Histoire Secrète Index du Forum Histoire Secrète
Le passé de notre humanité avec ses mystères et ses secrets
 
 FAQ   Rechercher   Membres   
 S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Homère et la Baltique / L'origine nordique des Mycéniens ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Mystères des Civilisations et Monuments étranges du passé -> Europe de l' age du bronze à l' antiquité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Sam 7 Sep - 02:59 (2013)    Sujet du message: Homère et la Baltique / L'origine nordique des Mycéniens ? Répondre en citant




Dans l’essai Homère dans la Baltique nous avons tenté de prouver que
les événements racontés dans l’Iliade et l’Odyssée sont situés dans le monde
baltique, c’est-à-dire le foyer originel des navigateurs achéens aux cheveux
clairs. Ils allèrent ensuite dans la région méditerranéenne, où ils transposèrent
leurs noms de lieux, leurs épopées et mythes nordiques, et
créèrent la civilisation mycénienne [2] au début du XVIème siècle AEC
.(FELICE VINCI)




Ce texte constitue l’introduction du livre de Felice Vinci, Omero nel Baltico [Homère dans la Baltique]. Le livre peut être commandé en italien ou en traduction anglaise.:


Depuis l’Antiquité, la géographie homérique a donné lieu à des problèmes et à de l’incertitude. La conformité des villes, pays et îles, que le poète décrit souvent avec une abondance de détails, avec des sites méditerranéens traditionnels est habituellement seulement partielle ou même inexistante. Nous trouvons divers cas dans Strabon (le géographe et historien grec, 63 av. JC – 23 apr. JC), qui, par exemple, n’expliquent pas pourquoi l’île de Pharos, située juste en face du port d’Alexandrie, semble dans l’Odyssée se trouver inexplicablement à un jour de navigation de l’Egypte. Il y a aussi la question de la localisation d’Ithaque, qui, d’après des indications très précises trouvées dans l’Odyssée, est la plus à l’ouest dans un archipel qui comprend trois îles principales, Doulichion, Samé et Zacynthe. Cela ne correspond pas à la réalité géographique de l’Ithaque grecque dans la mer Ionienne, située au nord de Zacynthe, à l’est de Cephallenia et au sud de Leucas. Et ensuite, que faire du Péloponnèse, décrit comme une plaine dans les deux poèmes?
Cependant, la géographie homérique est tout aussi problématique pour les spécialistes contemporains. Par ex., le Pr. Moses Finley affirme «la complète absence de contact entre la géographie mycénienne, telle que nous la connaissons d’après les tablettes et l’archéologie, et les récits d’Homère. Les tentatives qui ont été faites pour les réconcilier (…) ne sont pas convaincantes» (The World of Odysseus, App. II). A son tour, le Pr. Franco Montanari déclare que «concernant les correspondances entre la géographie homérique et la mycénienne, de nombreux pas en arrière ont été faits, dans la mesure où on insiste maintenant sur les divergences» (Introduction to Homer, Chap. 6).



En d’autres mots, la géographie homérique se réfère à un contexte avec une topographie qui nous est familière, mais qui, si on la compare à la disposition physique réelle du monde grec, révèle des anomalies flagrantes, qui sont difficiles à expliquer, ne serait-ce qu’en raison de leur cohérence tout au long des deux poèmes. Par exemple, le Péloponnèse apparaît comme une plaine non pas sporadiquement mais régulièrement, et Doulichion, la «longue île» (en grec «dolichos» signifie «long») située près d’Ithaque, est mentionnée à de nombreuses reprises non seulement dans l’Odyssée mais aussi dans l’Iliade, mais ne fut jamais retrouvée dans la Méditerranée. Nous sommes ainsi confrontés à un monde qui semble réellement proche et inaccessible, en-dehors de quelques convergences occasionnelles, bien que les noms soient familiers (cela tend cependant à être plus trompeur qu’autre chose pour résoudre le problème).
