vengez-vous et rendez-les aussi vides que le vent. Vous allez vous convertir en notre force vengeresse et nous marcherons à vos côtés et nous irons au combat". 
Ils grondaient et s'accumulaient ainsi autour de Tiamat, jusqu'à que celle-ci, réfléchissant sans cesse, décida de modeler des armes pour ces dieux. 


Tiamat les a approuvé, elle a dit, : "J'approuve ce conseil : nous ferons des monstres, et les monstres et les dieux marcheront dans la bataille ensembles contre eux."
Ensemble ils se sont bousculés pour marcher avec Tiamat, tout le jour et la nuit , ils ont hurlé et grogné furieusement, prêt pour la bataille, tandis que la vieille sorcière, la première mère, enfantait une nouvelle couvée. 


Elle a engendré d'énormes serpents aux crochets empoisonnés, pleins à craquer du venin, des dragons grondant portant une melannu (halo de lumière) comme des dieux.  
Celui qui voit ces êtres est certain de mourir car quand ils s'élancent, ils ne reviennent jamais en arrière.
Elle a fait le ver rouge géant et furieux (Mushmahhu).
l'aigle léontocéphale Ushumgallu
l'hydre cornue Bashmû 
le dragon Mushkhushu
le monstre Lakhamu / Lalimu aux longs cheveux. 
le lion géant Ugallu
l'homme-lion Uridimmu (ou chien écumant et terrifiant).
l'homme Scorpion Girtablullu.
l'oiseau-tempète Umu-dabrûtu.
l'homme-poisson Kulili / Kulullu / Kubrillû.
le Kusariku (capricorne). 
Il n'y avait aucune pitié en eux, ils ne reculaient jamais dans la bataille, et obéissaient aveuglément aux ordres. 
Elle avait créé ces onze monstres invincibles, ensuite parmi ses dieux travailleurs elle désigna Kingu qu'elle éleva au rang de général de son armée.


Elle exalta Kuingu et le constitua comme leur chef, pour prendre la tête de l'armée, pour diriger la troupe, pour mener les armée et déclencher l'attaque, prenant la direction suprême dans le combat.
Elle les remit entre ses mains quand elle le fit asseoir dans l'assemblée : 
"Moi j'ai prononcé l'exhortation en ta faveur, en t'exaltant devant l'assemblée des dieux. Tu est magnifique, tu es mon époux ! Que les Annunakis exaltent ton nom au-dessus de tous !"
Elle lui donna les Tablettes du Destin et les fixa à son cou : " Quant à toi, ton commandement ne changera pas, la parole de ta bouche demeurera !"
Ainsi Kingu a reçu l'autorité alors qu'elle appartenait avant à Anu. 
Quand son travail de création contre ses enfants a été fini,   Tiamat a commencé les préparations de la guerre. 


Ces nouvelles mauvaises nouvelles parvinrent à Ea. 
Quand il l'a eu appris il a été assommé, il s'est assis dans le silence et l'obscurité jusqu'à ce que sa fureur soit passée ; alors il s'est tourné vers les autres dieux. Il est allé à Anshar, le père de son père, et lui a dit ce que Tiamat avait décidé, 
"Tiamat, notre génitrice nous déteste. Elle a dressé autour d'elle et contre nous les terribles Annunakis que vous avez engendré. Elle a opposé la moitié des dieux contre l'autre moitié. Ensemble ils se sont bousculés pour marcher avec Tiamat, tout le jour et la nuit , ils ont hurlé et grogné furieusement, prêt pour la bataille, tandis que la vieille sorcière, la première mère, enfantait une nouvelle couvée. 
Elle a engendré d'énormes serpents aux crochets empoisonnés, pleins à craquer du venin, des dragons grondant portant une melannu (halo de lumière) comme des dieux.  
Celui qui voit ces êtres est certain de mourir car quand ils s'élancent, ils ne reviennent jamais en arrière.
Elle a fait le ver rouge géant et furieux (Mushmahhu).
l'aigle léontocéphale Ushumgallu
l'hydre cornue Bashmû 
le dragon Mushkhushu
le monstre Lakhamu / Lalimu aux longs cheveux. 
le lion géant Ugallu
l'homme-lion Uridimmu (ou chien écumant et terrifiant).
l'homme Scorpion Girtablullu.
l'oiseau-tempète Umu-dabrûtu.
l'homme-poisson Kulili / Kulullu / Kubrillû.
le Kusariku (capricorne). 
Il n'y avait aucune pitié en eux, ils ne reculent jamais dans la bataille, et obéissent aveuglément aux ordres. 
Elle a créé ces onze monstres invincibles, ensuite parmi ses dieux travailleurs elle désigné Kingu qu'elle a élevé au rang de général de son armée.


Elle a exalté Kuingu et l'a constitué comme leur chef, pour prendre la tête de l'armée, pour diriger la troupe, pour mener les armée et déclencher l'attaque, prenant la direction suprême dans le combat.
Elle les remit entre ses mains quand elle le fit asseoir dans l'assemblée: "Moi j'ai prononcé l'exhortation en ta faveur, en t'exaltant devant l'assemblée des dieux. Tu est magnifique, tu es mon époux ! Que les Annunakis exaltent ton nom au-dessus de tous !"
Elle lui a donné les Tablettes du Destin et les afixé à son cou : " Quant à toi, ton commandement ne changera pas, la parole de ta bouche demeurera !"
Ainsi Kingu a reçu l'autorité alors qu'elle appartenait avant à Anu. 
Quand son travail de création contre ses enfants a été fini,   Tiamat a commencé les préparations de la guerre. 


Comment pourrons-nous la faire renoncer ? Je demande que les Igigis se réunissent en conseil et trouve une solution".
Quand Anshar a entendu comment la tempète de Tiamat se levait, il s'est frappé à l'aine, agité par la fièvre, sombre et angoissé au coeur, il a couvert sa bouche pour étouffer ses gémissements. 
Enfin il a parlé, poussant Ea au combat :  "Vous avez tué Mummu, tué Apsu, mis à mort Kingu qui marcheait devant Tiamat.'


Le conseiller sagace des dieux, Nudimmud-Ea, a répondu à Anshar... 
"Je rencontrerai Tiamat et calmerai son esprit, son coeur déborde mais elle entendra mes mots, et si je n'y arrive pas, peut-être  pourrez-vous apaiser ses eaux."
Nudimmud a pris la route courte, est allé la manière directe à Tiamat ; mais quand il a vu son armée entière, il a vu qu'il ne pourrait pas lui faire face, et il est revenu en se tapissant. 


Alors Anshar a appelé son fils Anu : "Voila un vrai héro, un dieu fort. Va voir Tiamat, et calme son esprit ; son coeur déborde mais elle t'écoutera,. Mais si elle ne veut pas de la réconciliation, ma parole pourra peut-être apaiser ses eaux." 
Anu a obéi aux ordres de son père, il a pris la route courte, est allé de manière directe à Tiamat ; mais quand il a vu son armée entière, il a vu qu'il ne pourrait pas lui faire face, et il est revenu en se tapissant vers son père Anshar. 


Il a parlé comme s'il voyait toujours Tiamat, en face de lui : "Mes mains sont trop faible, je ne peut pas la conquérir." 
Anshar resta muet ; il a regardé fixement la terre en se tenant les cheveux. Il a secoué sa tête; Ea, tous les Anunnakis, les serviteurs  des dieux, tous se taisaient . ls se sont assis avec la bouche fermée pour réfléchir, 
"Quel autre dieu peut faire à guerre sur Tiamat ? Personne d'autre ne peut lui faire face ?"
Puis le seigneur, le père des dieux, Anshar s'est levé à ses pieds, majestueux, et a parlé aux Anunnakis : "Qui de nous est impétueux dans la bataille ? Le héros Marduk ! Lui seul est assez fort pour nous venger." 


Marduk fut appelé par Ea dans un endroit secret. Ea ui a donné des conseils subtiles avec son esprit profond : "Vous êtes le cher fils qui chauffe mon coeur, Marduk. Quand vous verrez Anshar, allez directement à lui. Levez-vous quand vous parlerez, et quand il vous verra il se calmera."
Le seigneur Marduk a exulté, il est parti avec ses beaux vêtements voir Anshar. Quand Anshar l'a vu son coeur s'est gonflé de joie, il l'a embrassé sur les lèvres et a secoué son désespoir. 
Marduk parla à Anshar : "J'accomplirai ce que vous désirez ardemment pour la plupart en votre coeur. Quel héros vous menace ? Seulement une femelle, seulement Tiamat. Vous verrez que je la briserai !"


Ashar a répondu :  "Mon fils, mon fils sage, l'orage est votre char, ils vous guidera vers Tiamat, et après en avoir fini avec elle, vous reviendrez". 
Le seigneur Marduk a exulté, et a dit au père des dieux, : "Créateur des dieux qui décide des destins, si je dois être votre vengeur, défaisant Tiamat, sauvant vos vies, que l'Assemblée, me donne la priorité ; et quand vous vous réunirez pour voter les décrets, vous vous reposerez dans l'Ubshukinna ; maintenant et pour jamais laissez moi faire la loi. Ce sera moi et non plus vous, qui décidera de la nature du monde, et des choses pour venir. Mes décrets ne seront jamais changés, ne seront jamais annulés, mais ma création supportera les extrémités du monde."


Les mots se sont cassés entre les lèvres d'Anshar ; il a dit à son conseiller Kaka : "Vous êtes le conseiller en qui mon coeur trouve son bonheur, celui qui juge vraiment et persuade toujours ; allez à Lahmu et Lahamu, je vous envoie vers les sédiments primitifs, appellez ensemble tous les dieux. Laissez-les parler, laissez-les s'assoir pour se régaler ensembles, ils festoieront et boiront et alors ils confirmeront le destin de vengeur de Marduk ! Kaka, partez répéter ceci : Je suis envoyé ici par votre fils Anshar, je suis chargé de vous dire ses pensées secrètes. Elle nous déteste, notre mère Tiamat , elle fait rage dans la turbulence et ces dieux que vous avez engendrés l'ont rejointe. Ensemble ils se sont bousculés pour marcher avec Tiamat, tout le jour et la nuit , ils ont hurlé et grogné furieusement, prêt pour la bataille, tandis que la vieille sorcière, la première mère, enfantait une nouvelle couvée. 
Elle a engendré d'énormes serpents aux crochets empoisonnés, pleins à craquer du venin, des dragons grondant portant une melannu (halo de lumière) comme des dieux.  
Celui qui voit ces êtres est certain de mourir car quand ils s'élancent, ils ne reviennent jamais en arrière.
Elle a fait le ver rouge géant et furieux (Mushmahhu).
l'aigle léontocéphale Ushumgallu
l'hydre cornue Bashmû 
le dragon Mushkhushu
le monstre Lakhamu / Lalimu aux longs cheveux. 
le lion géant Ugallu
l'homme-lion Uridimmu (ou chien écumant et terrifiant).
l'homme Scorpion Girtablullu.
l'oiseau-tempète Umu-dabrûtu.
l'homme-poisson Kulili / Kulullu / Kubrillû.
le Kusariku (capricorne). 
Il n'y avait aucune pitié en eux, ils ne reculent jamais dans la bataille, et obéissent aveuglément aux ordres. 
Elle a créé ces onze monstres invincibles, ensuite parmi ses dieux travailleurs elle désigné Kingu qu'elle a élevé au rang de général de son armée.