Une clé possible pour pénétrer finalement ce monde mystérieux est fournie par Plutarque (46-120 apr. JC). Dans son ouvrage De facie quae in orbe lunae apparet («Le visage qui apparaît dans le cercle de la lune»), il fait une affirmation surprenante: l’île d’Ogygie, où Calypso retient Ulysse avant de lui permettre de retourner à Ithaque, est située dans l’Océan Atlantique Nord, «à cinq jours de navigation de la [Grande]-Bretagne».
Les indications de Plutarque nous conduisent à identifier Ogygie avec l’une des îles Féroé (où nous tombons aussi sur une île avec un nom à la consonance grecque: Mykines). En partant de là, la route vers l’est, que suit Ulysse (Livre V de l’Odyssée) dans son voyage d’Ogygie à Schérie nous permet de localiser cette dernière, c’est-à-dire le pays des Phéaciens, sur la côte sud de la Norvège, dans une région cadrant parfaitement avec le récit de son arrivée, où les traces archéologiques de l’Age du Bronze sont abondantes. De plus, alors que d’une part «sker» en vieux norrois signifie «rocher dans la mer», d’autre part, dans le récit de l’arrivée d’Ulysse, Homère décrit l’inversion du courant de la rivière, qui est inconnue dans le monde méditerranéen mais qui est typique des estuaires atlantiques pendant la marée haute.
De là les Phéaciens emmènent Ulysse à Ithaque, située à l’extrémité d’un archipel, que Homère décrit dans les moindres détails. A ce moment, une série de parallèles précis rend possible l’identification d’un groupe d’îles danoises, au sud de la mer Baltique, qui correspondent exactement à toutes les indications d’Homère. En fait, l’archipel des Fyn du Sud comprend trois îles principales: Langeland (la «longue île»; qui résout finalement l’énigme de la mystérieuse île de Doulichion), Aerö (qui correspond parfaitement à la Samé homérique) et Täsinge (l’ancienne Zacynthe). La dernière île de l’archipel, située à l’ouest, «face à la nuit», est l’Ithaque d’Ulysse, aujourd’hui connue sous le nom de Lyö. Il est stupéfiant de voir à quel point cela coïncide étroitement avec les indications du poète, non seulement par la position, mais aussi par ses traits topographiques et morphologiques. Et ici, parmi ce groupe d’îles, nous pouvons aussi identifier la petite île «dans le détroit entre Ithaque et Samé», où les soupirants de Pénélope tentèrent de piéger Télémaque.
De plus, l’Elis, c’est-à-dire l’une des régions du Péloponnèse, est décrite comme se trouvant en face de Doulichion. On peut facilement l’identifier avec une partie de la grande île danoise de Seeland. Par conséquent, cette dernière est le «Péloponnèse» d’origine, c’est-à-dire «l’île de Pélops», dans le vrai sens du mot «île» («nêsos» en grec). D’autre part, le Péloponnèse grec (qui se trouve dans une position similaire dans la mer Egée, c’est-à-dire sur son coté sud-ouest) n’est pas une île, malgré son nom. En outre, les détails rapportés dans l’Odyssée concernant le rapide voyage de Télémaque en chariot de Pylos à Lacédémone, à travers une «plaine où pousse le blé», ainsi que la guerre entre les Pyliens et les Epéens, telle qu’elle est racontée dans le Livre XI de l’Iliade, ont toujours été considérés comme incohérents par rapport à la géographie accidentée de la Grèce, alors qu’ils cadrent parfaitement avec l’île plate de Seeland.
De plus, le long de la côte et des îles de la mer de Norvège – qui est traversée par une branche du Gulf Stream, identifiable avec le mythique «Fleuve Océan» – on peut trouver de nombreuses similarités suggestives avec les célèbres aventures d’Ulysse, qui ont leurs racines dans les histoires de marins et dans le folklore local et qui furent transformées par l’imagination du poète avant d’être transposées dans un contexte totalement différent, où elles devinrent méconnaissables. Ces aventures peuvent être considérées comme des souvenirs des routes maritimes de l’Age de Bronze: les références géographiques d’Homère nous permettent de les reconstruire dans les moindres détails. Plus encore, un certain nombre de phénomènes qui paraissent incompréhensibles, comme le chant des Sirènes, le tourbillon de Charybde et les danses de l’aurore sur l’île de Circé, trouvent immédiatement une explication dès qu’ils sont ramenés dans leur environnement atlantique d’origine. Adieu la Grèce, adieu la Méditerranée!
Quant à Ulysse, Homère mentionne ses «cheveux clairs», et Tacite affirme qu’il navigua dans les mers nordiques (Germanie, 3, 2). De plus, de remarquables similarités existent entre lui et Ull, un archer et guerrier de la mythologie nordique. D’autre part, Pindare mentionne les «Danaens aux cheveux clairs» dans sa Neuvième Néméenne.
Cela ne devrait pas être trop surprenant: en fait, nous ne devrions pas oublier ce que le Pr. Stuart Pigott, un savant très distingué, déclare au sujet du monde d’Homère: «La noblesse des hexamètres [homériques] ne devrait pas nous tromper, nous conduisant à croire que l’Iliade et l’Odyssée sont quelque chose de différent des poèmes de l’Europe largement barbare de l’Age de Bronze et du début de l’Age de Fer» (Ancient Europe, Chap. IV). Un peu plus loin, il cite une déclaration extrêmement significative de Rhys Carpenter: «Aucun sang minoen ou asiatique ne coule dans les veines des Muses grecques: elles sont très éloignées du monde crétois-mycénien. Elles sont plutôt en contact avec les éléments européens de la culture et de la langue grecques (…). Derrière la Grèce mycénienne … s’étend l’Europe».
Regardons maintenant la région de Troie. Dans l’Iliade elle est située le long de la mer de l’Hellespont, qui est systématiquement décrit comme étant «vaste» ou même «sans limites». Nous pouvons donc exclure qu’il se réfère au détroit des Dardanelles, où se trouve la cité découverte par Schliemann. L’identification de cette cité avec la Troie d’Homère soulève toujours de sérieux doutes: il nous suffit de penser à la critique effectuée par Finley dans The World of Odysseus. Elle coïncide avec la localisation de la Troie gréco-romaine, mais Strabon affirme clairement que cette dernière ne coïncide pas avec la cité homérique. D’autre part, l’historien médiéval danois Saxo Grammaticus, dans sa Gesta Danorum, mentionne souvent une population connue comme les «Hellespontiens» et une région appelée Hellespont, qui, assez curieusement, semble être située dans l’est de la mer Baltique. Pourrait-il s’agir de l’Hellespont d’Homère? Nous pouvons l’identifier avec le golfe de Finlande, qui est la contrepartie géographique des Dardanelles (puisque tous deux se trouvent au nord-est de leurs bassins respectifs). Puisque Troie, d’après l’Iliade, se trouve au nord-est de la mer (une raison de plus pour contester la localisation de Schliemann), alors il semble raisonnable, dans l’esprit de cette recherche, de regarder vers une région de la Finlande du Sud, où le golfe de Finlande rejoint la mer Baltique. Dans cette région, à l’ouest d’Helsinki, nous trouvons un certain nombre de noms de lieux qui ressemblent étonnamment à ceux mentionnés dans l’Iliade et, en particulier, à ceux donnés aux alliés des Troyens: Askainen (Ascanius), Reso (Rhesus), Karjaa (Caria), Nästi (Nastes, le chef des Cariens), Lyökki (Lycie), Tenala (Ténédos), Kiila (Scylla), Kiikoinen (Ciconiens), etc. Il y a aussi une Padva, qui nous rappelle la Padoue [Padua] italienne, qui fut fondée, d’après la tradition, par le Troyen Antênor et qui se trouve en Vénétie (les «Eneti» ou «Veneti» étaient des alliés des Troyens). Encore plus, les noms de lieux Tanttala et Sipilä (le mythique roi Tantale, célèbre pour ses supplices, fut enterré sur le mont Sipylus) indiquent que cette question n’est pas limitée à la géographie homérique, mais semble s’étendre à tout le monde de la mythologie grecque.