Elle a exalté Kuingu et l'a constitué comme leur chef, pour prendre la tête de l'armée, pour diriger la troupe, pour mener les armée et déclencher l'attaque, prenant la direction suprême dans le combat.
Elle les remit entre ses mains quand elle le fit asseoir dans l'assemblée: "Moi j'ai prononcé l'exhortation en ta faveur, en t'exaltant devant l'assemblée des dieux. Tu est magnifique, tu es mon époux ! Que les Annunakis exaltent ton nom au-dessus de tous !"
Elle lui a donné les Tablettes du Destin et les afixé à son cou : " Quant à toi, ton commandement ne changera pas, la parole de ta bouche demeurera !"
Ainsi Kingu a reçu l'autorité alors qu'elle appartenait avant à Anu. 
Quand son travail de création contre ses enfants a été fini,   Tiamat a commencé les préparations de la guerre. 


J'ai envoyé Anu mais il ne pouvait pas lui faire face, Nudimmud est revenu en arrière dans la terreur, puis Marduk, un dieu sage, un de votre lignée, a accepté d'aller rencontrer Tiamat, mais d'abord lil a dit ceci : "Créateur des dieux qui décide des destins, si je dois être votre vengeur, défaisant Tiamat, sauvant vos vies, que l'Assemblée, me donne la priorité ; et quand vous vous réunirez pour voter les décrets, vous vous reposerez dans l'Ubshukinna ; maintenant et pour jamais laissez moi faire la loi. Ce sera moi et non plus vous, qui décidera de la nature du monde, et des choses pour venir. Mes décrets ne seront jamais changés, ne seront jamais annulés, mais ma création supportera les extrémités du monde.
Confirmez donc le destin de Marduk , qu'il puisse rencontrer le grand adversaire au plus tôt." 


kaka est descendu voir Lahmu et à Lahamu, se penchant il a embrassé les sédiments primitifs, et la terre à leurs pieds et livré le message aux vieux dieux : "J'ai été envoyé ici par votre fils Anu, je suis chargé de vous dire ses pensées secrètes. Elle nous déteste, notre mère Tiamat , elle fait rage dans la turbulence et ces dieux que vous avez engendrés l'ont rejointe. Ensemble ils se sont bousculés pour marcher avec Tiamat, tout le jour et la nuit , ils ont hurlé et grogné furieusement, prêt pour la bataille, tandis que la vieille sorcière, la première mère, enfantait une nouvelle couvée. 
Elle a engendré d'énormes serpents aux crochets empoisonnés, pleins à craquer du venin, des dragons grondant portant une melannu (halo de lumière) comme des dieux.  
Celui qui voit ces êtres est certain de mourir car quand ils s'élancent, ils ne reviennent jamais en arrière.
Elle a fait le ver rouge géant et furieux (Mushmahhu).
l'aigle léontocéphale Ushumgallu
l'hydre cornue Bashmû 
le dragon Mushkhushu
le monstre Lakhamu / Lalimu aux longs cheveux. 
le lion géant Ugallu
l'homme-lion Uridimmu (ou chien écumant et terrifiant).
l'homme Scorpion Girtablullu.
l'oiseau-tempète Umu-dabrûtu.
l'homme-poisson Kulili / Kulullu / Kubrillû.
le Kusariku (capricorne). 
Il n'y avait aucune pitié en eux, ils ne reculent jamais dans la bataille, et obéissent aveuglément aux ordres. 
Elle a créé ces onze monstres invincibles, ensuite parmi ses dieux travailleurs elle désigné Kingu qu'elle a élevé au rang de général de son armée.


Elle a exalté Kuingu et l'a constitué comme leur chef, pour prendre la tête de l'armée, pour diriger la troupe, pour mener les armée et déclencher l'attaque, prenant la direction suprême dans le combat.
Elle les remit entre ses mains quand elle le fit asseoir dans l'assemblée: 
"Moi j'ai prononcé l'exhortation en ta faveur, en t'exaltant devant l'assemblée des dieux. Tu est magnifique, tu es mon époux ! Que les Annunakis exaltent ton nom au-dessus de tous !"
Elle lui a donné les Tablettes du Destin et les afixé à son cou : " Quant à toi, ton commandement ne changera pas, la parole de ta bouche demeurera !"
Ainsi Kingu a reçu l'autorité alors qu'elle appartenait avant à Anu. 
Quand son travail de création contre ses enfants a été fini,   Tiamat a commencé les préparations de la guerre. 
J'ai envoyé Anu mais il ne pouvait pas lui faire face, Nudimmud est revenu en arrière dans la terreur, puis Marduk, un dieu sage, un de votre lignée, a accepté d'aller rencontrer Tiamat, mais d'abord lil a dit ceci : "Créateur des dieux qui décide des destins, si je dois être votre vengeur, défaisant Tiamat, sauvant vos vies, que l'Assemblée, me donne la priorité ; et quand vous vous réunirez pour voter les décrets, vous vous reposerez dans l'Ubshukinna ; maintenant et pour jamais laissez moi faire la loi. Ce sera moi et non plus vous, qui décidera de la nature du monde, et des choses pour venir. Mes décrets ne seront jamais changés, ne seront jamais annulés, mais ma création supportera les extrémités du monde.
Confirmez donc le destin de Marduk , qu'il puisse rencontrer le grand adversaire au plus tôt." 


Quand Lahmu et Lahamu ont entendu ceci ils ont murmuré ensemble, les dieux ont gémi avec détresse : "Quelle décision étrange et terrible, Tiamat est trop puissante pour nous." 
Alors ils se sont préparés au voyage, tous les dieux qui  déterminent la nature du monde et des choses venir sont venus à Anshar, l'Ubshukinna fut rempli. 
Dans le Hall les voix héréditaires ont été entendues, les dieux se sont assis au banquet, ils ont mangé, ils ont bu. ils mangèrent le pain et prirent le vin, ils mouillèrent leurs coupes en buvant la douce liqueur. Quand il eurent bu la forte boisson, leurs corps se gonflèrent; ils commencèrent à crier, quand leur coeur s'exalta pour Marduk, leur vengeur, ils fixèrent le destin.
Et c'était l'état des dieux quand ils ont décidé du destin de Marduk. 


Ils lui préparèrent un trône princier, en présence des ses pairs il s'assit dessus pour recevoir le gouvernement. ... 
"...oh Marduk, tu es réellement notre vengeur ! Nous t'avons accordé la souveraineté sur tout l'univers. Quand tu t'assois dans l'assemblée, ta parole est suprême. Tes armes n'échoueront pas, elles écraseront tes ennemis ! ô seigneur, protège la vie de celui qui a confiance en toi; mais renverse la vie du dieu qui à conçu le mal !
Tu est plus grand que tous les grands dieux, ta renommée est plus juste, la parole de commandement, la parole du ciel, O Marduk,  plus grands que tous les grands dieux, l'honneur et la renommée, la volonté d'Anu, le grand commandeur, la parole inaltérée et éternelle! Là où il y a de l'action , tu es le premier à agir, la où il y a gouvernement , tu es le premier à régir ; pour élever les uns et abaisser les autres, tu es le cadeau des dieux, absolu de vérité, volonté illimitée. Marduk, notre vengeur. Nous vous avons appelé ici pour recevoir le sceptre, pour vous faire le roi de l'univers entier. Quand vous vous asseyez dans le synode vous êtes l'arbitre ; dans la bataille votre arme écrase l'ennemi. Seigneur, économisez la vie de tout dieu qui se tourne vers vous ; mais quant à celui qui a saisi le mal, de celui-là laissez la vie se répendre dehors."


Ils placèrent un vêtement au milieu d'eux et le plus âgé d'entre eux s'adressa à Marduk : "Seigneur, tu es le premier d'entre les dieux ! Décide de ruiner ou de créer parle et ce sera ainsi : ouvre la bouche et le vêtement disparaîtra; parle à nouveau et le vêtement reviendra intact !" En effet il parla et le vêtement disparut, il parla de nouveau et le vêtement revint éclatant. Quand les dieux, ses pairs, virent l'efficacité de sa parole, ils se réjouirent et lui rendirent hommage : "Marduk est roi! " Ils lui rendirent le sceptre, le trône et le "palu"; et il lui donnèrent l'arme incomparable qui repousse les ennemis : "Va et ôte la vie à Tiamat; que les vents emportent son sang aux extrémités secrètes du monde. !"
Ils l'habillèrent dans une robe longue de roi, le sceptre et le trône lui furent donnés, et les armes incomparables comme bouclier contre l'adversaire. 
"Va et ôte la vie à Tiamat; que les vents emportent son sang aux extrémités secrètes du monde. !"
Les vieux dieux lui avaient assigné ce qu'il devrait faire, toujours conquêrir, réussissir toujours .


Puis Marduk fit un arc pour être sa propre arme, il a placé la flèche contre la corde, dans sa main droite.
Il fit un filet pour attraper Tiamat, contenant les quatre vents, ainsi aucune partie de Tiamat ne pourrait s'échapper. 
Il leva la massue et mit sur son front l'éclair en même temps que son coeur se remplissait de feu.
Avec le filet, le cadeau d'Anu, tenu près de son côté, il s'en alla.
Il créa les ouragans et fit surgir la tourmente diluviale, tout en montant sur le char-tempête : Imhullu, le vent atroce, la tempête, le tourbillon, l'ouragan, le quadruple-vent et le septuple-vent, le vent le plus mauvais de tous. Chacun des sept vents a été créé et libéré. Abuba, son dernier grand allié, le signal pour l'assaut.
Il lui attela le quadrige d'orage au nom de terreur , son chariot terrible, rênes accrochées au côté, et a attelé l'équipe épouvantable, dents pointues et empoisonnées, le tueur, le sans pitié, rapidité, il connaissait tous les arts de la guerre. 
Sur sa droite était le meurtrier, le meilleur dans le mêlée ; sur sa  gauche la Bataille-fureur qui souffle, le plus courageux, enroulé dans une armure, une terreur de saut, une auréole horrible ; les mots magiques entre les lèvres. 


Comme la foudre il fila vers Tiamat. Celle-ci tenait entre ses mains une plante qui expulsait du venin, mais le seigneur s'approcha pour scruter son armée et percevoir les intentions des Anunnaki et de Kingu.
Il observe et ralenti devant Kingu l'époux de Tiamat. Et Kingu le voit et il hésite, et ses dieux compagnons ont leurs yeux soudainement brouillés quand ils voient le héros courageux.
Mais Tiamat, sans tourner son cou, hurle, lance des défis et crache de ses lèvres amères : "Es-tu si important pour t'élever au dessus de moi comme dieu suprême ?"
Alors le seigneur a soulevé l'ouragan, la grande arme, et il a jeté  ses mots : "Pourquoi vous gonflez-vous de fierté de sorte que les fils rejettent leurs pères ? Mère de tous, pourquoi avez-vous enfanté la guerre ? Vous vous êtes hautement exaltée et avez élevé Kingu à un pouvoir illégitime. Vous lui avez donné le grade qui revenait à Anu. Vous avez maltraité les dieux mes ancêtres, vous menacez Anshar, le roi de tous les dieux. Vous avez rassemblé des forces pour la bataille, disposés les attirails de guerre. Levez-vous seule et combattons-nous, vous et moi, en combat singulier."