Et pour Troie? Juste au milieu de cette région, à mi-chemin entre Helsinki et Turku, nous découvrons que la cité du roi Priam a survécu au pillage et à l’incendie des Achéens. Ses caractéristiques correspondent exactement à celles qu’Homère nous a transmises: la région accidentée qui domine la vallée avec ses deux rivières, la plaine qui descend vers la côte, et les régions montagneuses en arrière-plan. Elle a même conservé son propre nom presque inchangé après tout ce temps. Aujourd’hui, «Toija» est un paisible village finlandais, inconscient de son passé glorieux et tragique.
Plusieurs visites dans ces lieux, à partir du 11 juillet 1992, ont confirmé la correspondance extraordinaire entre les descriptions de l’Iliade et la région entourant Toija. De plus, nous tombons ici sur de nombreuses traces significatives de l’Age du Bronze. Incroyable, mais en direction de la mer nous trouvons un endroit appelé Aijala, qui rappelle la «plage» («aigialos») où, d’après Homère, les Achéens firent accoster leurs bateaux (II. XIV, 34). En outre, le nom de la Halikonjoki, c’est-à-dire la «rivière Haliko», qui coule à 20 km de Toija, est identique à l’ancien nom grec, «Halikos», de l’actuelle rivière Platani, au sud-ouest de la Sicile, qui s’écoule dans la mer dans une région extrêmement riche en vestiges archéologiques et en souvenirs mythiques de l’ancienne Grèce.


La correspondance s’étend aux régions voisines. Par exemple, le long de la côte suédoise faisant face à la Finlande du Sud, à 70 km au nord de Stockholm, la longue et relativement étroite baie de Norrtälje rappelle l’Aulis homérique, d’où la flotte achéenne partit vers Troie. De nos jours, des ferries partent d’ici pour la Finlande, suivant la même route ancienne. Ils dépassent l’île de Lemland, dont le nom nous rappelle l’ancienne Lemnos, où les Achéens firent halte et abandonnèrent le héros Philoctète. Près de là se trouve Äland, la plus grande île de l’archipel du même nom, qui coïncide probablement avec Samothrace, le site mythique des mystères du travail des métaux. Le golfe de Botnie adjacent est facilement identifiable avec la mer Thracienne d’Homère, et avec l’ancienne Thrace, que le poète place au nord-ouest de Troie sur le bord opposé de la mer, probablement située le long de la côte nord de la Suède et de son arrière-pays (il est remarquable qu’une saga nordique identifie la Thrace avec la résidence du dieu Thor). Plus au sud, en-dehors du golfe de Finlande, l’île de Hiiumaa, située à l’opposé de la côte estonienne, correspond exactement à la Chios d’Homère, qui, d’après l’Odyssée, se trouve sur le chemin du retour de la flotte achéenne après la guerre.
Bref, à part les traits morphologiques de cette région, la position géographique de la Troas finlandaise s’adapte comme un gant aux indications mythologiques. En fait, cela explique pourquoi un «épais brouillard» tombe souvent sur les combats dans la plaine troyenne, et pourquoi la mer d’Ulysse n’est jamais aussi brillante que celle des îles grecques, mais toujours «grise» et «brumeuse». Quand nous voyageons dans le monde d’Homère, nous rencontrons le mauvais temps qui est typique du monde nordique. Partout dans les deux poèmes, le temps, avec du brouillard, du vent, de la pluie, des températures froides et de la neige (qui tombe sur les plaines et même jusqu’en mer), a peu en commun avec le climat méditerranéen; de plus, le soleil et les chaudes températures ne sont presque jamais mentionnées. En un mot, le plus souvent le temps est troublé, à tel point que les combattants revêtus de bronze implorent un ciel sans nuages pendant la bataille. Nous sommes bien loin des plaines torrides de l’Anatolie. La manière dont les personnages d’Homère sont vêtus est en parfait accord avec ce genre de climat. Ils portent des tuniques et d’«épais et lourds manteaux» qu’ils n’enlèvent jamais, pas même durant les banquets. Cette tenue correspond exactement aux restes de vêtements trouvés dans les tombes danoises de l’Age de Bronze, jusqu’à des détails comme la broche de métal qui attachait le manteau à l’épaule.