Quand Tiamat l'a entendu, elle a perdu ses esprits, elle a été comme possédée et a poussé des cris perçants à haute voix, ses jambes se sont agitées, elle a prononcé des maledictions, alors que les dieux de la guerre affiutaient leurs armes. 
Alors ils se sont rejoints : Marduk, le plus intelligent des dieux, et Tiamat, seuls dans un combat singulier.
Alors la terrible Tiamat ouvrit son énorme bouche. et le seigneur lança son filet.
Le seigneur a tiré son filet pour empêtrer Tiamat, et le vent Imhullu, est venu par derrière battre dans son visage. Quand elle a ouvert sa bouche pour l'engloutir, il a poussé le vent Imhullu dedans, de sorte que la bouche ne puisse plus se fermer. Et maintenant il tiré une flèche dans son ventre, qui perce l'intestin et coupe l'utérus. 


Maintenant que le seigneur avait vaincu Tiamat, qu'il avait pris sa vie, il a jeté sa carcasse ; le chef a été tué, Tiamat était morte, brisée, sa bande dispersée. 
Ces dieux qui avaient marché près d'elle tremblent dans la terreur, et pour sauver leurs propres vies, ils ont tourné le dos au danger mais ils ont été entourés, tenu en cercle serré, et il n'y avait aucune sortie. 
Il a cassé leurs armes et les a jetées en l'air dans le filet ; ils se sont trouvés à l'intérieur du piège, ils ont pleuré et se sont cachés dans les coins devant la colère du dieu. 
Quand ils ont voulu ésister, il a mis dans les chaînes les onze monstres, la couvée de Tiamat, et tout leur armement meurtrier.  La bande démoniaque qui a marché devant elle il les a piétiné dans la terre ; Et Kingu l'usurpateur, leur chef : Il a pris les Tables du destin et a usurpé son rang. 


L'arrogant Qingu fut dépouillé des Tablettes du Destin, qui ne lui appartenaient pas, et il fut également incarcéré avec les Anunnaki. Ainsi, les onze créature que Tiamat avait crées furent changées en statues pour que jamais ne soit oublié le triomphe de Marduk.Il les donna à son père Ea pour orner les jardins de son temple ! 
L'adversaire était vaincu, l'ennemi hautain était humilié ; quand le triomphe d'Anshar a été accompli sur l'ennemi, et la volonté de Nudimmud accomplie, le courageux Marduk a serré les cordes  des prisonniers. 
Après avoir scellé et fixé les Tablettes du Destin à sa poitrine, le seigneur revint sur le corps de Tiamat. Impitoyablement, il lui écrasa le crâne avec la massue, il coupa les artères et le sang a coulé sur le vent du nord aux extrémités inconnues du monde. 
Quand les dieux ont vu tout ceci ils ont ri bien fort, et ils lui ont envoyé des présents. Ils lui ont envoyé leurs hommages reconnaissants. 


Le seigneur s'est reposé ; il a regardé fixement le corps énorme, considérant comment l'employer, que créer de la carcasse morte.  
C'est ainsi qu'il coupa longitudinalement le cadavre comme si c'était un poisson, avec la moitié supérieure il a construit l'arche du ciel. Là il plaça un gardien pour qu'il interdise la sortie des eaux. Ensuite, en traversant les espaces il inspecta toutes les régions et, mesurant l'abîme, cet apsu construit par Nudimmud, il établit sa demeure sur lui. Il créa ainsi les cieux et la terre et établit leurs limites. Alors il construisit des maisons pour les dieux en illuminant avec des étoiles.


Il a étiré l'immensité du firmament, il a fait Esharra, le grand palais, pour être son image terrestre. Et Anu, Enlil et Ea ont eu chacun leurs stations célestes : il leurs a réservé des lieux dans le ciel, il leurs a donné des étoiles comme constellations. Il a mesuré  l'année, lui a donné un commencement et une fin, et à chacun des 12 mois trois étoiles se levant. 
Quand il eu marqué les limites de l'année, il installé Nebiru, l'axe de l'univers. 


Sur les côtés, il renforça les verrous à droite et à gauche, en plaçant entre les deux le zénith. Il attribua à Samash la participation du jour et de la nuit et il plaça la brillante étoile de son arc à la vue de tous. Il chargea Nebiru de la divisions en deux sections célestes au nord et au sud. Au milieu de l'obscurité, il confia à Sin le soin d'illuminer, ordonnant ainsi les jours et les nuits.


"Chaque mois, sans cesse, tu lui donnera la forme d'une couronne. Au début du mois pour rayonner sur le pays, tu montreras tes cornes pour déterminer six jours; au septième jour tu sera un moitié de couronne. Au quatorzième jour tu te mettras face au soleil. Au milieu du mois, quand le soleil t'atteint à la base des cieux, il diminue ta couronne et fait décroître la lumière. Et en disparaissant tu t'approche de la course du soleil. Au vingt-neuvième jour tu te mettras de nouveau en opposition au soleil".


Ensuite, revenant vers Tiamat, il lui prit sa salive et forma avec elle les nuages. Avec sa tête il produisit les montagnes et fit couler le Tigre de l'Euphrate de ses yeux. Finalement, avec ses seins il créa les grandes montagnes et perça des sources pour que les puits donnent de l'eau.


Enfin, Marduk solidifia le sol en élevant sa luxueuse demeure et son temple, les offrant aux dieux pour qu'ils y logent lorsqu'ils assistent aux assemblées dans lesquelles ils doivent fixer les destins du monde. Par conséquent, il nomma constructions "Babylone" qui veut dire "la maison des grands dieux" (Bab-Ilu).


En terminant son oeuvre, le Seigneur fut exalté par le dieux, alors en signe de reconnaissance il leur dit: "Je vais pétrir mon sang et former des os. Je vais susciter un homme... qui se chargera du cultes des dieux, pour que ceux-ci puisse être tout à leur aise! Moi j'ai transformé astucieusement les chemins des dieux. Bien que révérés de la même façon, ils se divisèrent en deux groupes."


Ea lui répondit, en lui adressant la parole pour lui exposer un plan qui calmerait les dieux :" Qu'un de leurs frères soit livré, lui seul périra pour que l'humanité puisse être modelée. Que les grands dieux soient ici dans l'assemblée, que le coupable soit livré pour qu'ils puissent eux rester."


Marduk fit amener les Anunnaki captifs et leur demanda, sous serment d'approcher le coupable de l'insurrection en promettant la vie sauve à ceux qui déclareront la vérité. Alors les dieux accusèrent Qingu.


"C"est Quingu qui a projeté l'insurrection et a rendu Tiamat rebelle et c'est lui qui a livré bataille." Ils l'attachèrent, en le fixant devant Ea. Ils lui demandèrent de rendre compte de sa culpabilité et ils séparèrent son sang. Avec son sang ils modelèrent l'humanité. Ea obligé d'accepter, redonna leur liberté aux dieux. Ensuite Ea, le sage, créa l'humanité; il lui imposa le service envers les dieux. Cette oeuvre fut incompréhensible.


(L’assemblée ayant donné son approbation, NINTU, la Dame de la Naissance, mélangea l’argile au sang du dieu mis à mort. )


Et ainsi le Seigneur rendit leur liberté aux dieux et les divisa en trois centaines en haut et trois centaines en bas, en les constituant en tant que gardien du monde. Reconnaissants, les Anunnaki édifièrent un sanctuaire et ils élevèrent le sommet de l'esagil, et après avoir une tour à degrés ils établirent en elle une nouvelle demeure pour Marduk.


Quand les grands dieux se furent réunis ils exaltèrent le destin de Marduk et s'inclinèrent, tout en prononçant entre eux une malédiction, jurant par l'eau et l'huile de mettre la vie en danger.


"...que les têtes noires" attendent leurs dieux. Quant à nous, bien qu'on puisse l'appeler de nombreux noms; il est notre dieux ! Nous proclamons donc ses cinquante noms."


Et les étoiles brillèrent et tous les êtres crées par les dieux se réjouirent. L'humanité se reconnaissait également dans le Seigneur. Pour cela, qu'il y ait mémoire de tout ce qui est arrivé. Que les fils apprennent cet enseignement de leurs pères. Que les savants scrutent le sens du chant de Marduk qui vainquit Tiamat et parvint à régne.






 


 
 

  • Open in Google Docs Viewer
  • Open link in new tab
  • Open link in new window
  • Open link in new incognito window
  • Download file
  • Copy link address
  • Edit PDF File on PDFescape.com
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Jeu 27 Jan - 08:06 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Okay Merci Dédale pour cette version en francais .

Par contre il faut la compléter de la version anglaise disons à partir de la tablette VI (123) où les 50 noms de marduk sont autant de caractéristiques et attributions ce dieu fondateur pour les babyloniens, et qui n' apparaissent pas dans cette version française.

En tout cas avec ces 2 versions on a déjà de tres bon outils de travail Razz
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Jeu 27 Jan - 15:38 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Salut,


En fait, il existe plusieurs transcriptions de l'Enouma Elish. Certaines sont surement plus fidèles que d'autres. Heureusement, le sens premier n'st pas altéré, mais on remarque cependant des différences dans des détails. Plus on réunit de versions, plu on est à même de faire concorder ces détails, et en tirer des précisions.


La première évidence qui saute aux yeux concerne Nibiru, cet astre mystérieux qui a fait couler beaucoup d'encre.


Si l'on s'en réfère à ces traductions : 


Version anglaise :
- Tab. V-6 : Il (Marduk) a déterminé la position céleste de Ne-beru (Nibiru) pour fixer les intervalles entres les étoiles.
- Tab.VII-124 : Ne-beru tient lieu de passage entre le ciel et les enfers
- Tab.VII-124 : Ne-beru est la resplendissante étoile d'Asa-ru, le Berger des dieux et des hommes.
- Tab.VII-124 : Ne-beru est son nom, qui saisit son milieu .


Version française :
- Quand il eu marqué les limites de l'année, il installé Nebiru, l'axe de l'univers. 
- Sur les côtés, il renforça les verrous à droite et à gauche, en plaçant entre les deux le zénith. Il attribua à Samash la participation du jour et de la nuit et il plaça la brillante étoile de son arc à la vue de tous. Il chargea Nebiru de la divisions en deux sections célestes au nord et au sud. Au milieu de l'obscurité, il confia à Sin le soin d'illuminer, ordonnant ainsi les jours et les nuits.


Il y a des ambiguités qui sont certainement dues à l'interprétation ou au texte lui-même. Nibiru tient tout à la fois de la Polaire (axe de l'univers, alpha draconis ou kochab) comme de Vénus, l'étoile du Berger (Asa-Ru) qui précède le lever et/ou le coucher et qui définit le passage entre le ciel et l'enfer




  • Open in Google Docs Viewer
  • Open link in new tab
  • Open link in new window
  • Open link in new incognito window
  • Download file
  • Copy link address
  • Edit PDF File on PDFescape.com
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Jeu 27 Jan - 16:16 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Tout à fait d'cacord dédale avec l'analyse de Ne-beru  qui a un role axial (axe de l'univers comme la polaire !)
ça n'a absolument rien à voir avec la fameuse allegation de la planète errante "niburu" ... On voit clairment pour les babyloniens que sa position est fixe et centrale . C'est innimaginable de le voir autrement si on se base sur ce texte en tout cas Okay

Ce passage là nous explique t il comment les babyloniens ont mis en place un calendrier de 30 jour, 12 mois , un calendrier lunaire et zodiacal ?

En tout cas les 2 premières lignes en rouge nous indique clairement que les dieux sont rattachés aux constellations

Quelle etoile est associée à Samas et nannar dans ce passage ??

Tablet V1   He fashioned heavenly stations for the great gods,2   And set up constellations, the patterns of the stars.
3   He appointed the year, marked off divisions,

4   And set up three stars each for the twelve months.
5   After he had organized the year,
6   He established the heavenly station of Ne-beru to fix the stars' intervals.
7   That none should transgress or be slothful
8   He fixed the heavenly stations of Enlil and Ea with it.
9   Gates he opened on both sides,
10   And put strong bolts at the left and the right.
11   He placed the heights (of heaven) in her (Tia-mat's) belly,
12   He created Nannar, entrusting to him the night.
13   He appointed him as the jewel of the night to fix the days,
14   And month by month without ceasing he elevated him with a crown,
15   (Saying,) "Shine over the land at the beginning of the month,
16   Resplendent with horns to fix six days.
17   On the seventh day the crown will be half size,
18   On the fifteenth day, halfway through each month, stand in opposition.
19   When Šamaš [sees] you on the horizon,
20   Diminish in the proper stages and shine backwards.
21   On the 29th day, draw near to the path of Šamaš,
22   . [ . . ] the 30th day, stand in conjunction and rival Šamaš.


Dernière édition par Mitra le Jeu 27 Jan - 18:57 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Jeu 27 Jan - 17:44 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Pendant qu'on refelchit sur les etoiles possiblement impliquées dans ce texte,
je vais essayer de faire un "portrait robot de Marduk a travers les versions de l' enuma Elish.

Est ce qu'il vous parait raissonable de partir de l' hypothèse que tous les dieux évoqués dans ce texte puissent correspondrent soit à des planètes , soit a des étoiles  Question

Dans la version anglaise je crois avoir compris ceci concernant Marduk:

Les 50 rayons que lui attribue la version"française" sont ses 50 noms différents à travers lesquels il peut etre vénéré.
Parmis ces noms on comprend que Marduk est "le dieu soleil des dieux" . Si les autres dieux sont des planètes, lui en est leur soleil. C'est celui qui distribuent les cartes ou les positions astrales

VII - 17   Who took charge of their courses, who appointed [their stations],

qui régie leur courses (je l'interpretre comme leur orbites, déplacement dans le ciel) qui defini leur stations (position astrale)

VII - 26   Lord of the pure incantation, who brought the dead back to life
qui ramene la mort à la vie (pour moi une image du soleil qui "meurt" la nuit et renait au matin)

VII - 73 Whose hair is a growing crop, whose turban is a furrow
dont la chevelure fait pousser les recoltes (incontestablement les rayons du soleil pour moi)

parmis ces noms beaucoup font refrence aux effets benefique de son action sur l'agriculture. Ce n'ets pas etonnant dans cette civilisation agraire.

VII 77   Tia-mat was his boat, he was her sailor.
Tia-mat etait son bateau , il etait sa marin (il y a une espèce de dualité maculin - feminin voulue dans cette phrase on y reviendra)

VII 80   (31) Gilima, who made the bond of the gods firm, who created stability
Gilima qui renforce le lien des dieux, qui crée la stabilité . On peut le prendre au sens premier mais y voir ausis l'action d'un soleil dans un syteme solaire , qui lie les planètes , les equilibre, regi la gravitation

VII 92   Whose foundation is secure on the "Fore and Aft".
dont les fondations sont stabilisé par un mouvement "d'avant en arrière"
- est ce que ça ne serait pas La Salutation au Soleil est une composition dynamique de mouvements et de positions (appelées āsana en Orient) effectuées dans un certain ordre et en corrélation avec la respiration. La séquence se déroule de telle manière que le dos s'incline alternativement en avant et en arrière. ?

VII 124   As (49) Ne-beru let him hold the crossing place of heaven and underworld

Exclamation Ne-beru est aussi un de noms de Marduk !

VII 125   They should not cross above or below, but should wait for him.
Ils ne peuvent pas traverser au dessus ou en dessous (du plan solaire ou galactique ?) mais doivent l' attendre

126   Ne-beru is his star, which he caused to shine in the sky
Exclamation Ne-beru est son etoile qui lui permet de briller dans le ciel.

Bizarre , le soleil est déjà une etoile... L'etoile d'une etoile qui lui permet de briller ... Est ce que ça voudrait dire que les babyloniens pensaient que notre soleil etait... double Shocked ? Ca serait un sacré scoop que les babyloniens connaissent l'existence de soleil double (assez frequent) dans l' univers !

Sans doute c'ets une autre explication plus sobre que nous a donné aussi dédale

122   (48) Aša-ru, who, as his name says, mustered the Divine Fates
As-ru est aussi un autre nom pour Marduk , l'etoile As-ru qui rassemble et parque = l' Etoile du berger Okay


129   Let his name be Ne-beru, who grasps her middle,
130   Let him fix the paths of the stars of heaven,
131   Let him shepherd all the gods like sheep,
132   Let him bind Tia-mat and put her life in mortal danger,

Laisse son nom etre Ne-beru qui saisit son mileu
Laisse le fixer les routes des etoiles du ciel
Laisse le etre le berger de tous les dieux comme ses moutons
Laisse le contraire (retenir) Tia-mat et placer sa vie dans un danger mortel.

Donc à l'issue de cette analyse je me demande si Marduk n'ets pas à la fois le soleil ET l' etoile du berger ?

Ce coté double qu'on retrouve dans la version française mise en ligne par Dédale:

dedale a écrit:




Anu l'a vu, et s'est réjoui ; son coeur a été rempli de joie. Il l'a vu si parfait que sa divinité a été doublée. Exalté parmi les dieux, Sa stature était si grande qu'on ne pouvait l'imaginer.
Quatre étaient ses yeux et sa vue sans limites,.
Quatre étaient ses oreilles, entendant tout. 

Sa stature était si grande qu'on ne pouvait l'imaginer, 
Ses membres étaient gigantesques, et de sa bouche sortait 
un feu flamboyant quand il remuait les lèvres ! 
Il était fort et portait la gloire de dix dieux, et les éclairs tourbillonnaient autour de lui. 
"Mon fils, mon fils, fils du soleil, et soleil du ciel! !'
Anu l'a vêtu du manteau radiant des dieux. Cinq rayons effrayants ont été groupés au-dessus de lui. Anu a créé les quatre vents et les a mis dans la main de Marduk.




Question qu'en pensez vous Question

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Ven 28 Jan - 00:52 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Bonsoir,


 
Mitra a écrit:
Sans doute c'ets une autre explication plus sobre que nous a donné aussi dédale


Oui et elle est un peu trop sobre.

En fait il faut considérer Nibiru de plusieurs façons. Il existe différents textes qui la décrivent différemment. Il serait bien de trouver au moins des extraits de ces autres textes.

1 - Nibiru sous son aspect religieux : elle est l'expression de Marduk sinon Marduk lui-même. Sous cet aspect, le caractère originel est empreint de mythe et il devient un signe céleste, c'est à dire un présage qui se manifeste sous la forme d'une étoile et à laquelle on peut donner un sens cataclysmique - analogue à l'Etoile de Baal. A savoir que Marduk supplante Enlil-Bel qui est une émulation du Baal des Phillistins. Sous cet angle religieux, la technicité du terme ne-be-ru est remplacé par l'assimilation symbolique : Nibiru revêt le sens d'une balise, d'un moment où tout se rejoint (ni-bi-ru signifie la croisée, la rencontre des cours d'eau - les cours d'eau = le destin, le temps) définissant un évènement significatif de la cosmogonie, qui est traduit par l'apparition de Vénus, de Jupiter, ou le lever héliaque d'autres corps célestes. Ce qui fait que, du point de vue religieux ou mythologique, Nibiru n'est pas un corps céleste précis mais un signe de Marduk : le signe de l'Etoile.

2 - Techniquement, Nibiru est un terme de l'astronomie (cosmographie) babylonienne qui définit le point le plus haut de l'écliptique, certainement identique à la zone combuste des hermétistes alexandrins, qui déterminait autrefois le solstice d'été et la constellation associée. Cette zone du ciel était consacrée à Marduk lui-même, et plus tard à Zeus et Jupiter par les égyptiens, grecs et romains.

3 - Astrologiquement, Nibiru traduit une configuration telle que la position de Jupiter dans la constellation de la Balance et qui donc survient à peu près tous les 12 ans.

http://en.wikipedia.org/wiki/Nibiru_(Babylonian_astronomy)
http://www.premiumwanadoo.com/cuneiform.languages/dictionary/dosearch.php?s…

Citation:
Est ce qu'il vous parait raissonable de partir de l' hypothèse que tous les dieux évoqués dans ce texte puissent correspondrent soit à des planètes , soit a des étoiles


Peut être pas tous les dieux mais les plus importants certainement. Néanmoins ce ne sera pas facile d'établir de telles correspondances. Nous savons d'après les différents textes que nous pouvons assigner les astres suivants aux dieux (avec des réserves car ces assimilations ne sont pas avérées ) :

- Marduk : jupiter. Marduk est un avatar culturel d'Enlil et de Adon-Baâl (jumeaux), qui furent assimilés au Seth égyptien et au Typhon grec. C'est là une divinité qui semble traduire le culte d'un mystère ancien, comme c'était le cas pour Osiris, Appolon, Dyonis, ou Llthyia (Eleusys). La supplantation d'Enlil par Marduk traduit le passage de la caste guerrière autrefois dominante à un clergé.
- Shamash : le soleil
- Sin : la lune
- Ea : Dieu des eaux profondes et du ciel qui plonge dans ces eaux. prob. Mercure ou Vénus, ou le soleil couchant : le soleil sur les eaux -> par correspondance avec sa parèdre Barat-an-na : la lune sur les eaux.
- Ishtar : Vénus
- Nergal : Mars, aussi nommé "le démon-soleil de midi", le soleil-vampire qui est une figure du soleil qui déssèche tout, de l'aridité et de la chaleur accablante du désert (Géhenne). Néanmoin son temps partagé avec Ereshkigal aux enfers fait qu'il est visible 6 mois/an, ce qui le rapproche des cycles de mars. mais on pourrait tout aussi bien le faire correspondre à l'ogre Saturne-Cronos, l'un des dieux les plus épouvantables.
- Ninurta peut être assimilée à Mars mais aussi à la Lune (la chasseresse). Lui aussi, souvent assimilé à Typhon
- Nabu : Mercure
- Ereshkigal : la dame de la cité est une version infernale de la lune, la jumelle infernale d'Enki. On peut aussi l'associer à la vénus lucifera. Cérès -> La lune Noire
- Innana est également assimilable à Vénus et la Lune.
- Nanna : le croissant de lune.
- Uttu Baba, Uttu Ouba : le disque solaire.
- Ninhursag, Ki, Nintu : déesse de la lune au-dessus de la montagne. Déesse de la fécondité de la terre.
- Anu : le dieu-ciel, le royaume céleste.
- Nammu : déesse de la mer.
- Tiamât (Thalatté - > Thalassa) : l'Ailleule-Dragon-Océan, la grand-mère des dieux.
- Apsû : l'Aieul du royaume des eaux-douces célestes et souterraines (nappes phréatiques et sources des montagnes du soleil) Le grand-père des dieux.
- Enlil : les tempêtes (Typhon, Taï-Phoong) -> Le Déluge
- Barat-an-na : déesse de la lune au-dessus de la mer. Dame de la pierre-de-feu.

Ces correspondances sont à prendre avec modération. Elles pourraient également être étendues à des étoiles fixes ou, comme dans le cas d'Enki, à des constellations.

De manière très générale, l'Enuma Elish met l'accent sur le combat entre Marduk et Tiamât dans un milieu dominé par les eaux. Cela peut refléter le combat d'un nouveau culte avec d'anciesn culte locaux : une caste guerrière qui, pour s'installer sur des rivages fertiles, fait la guerre à des tribus animistes, adoratrices d'esprits-démons. Mais cela peut aussi être la métaphore d'un combat de l'homme contre la nature : contre les énormes crocodiles marins et les serpents, que les tribus guerrières, aux traditions rupestres et agraires, redoutaient comme des démons. Et Tiamât représente la divinité ancienne de ce monde peuplé de monstres contre lesquels l'homme a lutté (plus dans son esprit qu'en vrai) pour s'accaparer les rives de l'Euphrate.
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Ven 28 Jan - 02:53 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Ok je comprends. Néburu peut etre une signe une manifestation de Marduk, Marduk lui même , son etoile, la planete jupiter (et non venus comme je le pensais), une position particuliere dans le ciel.

Ase tout à l' heure m'avait envoyé un MP aussi qui allait dans le sens de ton explication, dont je recite une partie :

Ase a écrit:
si l'on se base sur les documents astronomiques, tels Mul-Apin, il est question de Neberu comme de Jupiter, et selon d'autres textes comme de l'écliptique céleste.
Sur la tablette akkadienne Mul-Apin, 1, 38-39 on peut lire par exemple "un astre gros, quoique sa lumière soit obscure, qui divise son Ciel en son milieu et se lève ici: c'est l'astre de Marduk, Neberu, Sag-Me-Gar, il change sa position et traverse le ciel". Donc de ce passage on associait Marduk à Neberu. Et quant à Sag-me-Gar il était chez les mésopotamiens confondu avec Jupiter.
La tablette mésopotamienne Kav 21 BB, 29-32 mentionne l'existence d'un astre rouge nommé Neberu : "l'étoile rouge qui se positionne dans le sud, derrière les dieux de la nuit, a été achevée. Elle divise le ciel en deux, cette étoile est Neberu-Amarud".
Pour finir avec cette croyance New-Age, on sait que Jupiter avait plusieurs noms selon la période du jour ou de l'année :
- Sagmegar,
- Mulubabbar,
- Dapinu,
- Utaltar,
- Umunpauddua,
- Neberu.
Neberu apparait ainsi comme l'astre Jupiter lorsqu'il est au milieu du ciel (astre à son point de culmination).



dedale a écrit:


- Marduk : jupiter. Marduk est un avatar culturel d'Enlil et de Adon-Baâl (jumeaux),
- Shamash (note : samas dans ce texte) : le soleil
- Ea : Dieu des eaux profondes et du ciel qui plonge dans ces eaux. prob. Mercure ou Vénus, ou le soleil couchant : le soleil sur les eaux -> par correspondance avec sa parèdre Barat-an-na : la lune sur les eaux.
- Nanna (note: nannar dans ce texte) : le croissant de lune.
- Anu : le dieu-ciel, le royaume céleste.
- Nammu : déesse de la mer.
- Tiamât (Thalatté - > Thalassa) : l'Ailleule-Dragon-Océan, la grand-mère des dieux.
- Apsû : l'Aieul du royaume des eaux-douces célestes et souterraines (nappes phréatiques et sources des montagnes du soleil) Le grand-père des dieux.
- Enlil : les tempêtes (Typhon, Taï-Phoong) -> Le Déluge

Ces correspondances sont à prendre avec modération. Elles pourraient également être étendues à des étoiles fixes ou, comme dans le cas d'Enki, à des constellations.


Okay au niveau astronomie et cosmographie on commence à bien visualiser ce que nous presente l' Enuma Elish avec ces explications Razz
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Ven 28 Jan - 03:18 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

On abordera aussi dans ce sujet la lecture plus sociale et culturelle de L'enima Elish et il ya uar beaucoup a dire aussi sur ça Razz

En toiut cas je suis déjà impressionné par la culture en matière d' astronomie des babyloniens.

Même si c'ets hors Enuma Elish , j'ai trouvé ce etxte néo-babylonien (donc bien plus recent que le texte qu'on etudie maintenant) , daté environ du VI eme siècele avant Jesus Christ - relatif à un rituel de lavage de bouchedes statues:

you perform Mouth-Washing. [26]
You set up towards the south nine offering arrangements for Ninmah, Kusu,Ningirim, Ninkurra, Ninagal, [27]
Kusibanda, Ninildu, Ninzadim and that god, ditto. [28]
You set up two offering arrangements for Jupiter and Venus, ditto. [29]
You set up two offering arrangements for the Moon and Saturn, ditto. [30]
You set up three offering arrangements for Mercury, Sirius (and) Mars, ditto. [31]
You set up six offering arrangements for the Scales (Libra) (which is) the star of Šamaš, the Plough (Triangulum/Andromeda), "ŠU.PA" (Boötes), [32]
the Wagon (Ursa Major), Erua (Coma Berenices), the She-Goat (Lyra), ditto. [33]
You set up four offering arrangements for the Field (Pegasus/Andromeda), the Swallow (Pisces), Anunitum (Pisces) (and) the Furrow (Virgo), ditto. [34]
You set up four offering arrangements for the Fish(?), the Giant (Aquarius), Eridu (and) (]
the Scorpion, ditto. [35]
You set up three offering arrangements for the (stars) of Anu, the (stars) of Enlil and the (stars) of Ea, ditto. [reverse 36]

je le poste si ça peut aider Question

Je voudrais aussi revenir sur Tiamat - Vous me confirmer qu'en aucun cas Tiamat ne peut etre associé à une planète. C'est une ancienne divinité feminine , symbole des eaux, capable d'engendrer la vie mais aussi differents monstres qui devaient effrayer les babyloniens a cette epoque (serpents venimeux, serpents de mers, scorpions, hydre, etc...); Pour moi dans ce texte je ne vois rien qui puisse ratacher Tiamat à une planète... ?

Vous imaginez pourquoi je pose cette question , puisque Plutôt que d'y voir des combats célestes symboliques opposant les divinités, Sitchin décide de les interpréter comme des faits astronomiques , chaque divinité représentant une planète. Du combat Marduk-Tiamat , Il en déduisit qu'une collision de l'hypothétique Tiamat et de Nibiru, aussi nommée Marduk, engendra la Terre et la ceinture d'astéroïdes. Tiamat aurait été complètement détruite durant la collision ...

Déjà sur le cas Niburu on a grandement demystifié ce "scenario" , pour Tiamat que peut on dire de plus Question
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Ven 28 Jan - 14:09 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Hello,


 
Citation:
you perform Mouth-Washing. [26]
You set up towards the south nine offering arrangements for Ninmah, Kusu,Ningirim, Ninkurra, Ninagal, [27]
Kusibanda, Ninildu, Ninzadim and that god, ditto. [28]
You set up two offering arrangements for Jupiter and Venus, ditto. [29]
You set up two offering arrangements for the Moon and Saturn, ditto. [30]
You set up three offering arrangements for Mercury, Sirius (and) Mars, ditto. [31]
You set up six offering arrangements for the Scales (Libra) (which is) the star of Šamaš, the Plough (Triangulum/Andromeda), "ŠU.PA" (Boötes), [32]
the Wagon (Ursa Major), Erua (Coma Berenices), the She-Goat (Lyra), ditto. [33]
You set up four offering arrangements for the Field (Pegasus/Andromeda), the Swallow (Pisces), Anunitum (Pisces) (and) the Furrow (Virgo), ditto. [34]
You set up four offering arrangements for the Fish(?), the Giant (Aquarius), Eridu (and) (]
the Scorpion, ditto. [35]
You set up three offering arrangements for the (stars) of Anu, the (stars) of Enlil and the (stars) of Ea, ditto. [reverse 36]


Ce passage est très intéressant, ll confirme la pensée d'Eusèbe de Césarée. Les peuples chaldéo-babyloniens pratiquaient l'astrolâtrie : le culte des astres. La plus grande partie de leur paradigme reposait sur des principes cosmologiques qui étaient, pour ainsi dire, vénérés et sacralisés. Et tout ce qui participait de ce système - les maths, l'écriture, la géométrie et l'architecture - héritait d'un caractère sacré, d'une vénération.

La cause de cette vénération s'explique par le fait que les objets célestes étaient considérés comme des agents du destin, et donc comme des messagers des dieux. Ces objets célestes comportent des planètes, des étoiles, mais aussi des constellations et des configurations issues de la géométrie sacrée qui tiennent lieu de symboles, de présages, d'augures et d'oracles.

Cette même astrolâtrie explique la confusion céleste-extraterrestre : Nous avons des objets célestes, émissaires ou avatars des divinités, qui participent au destin du monde et que le mythe personnifie en tant qu'êtres célestes. C'est à dire que pour nos anciens, les forces du destin étaient personnifiées car elles traduisaient une volonté supraconsciente qui avait pour objectif de façonner l'histoire du monde, qui avait mis les hommes sur terre pour une raison bien précise.


Citation:
Je voudrais aussi revenir sur Tiamat - Vous me confirmer qu'en aucun cas Tiamat ne peut etre associé à une planète. C'est une ancienne divinité feminine , symbole des eaux, capable d'engendrer la vie mais aussi differents monstres qui devaient effrayer les babyloniens a cette epoque (serpents venimeux, serpents de mers, scorpions, hydre, etc...); Pour moi dans ce texte je ne vois rien qui puisse ratacher Tiamat à une planète... ?


Si, elle pourrait représenter l'ancienne Polaire : Alpha Draconis aussi nommée Thuban, la tête du Serpent. Mais il semble que le nom de Thuban lui vienne d'une autre étoile, peut être une Polaire intermédiaire ou un groupe d'étoiles qui était positionné au Pôle Nord Céleste avant qu'Alpha Draconis ne s'y installe.

On apprend sur Wiki que dans la Sefer Yetzirah, Thuban porte le nom de Theli ((ou ThLi, Thele, Teli, TLI, Tali) qui est le Grand Dragon, ce qui nous fait revenir à Thalatté (anc. grec : Thalassa), autre nom de Tiamât, et au grand fleuve-océan (okéanos) qui entoure le monde-cosmos. L'océan en question c'est l'océan cosmique, primordial, le Noun.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Theli

Ce qui renforce l'idée que Tiamât = Alpha Draconis, est le combat de Marduk contre Tiamât, qui est une ancienne version du combat des chevaliers contre dragons et basilics ; c'est en rapport avec la chute de la Vouivre qui inspira le mythe chevaleresque-chrétien. Les dragons de l'ancien monde sont sacrifiés au nouveau monde. La chute du grand dragon d'étoiles qui trônait autrefois au milieu du ciel, et autour duquel les autres étoiles tournaient, symbolise le passage d'Alpha Draconis à Alpha Ursae Minoris qui est devenue la Polaire actuelle. La Polaire actuelle appartient à la Petite Ourse mais elle faisait autrefois partie de l'Aile du Grand Dragon (Thalès de Milet, auquel on attribue la création de cette ancienne constellation). La mort de Tiamât est l'équivalent de la chute de la Vouivre : ce sacrifice engendre le nouveau monde et le dragon rejoint le ciel inférieur, le royaume subterrestre.
Revenir en haut
Ase


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 204
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: Ven 28 Jan - 18:35 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Salut,
Citation:
Ce passage est très intéressant, ll confirme la pensée d'Eusèbe de Césarée. Les peuples chaldéo-babyloniens pratiquaient l'astrolâtrie : le culte des astres. La plus grande partie de leur paradigme reposait sur des principes cosmologiques qui étaient, pour ainsi dire, vénérés et sacralisés. Et tout ce qui participait de ce système - les maths, l'écriture, la géométrie et l'architecture - héritait d'un caractère sacré, d'une vénération. La cause de cette vénération s'explique par le fait que les objets célestes étaient considérés comme des agents du destin, et donc comme des messagers des dieux. Ces objets célestes comportent des planètes, des étoiles, mais aussi des constellations et des configurations issues de la géométrie sacrée qui tiennent lieu de symboles, de présages, d'augures et d'oracles. Cette même astrolâtrie explique la confusion céleste-extraterrestre : Nous avons des objets célestes, émissaires ou avatars des divinités, qui participent au destin du monde et que le mythe personnifie en tant qu'êtres célestes. C'est à dire que pour nos anciens, les forces du destin étaient personnifiées car elles traduisaient une volonté supraconsciente qui avait pour objectif de façonner l'histoire du monde, qui avait mis les hommes sur terre pour une raison bien précise.



Tout ceci découle de la quête de sens que ces peuples conféraient aux astres.
Dès le II Millénaire, l’observation du ciel était si j’ose dire la base de leur société et du rôle que chacun avait à y jouer. Le ciel (au sens large) les renseignaient sur les futures victoires, les futures défaites, sur les désordres sociaux de telle ou telle ville, sur les révoltes, sur les réformes, les meurtres politiques, la régence administrative : les astres établissaient les rythmes sociaux et politiques des babyloniens. Donc oui les astres sont porteurs de messages (certains dieux étaient même associés à des planètes, on pense à deux dieux majeurs : le dieu Marduk/Jupiter ou encore le dieu Sîn/Lune), mais ses messages s’adressaient principalement à la collectivité, au destin collectif.
Ce n’est qu’assez tardivement que le message divin prit un tournant paradigmatique. Plus cette astrolâtrie se chargeait de sens et de discours symboliques et plus le message devenait individuel. Et enfin avec l’invention des premiers horoscopes (fin Vème/début VIème siècle av. J-C.) le message perdit totalement son sens collectif. L’humain était prédestiné dès sa naissance par la position des cinq astres majeurs.


Sans compter que les babyloniens n’avaient ni philosophie, ni critériologie à proprement parler. Ils ne pouvaient s’en référer qu’aux astres et à l’empirisme. Et donc face au splendide spectacle que leur offrait le ciel, ils ne pouvaient que le glorifier, le chanter, l’admirer, le louer et le personnifier. Sans cet esprit critique nécessaire, ils ne pouvaient qu’exprimer leurs émotions, leurs sentiments, leurs intuitions et leurs imaginations à son égard, faute de mieux (connaissances et techniques). Ils ont donc crée un véritable panthéisme de divinités, ce dès le début du IIIème millénaire on en dénombre une centaine (majeures et secondaires), les majeures étant associées aux astres majeurs (ceux qui participent directement au rôle de leur communauté), les secondaires faisant office pour les cultes religieux et rituels sacrificiels, l’adoration, les prières.
 
 
Citation:
On apprend sur Wiki que dans la Sefer Yetzirah, Thuban porte le nom de Theli ((ou ThLi, Thele, Teli, TLI, Tali) qui est le Grand Dragon, ce qui nous fait revenir à Thalatté (anc. grec : Thalassa), autre nom de Tiamât, et au grand fleuve-océan (okéanos) qui entoure le monde-cosmos.
L'océan en question c'est l'océan cosmique, primordial, le Noun. Ce qui renforce l'idée que Tiamât = Alpha Draconis, est le combat de Marduk contre Tiamât, qui est une ancienne version du combat des chevaliers contre dragons et basilics ; c'est en rapport avec la chute de la Vouivre qui inspira le mythe chevaleresque-chrétien. Les dragons de l'ancien monde sont sacrifiés au nouveau monde. La chute du grand dragon d'étoiles qui trônait autrefois au milieu du ciel, et autour duquel les autres étoiles tournaient, symbolise le passage d'Alpha Draconis à Alpha Ursae Minoris qui est devenue la Polaire actuelle. La Polaire actuelle appartient à la Petite Ourse mais elle faisait autrefois partie de l'Aile du Grand Dragon (Thalès de Milet, auquel on attribue la création de cette ancienne constellation). La mort de Tiamât est l'équivalent de la chute de la Vouivre : ce sacrifice engendre le nouveau monde et le dragon rejoint le ciel inférieur, le royaume subterrestre.



Quand à moi j’ai l’impression qu’il y a une forte inspiration sumérienne à l’origine de « Tiamat ». Je m’explique dans la cosmogonie sumérienne, il est question d’un « premier moteur » (au sens aristotélicien) symbolisé par les « eaux primordiales » (eaux douces) qui entourent le ciel supérieur, la terre (disque plat entouré d’océans (eaux salées)), et le ciel inférieur. Pour les sumériens An-Ki, le « Ciel-Terre » était né de l’union du Ciel et de la Terre et cette fécondation s’était réalisée au sein de cette « océan primordial », qu’on appelait Nammu, « la mère ». Malheureusement les textes taisent son origine, son essence. On ne peut que faire de l'interprétation.
Alors dans ce mythe cosmogonique, j’y vois Tiamate, une reprise personnifiée de la Nammu sumérienne.


Si on essaye d’en faire une interprétation cabaliste, en me basant sur la traduction de Bottéro qui traduit An par l’En-haut, Ki par l’En bas, j’en déduirais que Tiamate/Nammu serait une personnification empirique du concept suivant : « du rien jaillit le tout ». Je me base sur l’idée que la mystique juive subordonne le « yech » (l’existence) à l’aïn (l’inexistence) selon l'expression « yech me-aïn ». Et selon cette cabale, la relation qui existe entre « yesh » et « aïn » est que l’inexistence est la source active de l’existence : l’être apparaît dans l’existence par le passage de l’unité à la pluralité.


Si j'en viens à ce que j'ai dit au début, à savoir que les babyloniens n'avaient pas de philosophie, qu'ils avaient une démarche empirique et astrolâtrique (la montagne de naissance des dieux, le monticule sacré, tiamate, désigneraient l'unité, cet inexistant cabaliste impersonnel, tandis que les astres, les planètes, les dieux désigneraient la pluralité, l'existant cabaliste personifiée (ceci dans l'interprétation que j'en fait évidemment)) j'en déduis que les babyloniens cherchaient à construire une philosophie, qu'ils en étaient aux prémices mythologiques de la construction d'une philosophie. Finalement ce n'est que bien tardivement (par les Grecs) que cette philosophie est né (que la connaissance a été suffisamment consolidée pour éclore).
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Ven 28 Jan - 20:25 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Ase a écrit:
On apprend sur Wiki que dans la Sefer Yetzirah, Thuban porte le nom de Theli ((ou ThLi, Thele, Teli, TLI, Tali) qui est le Grand Dragon, ce qui nous fait revenir à Thalatté (anc. grec : Thalassa), autre nom de Tiamât, et au grand fleuve-océan (okéanos) qui entoure le monde-cosmos.[/font][/size]
L'océan en question c'est l'océan cosmique, primordial, le Noun. Ce qui renforce l'idée que Tiamât = Alpha Draconis, est le combat de Marduk contre Tiamât, qui est une ancienne version du combat des chevaliers contre dragons et basilics ; c'est en rapport avec la chute de la Vouivre qui inspira le mythe chevaleresque-chrétien. Les dragons de l'ancien monde sont sacrifiés au nouveau monde. La chute du grand dragon d'étoiles qui trônait autrefois au milieu du ciel, et autour duquel les autres étoiles tournaient, symbolise le passage d'Alpha Draconis à Alpha Ursae Minoris qui est devenue la Polaire actuelle. La Polaire actuelle appartient à la Petite Ourse mais elle faisait autrefois partie de l'Aile du Grand Dragon (Thalès de Milet, auquel on attribue la création de cette ancienne constellation). La mort de Tiamât est l'équivalent de la chute de la Vouivre : ce sacrifice engendre le nouveau monde et le dragon rejoint le ciel inférieur, le royaume subterrestre.


Quand à moi j’ai l’impression qu’il y a une forte inspiration sumérienne à l’origine de « Tiamat ». Je m’explique dans la cosmogonie sumérienne, il est question d’un « premier moteur » (au sens aristotélicien) symbolisé par les « eaux primordiales » (eaux douces) qui entourent le ciel supérieur, la terre (disque plat entouré d’océans (eaux salées)), et le ciel inférieur. Pour les sumériens An-Ki, le « Ciel-Terre » était né de l’union du Ciel et de la Terre et cette fécondation s’était réalisée au sein de cette « océan primordial », qu’on appelait Nammu, « la mère ». Malheureusement les textes taisent son origine, son essence. On ne peut que faire de l'interprétation.
Alors dans ce mythe cosmogonique, j’y vois Tiamate, une reprise personnifiée de la Nammu sumérienne.


Tres intéressant tout ça. Tiamat alpha Draconis ça me parait tout a fait possible. D'ailleurs Tiamat est souvent representé par un dragon ou un espèce de grand serpent long à tete de dragon sur les cylindres et seaux babyloniens



On peut dire que c'est ce recit qui a lancé la grande tradition d'un héro qui va combattre et vaincre le dragon alors ? Schéma repris par les grecs , puis dans la religion (st George , St michel contre le dragon etc...) et biensur au moyen age ! C'est passionnant tout ça Razz

Idem cette idée de "chute " d'une divinité telle une descente dans l'infra monde peut etre aussi ?


Par contre j'avais une question technique . Qu'est ce qui fait ou explique le passage D'alpha draconis à Alpha Ursae Minoris , comme devenant etoile "référenante" ? Quand est ce que ça s'est produit ? Y a t il des raisons particulieres ? ou des evenements cosmiques qui l'explique ? Question


Pour la partie inspiration sumeriene d'une histoire encore plus ancienne c'est sur à mon avis. D'ailleurs dans l Enuma Elish, à un moment un personnage s' adresse a Tiamat est lui dit " tu n'as rien fait quand ils ont tué Apsu" . On connait rien de cet evenement , des raisons et des causes de la mort d' Apsu ! ça se réfère à un recit antérieur , probablement sumérien Surprised
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ase


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 204
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: Sam 29 Jan - 02:40 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Salut,


Le mot Tiamat/Ti-amtu/Tâmtum/Ti-a-am-ti est équivalent de l’hébreu Tehom ("tohu bohu") de Genèse 1:2 et désigne les « eaux primordiales » qui sont personnifiés par une déesse (un principe féminin) tumultueuse : les vents submergent la plaine et détruit tout sur son passage. Ce qui est une allusion directe au déluge. Il est donc possible que cette cosmogonie renvoi directement au déluge de la plaine mésopotamienne dans lequel les eaux du golfe persique s’étaient déversées. La représentation folklorique avec un serpent-dragon renverrait à la fois à un déversement onduleux des rivières lors de ce cataclysme et des nuées sombres d’orage avec la trombe de la foudre.


PS : J'ai peut-être trouvé l'équivalent sumérien pour Tiâmat >> Ti-geme qui peut se traduire par "servante de la vie" et qui peut avoir le même sens que Nammu.


Citation:
Pour la partie inspiration sumeriene d'une histoire encore plus ancienne c'est sur à mon avis. D'ailleurs dans l Enuma Elish, à un moment un personnage s' adresse a Tiamat est lui dit " tu n'as rien fait quand ils ont tué Apsu". On connait rien de cet evenement , des raisons et des causes de la mort d' Apsu ! ça se réfère à un recit antérieur , probablement sumérien.



L'Apsû/Abzu akkado-sumérien désigne l'abîme du monde, la demeure d'Enki/Ea. J'aurait donc du mal à déchiffrer ce passage. Serait-ce une référence au Kur sumérien (qui désigne selon Samuel Noah Kramer l'espace vide qui sépare l'écorce terrestre des eaux primordiales et qui initialement désignait une montagne) ?


Citation:
Idem cette idée de "chute " d'une divinité telle une descente dans l'infra monde peut etre aussi ? 



J'ai trouvé un sceau sumérien dans lequel on voit Nammu représentée dans l'Edin (plaine mésopotamienne), dans lequel elle tient un arbre de vie, à sa droite Enki est représenté par les eaux et un serpent qui se dirige vers Nammu. Si dans ce sceau, l'arbre de vie désigne la connaissance du bon et du mauvais, on aurait peut-être là l'origine de la chute décrit dans la Genèse biblique.
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Sam 29 Jan - 08:21 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Oui. ça ouvre beaucoup de piste de recherche Razz On a bien fait de commencer par ce tetxe je crois Exclamation

Marduk qui tue Tia-mat est un acte profondement fondateur d'un nouveau monde. Il faut vraiement arriver a decoder cette histoire pour bien comprendre ces anciennes civilisation.

Je reprends votre hypothese dans la quelle Tia-mat serait l'etoile alpha draconis et qu'elle est remplacée dans sa position par Ursae minoris .
Ce fait là pourrait etre en effet interprêtré par un combat fatal à Tia-mat.

Voila ce que j'ai trouvé à ce sujet :

- 2793 av JC: D'un point de vue astronomique cette année est unique. C'etait l'année ou l'etoile Alpha Draconis etait la plus proche du pole et qu'elle fut incontestablement considérée par Les egyptiens (et je suppose par les autres civilisations de mésopotamie) comme l' Etoile polaire de façon "parfaite".

de -3400 à cette date Alphadraconis n' afait que se rapprocher de la position parfaite par rapport au pole. A partir de cette date les anciens attendaient le moment dramatique (pour eux) à partir duquel elle s'eloignerait (vis à vis du pole ou sa trajectoir alliat s'inverser) . On peut extrapoler (c'ets le cas de dire Laughing ) que cette phase ou alphadraconis va s'eloigner du pole pourrait etre traduite comme la colère de Tia-mat. Biensur dans ce mouvement si elle s'eloigne, une autre va la remplacer dans ce statut de polaire. C'est Ursa Minoris . Quand est ce que Ursa Minoris gagne ce combat est devient definitivement l'etoiel polaire aux yeux des anciens ?
Il semble que ce soit en - 2100 ou la position de Ursae Minoris n'aura jamais été aussi proche du Pole.

Donc si votre hypothèse est exacte la bataille finale Marduk - Tiamat racontée dans l' Enima Elish daterait de - 2100 avant Jesus Christ.

Certains elements du recit me font penser que l'interpretation astronomique est la bonne , notamment l'utilisation par Marduk d'un Arc et d'une fleche pour porter le coup fatal à Tia-mat . L'arc en astronomie ancienne c'est l'outil type qui correspond à des degrés.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Sam 29 Jan - 15:14 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Salut,


 
Ase a écrit:
Si j'en viens à ce que j'ai dit au début, à savoir que les babyloniens n'avaient pas de philosophie, qu'ils avaient une démarche empirique et astrolâtrique (la montagne de naissance des dieux, le monticule sacré, tiamate, désigneraient l'unité, cet inexistant cabaliste impersonnel, tandis que les astres, les planètes, les dieux désigneraient la pluralité, l'existant cabaliste personifiée (ceci dans l'interprétation que j'en fait évidemment)) j'en déduis que les babyloniens cherchaient à construire une philosophie, qu'ils en étaient aux prémices mythologiques de la construction d'une philosophie. Finalement ce n'est que bien tardivement (par les Grecs) que cette philosophie est né (que la connaissance a été suffisamment consolidée pour éclore).


Oui, en fait, il peut y avoir plusieurs cas de figure, mais qui rejoignent tous l'idée d'une philosophie embryonnaire qui n'est pas distincte de l'ensemble des connaissances. C'est effectivement, semble-t'il, une philosophie en formation, issue d'un état des lieux et qui tend, par l'intérêt porté au ciel, à devenir une cosmologie.

Mais il faut aussi prendre en compte la limite linguistique, c'est à dire, celle que l'on atteint quand les choses ne peuvent être exprimées par l'écriture, restent à l'état symbolique ou à l'état d'idée, qu'on exprime un peu comme on peut. Je pense notamment à la transmission verbale. L'écriture apporte une compréhension essentielle mais les textes ne représentent qu'un aspect infime de ce qui pouvait être pensé, car surement que tous les maîtres à penser de ces époques ne connaissaient pas l'art de transcrire, et s'en remettaient à un développement traditionnel, celui de l'ancienne tradition orale ou celui de l'art primitif, figuratif.

La culture babylonienne peut (surement) s'apprécier comme une culture transitionnelle possédant autant de caractères primitifs que de caractères sophistiqués propres aux cultures modernes de l'antiquité. C'est donc en quelque sorte un moment de l'émergence des grands paradigmes civilisateurs et de la naissance des structures (panthéon) politicoreligieux, lesquels accompagnent la création des empires.

L'empire représente par l'établissement du roi-dieu cette correspondance ciel-terre (En-Ki) qui se définit par une royauté divine-céleste établie sur le monde.

J'ose penser que l'apparition de l'écriture et un vecteur d'accélération dans l'évolution culturelle. Les anciens proto-paradigmes étaient tous contenus potentiellement dans la culture primitive : toutes les grandes institutions des Mystères qui fondent le caractère sacré des civilisations antiques - la Mort, le Ciel, la Vie, le Cosmos, l'Origine, les Ancêtres, ...
Et avec l'apparition de l'écriture, tout cela a connu une structuration, une matérialisation de la pensée-mémoire provoquant un énorme bouleversement socioculturel et permettant de poser les fondements culture/connaissance, et donc les premiers germes constituant les notions philosophiques et les arborescences archéo-scientifiques.

Mitra a écrit:
Donc si votre hypothèse est exacte la bataille finale Marduk - Tiamat racontée dans l' Enima Elish daterait de - 2100 avant Jesus Christ.


Il y a un mythe Marduk-Tiamât, qui raconte comment un dieu a créé le monde à la fin de son combat contre la Déesse. Et cette histoire fut "dessinée" dans le ciel sous une forme divinisée par les babyloniens. Mais le mythe peut être en lui-même beaucoup plus ancien que sa sacralisation, et comme je le disais, peut être la métaphore d'un combat des premiers peuples contre les monstrueux habitants de l'Euphrate, c'est à dire de bon vieux crocos de 6m - les dragon aux dents acérées - enfants monstrueux et redoutables de Tiamât.

En fait Tiamât peut être vue comme la déesse d'un monde protogone, né de la fibre du chaos, sauvage et primitif, peuplé de créatures aussi magnifiques/monstrueuses que redoutables, dans lequel l'homme doit combattre pour survivre. Ce qui nous enjoint à considérer que l'homme babylonien se veut civilisé, maître de la nature.

Et cela ne peut se faire sans l'assistance d'un grand-dieu, Marduk en l'occurrence, seul capable de dompter les forces de la nature : les grands-esprits des animaux qui peuplent l'océan et les fleuves mais aussi les esprits élémentaux dont la colère provoque les cataclysmes, le débordements des fleuves, les tempêtes, les incendies, les soubresauts et grondements de la terre. Les esprits ne sont pas les ennemis des hommes, mais ils n'aiment qu'on les dérange dans leur quiétude : et cela se confirme par la volonté d'Apsou, qui se rapproche d'un grand-esprit des éléments, de supprimer la nouvelle génération de gêneurs : ses petits-enfants bruyants et irrespectueux. Ceux qui troublent le calme et l'harmonie naturelle.

Ce dernier point révèle que les premiers peuples s'imposaient des règles de survie, et ne faisaient pas n'importe quoi dans la nature, car ils craignaient la justice de quelque grand-esprit qui ne souffrait pas d'être dérangé par l'homme dans son paradis virginal. Ces règles, on les retrouve encore chez certains peuples vivant sur un modèle primitif : ils ne tuent et ne prennent jamais sans raison, et juste pour leu besoin. C'est religieux mais c'est également un principe de survie.

C'est sûr qu'il y en a qui auraient besoin d'aller revivre un peu dans la nature.

C'est un combat. Non peut être pas entre le bien et le mal, mais entre ce qui respecte, ce qui est juste, et ce qui est irrespectueux et injuste.
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Sam 29 Jan - 16:29 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

dedale a écrit:
Salut,


 [...]
Il y a un mythe Marduk-Tiamât, qui raconte comment un dieu a créé le monde à la fin de son combat contre la Déesse. Et cette histoire fut "dessinée" dans le ciel sous une forme divinisée par les babyloniens. Mais le mythe peut être en lui-même beaucoup plus ancien que sa sacralisation, et comme je le disais, peut être la métaphore d'un combat des premiers peuples contre les monstrueux habitants de l'Euphrate, c'est à dire de bon vieux crocos de 6m - les dragon aux dents acérées - enfants monstrueux et redoutables de Tiamât.


Oui tout a fait Dédale ça peut etre une plus ancienne histoire , redessinée, réadaptée, dans le ciel à l' occaision de ce changement d'etoile polaire.
Ou bien une histoire réutilisée à des fins politique pour légitimer de nouveaux fondements avec la création de Babylone et pour légétimer / généraliser le culte de Marduk .

Mais sinon j'aime beaucoup le message empreint de sagesse que tu souleves , d'hommes devenant civilisés et domptant la nature , tout en rappelant qu'elle doit etre respectée et preservée , du moins eviter de la troubler trop profondement pour éviter de périr par son courrou...

Enuma Elish , le premier Message"écologique" ? Pourquoi pas Razz .
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
dedale


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2011
Messages: 698

MessagePosté le: Dim 30 Jan - 05:29 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Bonsoir,


 
Ase a écrit:
Si on essaye d’en faire une interprétation cabaliste, en me basant sur la traduction de Bottéro qui traduit An par l’En-haut, Ki par l’En bas, j’en déduirais que Tiamate/Nammu serait une personnification empirique du concept suivant : « du rien jaillit le tout ». Je me base sur l’idée que la mystique juive subordonne le « yech » (l’existence) à l’aïn (l’inexistence) selon l'expression « yech me-aïn ». Et selon cette cabale, la relation qui existe entre « yesh » et « aïn » est que l’inexistence est la source active de l’existence : l’être apparaît dans l’existence par le passage de l’unité à la pluralité.


Il y a une sorte de fatalisme logique dans cela. Si l'on définit l'existence comme ayant une origine ontologique, c'est à dire un principe d'existence, on revient fatalement vers un principe proche du néant. Le comble métaphysique est de considérer le néant comme aussi répulsif ou inconcevable que le fait d'un cosmos éternel, qui en fait remet en cause la Création elle-même par son caractère intemporel et hyper-stationnaire.

Pourquoi quelque chose de nouveau, comme la vie, l'homme ou le monde, serait-il apparu dans cette éternité quasi-inviolable? Non, assurément, les choses qui existent n'ont pas toujours existé telle qu'elles sont. Et pour les anciens, ce fait était largement prouvé car ils s'installaient périodiquement dans des contrées inhabitées, qui n'avaient jamais connu l'homme. Donc l'homme et les dieux qui l'avaient créé, étaient bien apparu après la naissance de la terre primitive. Pareillement pour certains animaux qui côtoyaient les humains.

Le monde était en mouvement : non seulement les paysages pouvaient être bouleversés mais aussi les étoiles ou simplement la vue que l'on avait de la voûte céleste, des choses ou des êtres pouvaient apparaître comme disparaître.

Donc ce qui vient en premier à l'esprit est qu'il existe un jeu de l'existence, une dualité originelle, primordiale et fondamentale qui implique le fait de naître à l'existence comme le fait de cesser d'exister. Cela ne peut s'expliquer que par un dynamisme, un mouvement, qui engendre des passages d'un pôle à l'autre.

Dans une telle dualité ou bipolarité, l'existence exige l'inexistence. Les choses qui sont - tout - n'étaient pas à l'origine. Elles ont été créées. Et si elles ont été créées, c'est qu'elles n'existaient pas. Ce n'est pas la Création qui est le mystère, mais l'Incréé. Alors bien sûr, dans l'esprit moderne, il n'y a pas de création au sens sacralisé, mais il y a cependant une création au sens propre, puisque rien n'existait.

Il me semble que cette logique, à peu de choses près, tient toujours.

Citation:
Le mot Tiamat/Ti-amtu/Tâmtum/Ti-a-am-ti est équivalent de l’hébreu Tehom ("tohu bohu") de Genèse 1:2 et désigne les « eaux primordiales » qui sont personnifiés par une déesse (un principe féminin) tumultueuse : les vents submergent la plaine et détruit tout sur son passage. Ce qui est une allusion directe au déluge. Il est donc possible que cette cosmogonie renvoi directement au déluge de la plaine mésopotamienne dans lequel les eaux du golfe persique s’étaient déversées. La représentation folklorique avec un serpent-


Si j'en juge d'après les 3 représentations de Tiamât que j'ai sous la main, dont une qui vient du web, dont voici l'image :

http://hu.wikipedia.org/w/index.php?title=Fájl:Tiamat.JPG&filetimestamp…

Primo, on a là la représentation type du basilic, avec ses 2 pattes antérieures
Secundo, on remarque que Tiamât adopte la posture du Cobra Royal. Intéressant : cela nous fait revenir aux déesses-cobra d'Egypte, et notamment à Ouadjet. Selon certains c'est cette même déesse-cobra oraculaire de Bouto qui devint l'Uréus sacré (par correspondance avec Python et l'oracle de Delphes.)

L'Uréus aurait une connotation hellénistique puisque les grecs nommaient Ouadjet : Ouraios, qui signifie "le serpent". Et donc, Uréus vient d'Ouraios.
http://www.toutankharton.com/Ouadjet (modeste ce site mais fiable)

Dans la relation Tiamât/Ouadjet, les grecs assimilent cette déesse à Létô.

Dans l'Enuma Elish il est cependant précisé que Tiamât enfante des monstres redoutables, comme. Et un nouveau rapprochement intervient qui est celui de Tiamât avec l'ouranide (ouraios) Echidna (ou Delphyné), compagne de Typhon, qui engendre entre autre Cerbère, l'Hydre, le Sphinx, la Chimère. La correspondance Marduk-Enlil/Typhon avait été faite par les grecs eux-mêmes. mais cette Echidna-Tiamât grecque, terrible déesse titanide issue des entrailles mythologiques, n'est pas en conflit avec Typhon-Marduk, mais plutôt avec Zeus-Marduk. Elle fait partie, avec son compagnon, des Titans originels, les plus proches divinités du chaos, qui sont la terreur des dieux de l'Olympe.

Echidna est une sorte de Gorgone, mais en beaucoup plus terrible. Tandis que son visage est celui d'une magnifique déesse, son corps est celui d'un gigantesque et épouvantable dragon-serpent.

Voilà pour quelques correspondances.
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Dim 30 Jan - 10:40 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

Intéressant ces correspondances avec mythologie egyptienne et grecque Okay
Et Marduk aurait il une correspondance dans la myhtologie egyptienne aussi ?
Je pensais a Seth qui etait chargé de lutter contre Apophis (un serpent celeste aussi) mais sans trop de recherche Question
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Dim 30 Jan - 12:10 (2011)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien Répondre en citant

J'essaye de reconstituer l' histoire racontée dans l' Enuma Elish, et j'aimerais verifier avec vous si on comprend la même chose. je mets mes intérrogations dans une autre couleur

On le fait une tablette à la fois pour ne pas trop avoir a expliquer dans un seul post Wink

Tablette I

Tia-mat c'est le demiurge créateur feminin . Elle a tout crée dont Apsu qu'elle prend comme epoux.
Parmi ses créations une nouvelle génération de dieux "turbulents" (Anu , Ansar, Kisar, Lahmu , Lahamu, Nidimmud)
Est ce que se sont les anunnakis ?

dont le comportement déplait fortement à Apsu qui demande conseil à Mummu (son ministre ou Vizir) et vont voir Tia-mat pour lui proposer de détruire ces dieux turbulents. Mummu conseille de tuer ces dieux, ce qui remplit de statisfaction Apsu, tandis que Tia-mat elle s' y oppose fermement.

Rentre en scene EA qui a compris les plans d' Apsu et le tue dans ses "quartiers de vie" et chatie Mummu qu'il garde comme prisonnier.
Qui est EA ? A t il lui aussi été crée par Tia-mat ?
Ou etait supposé vivre Apsu. On parle de chambre, de quartier de vie... ?

EA et son épouse Damkina détronent donc Apsu et prennent le contrôle. Ils resident dans la chambre des destinées où
ils vont concevoir Marduk
qu'est ce et ou se situe cette chambre des destinées ?

Il est protégé par son père, nourrit par sa mère et élevé par une nurse qui l'emplit de terreur
(je suppose que c'est une formule pour dire qu'une nurse fait son education ? Est ce habituel qu'un enfant soit élevé par une nurse dans les société mésopotamienne ?)

Ses yeux etaient éblouissants (dazzling en anglais)
(ps on retrouve souvent ce type de remarque sur les yeux aussi dans le livre d' Henoch quand les gens décrivent les fils du ciel, pour Noe egalement...)

Quand Anu le protecteur de son pere EA le voit , il est rempli de joie et decide de "doubler" les pouvoirs divins de Marduk
( Donc EA est "hierarchiquement" inférieur à ANU , pourquoi c'est EA qui a dêtroné Apsu et pas Anu ? )

103 He was clothed with the aura of the Ten Gods, so exalted was his strength,
105 Anu formed and gave birth to the four winds
Il etait reveté de l' aura des 10 dieux , aussi sa force etait decuplée. Anu forma et donna naissance aux 4 vents
qu'il donna à Marduk
(dans se passage Anu dote MArduk de 50 raysons - ses 50 noms et attributions et lui confère ausi la maitrise des 4 vents.
Par contre qui sont ces 10 dieux dont marduk aurait l'aura. Est ce qu'on peut revenir sur ce que sont ces 4 vents ?)

Ensuite Anu menace Tia-mat en lui envoyant une vague (???), en formant un Ouragan. Celle ci reste effrayée sans réaction.

Et la un passage tres important ligne 110 à 125 : Des dieux essayent d efaire réagir Tiamat en lui disant qu'elle ne les aimenyt plus , qu'elle a laissé impuni la mort de son epoux apsu, et l'emprisonnement de Mummu
Qui sont ces dieux ?? on comprend que Apsu et Mummu etaient leur chefs, qu'ils sont proches de Tia-mat , mais qui sont ils ??

"Consider our burden, our eyes are hollow" Break the immovable yoke that we may sleep"
Considere notre charge , nos yeux sont creux, casse le joug qui nous empeche de dormir.

(cette phrase me laisse à penser qu'il s'agit de (sous) dieux exploités par Anu -> Est ce bien les Iggigi ?)

Tia-mat est séduite par ce discour et va rentrer en guerre contre EA , Anu et Marduk. C'ets là qu'elle crée et dote d'armes puissantes une horde de guerriers , de monstres (hydres, dragons, serpents géants, monstres poilus, homme poisosns, homme taureaux etc...) qu'elle façonne comme des "presque-dieux" nourrit par la haine et dnas l'unique but d ecombattre jusqu'à la mort leurs ennemis. Des machines de guerre !
Elle donne le leadership de son armée à Qingu , qu'elle magnifie et prend comme nouvel époux. Il devient le commandant supreme des troupes de Tia-Mat.

Ligne 156 Let your commands prevail over all the Anunnaki.
Laissez vos commandes prévaloir sur tout les Anunnaki

Je ne comprends pas cette phrase. Est ce que Kingu dirige les troupes anunnaki , si oui contre qui ? ou est ce que sont les Anunnaki qui sont les ennemis à défaire ?

After Qingu was elevated and had acquired the power of Anuship
(qu'est ce que la puissance de L' Anuship ?)

Fin Tablette I
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:12 (2016)    Sujet du message: Enuma Elish - Epopée de la création - Babylonien

Revenir en haut
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Etude de cas Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylStargate theme by SGo