Cette localisation nordique explique aussi l’énorme anomalie de la grande bataille qui occupe les livres centraux de l’Iliade. La bataille continue pendant deux jours et une nuit. Le fait que l’obscurité ne mette pas fin au combat est incompréhensible dans le monde méditerranéen, mais il devient clair dans le cadre baltique. Ce qui permet aux renforts de Patrocle de poursuivre le combat jusqu’au lendemain, sans interruption, est une légère lumière nocturne, qui est typique des hautes latitudes durant le solstice d’été. Cette interprétation – corroborée par la submersion du Scamander pendant la bataille suivante (dans les régions nordiques cela survient en mai ou en juin du fait du dégel) – nous permet de reconstruire les étapes de toute la bataille d’une manière cohérente, dissipant les interrogations et les interprétations forcées d’aujourd’hui. De plus, nous arrivons même à tirer d’un passage de l’Iliade le mot grec utilisé pour nommer les nuits claires typiques des régions situées près du Cercle Arctique: la «nix amphilyke» est un véritable fossile linguistique qui, grâce à l’épopée homérique, a survécu à la migration des Achéens vers l’Europe du Sud.


Il est aussi important de noter que les murs de Troie, tels qu’ils sont décrits par Homère, apparaissent comme une sorte de palissade rustique faite de bois et de pierre, similaire aux archaïques palissades nordiques en bois (comme les murs du Kremlin jusqu’au 15ème siècle) bien plus qu’aux puissantes forteresses des civilisations égéennes.
Examinons maintenant le dénommé Catalogue des Navires du Livre II de l’Iliade, qui énumère les vingt-neuf flottes achéennes qui prennent part à la guerre de Troie, avec les noms de leurs capitaines et lieux d’origine. Cette liste se déroule dans le sens contraire aux aiguilles d’une montre, partant de la Suède centrale, continuant le long des côtes baltiques et finissant en Finlande. Si nous combinons cela avec les données contenues dans les deux poèmes et dans le reste de la mythologie grecque, nous pouvons complètement reconstruire le monde achéen autour de la mer Baltique, où, comme l’archéologie le confirme, l’Age du Bronze s’épanouissait au second millénaire av. JC, favorisé par un climat plus chaud que celui d’aujourd’hui.
Dans ce nouveau contexte géographique, tout l’univers appartenant à Homère et à la mythologie grecque se dévoile finalement avec une cohérence stupéfiante. Par exemple, en suivant la séquence du Catalogue, nous localisons immédiatement la Béotie (correspondant à la région autour de Stockholm). Ici il est facile d’identifier la Thèbes d’Œdipe et le mythique mont Nysa (qui ne fut jamais retrouvé dans le monde grec), où les Hyades élevèrent le bébé Dionysos. L’Eubée d’Homère coïncide avec l’actuelle île de Öland, située au large de la côte suédoise dans une position similaire à celle de sa contrepartie méditerranéenne. L’Athènes mythique, pays natal de Thésée, se trouve dans la région de l’actuelle Karlskrona au sud de la Suède (cela explique pourquoi Platon, dans son dialogue du Critias, en parle comme d’une plaine onduleuse remplie de rivières, qui est totalement étrangère à la rude morphologie de la Grèce). Les traits d’autres cités achéennes, comme Mycènes ou Calydon, telles qu’elles sont décrites par Homère, semblent être aussi complètement différentes de celles de leurs homonymes sur le sol grec. En particulier, Mycènes se trouve dans le site de l’actuelle Copenhague, où l’île d’Amager peut rappeler son ancien nom et peut expliquer pourquoi il était au pluriel. Ici, sur l’île plate de Seeland (c’est-à-dire le «Péloponnèse» homérique), nous pouvons facilement identifier les royaumes d’Agamemnon et de Ménélas, l’Arcadie, le fleuve Alphée, et en particulier la Pylos du roi Nestor, dont la localisation était considérée comme un mystère même par les anciens Grecs. En situant les poèmes d’Homère dans la Baltique, cette énigme immémoriale est aussi résolue immédiatement. De plus, il est également facile de résoudre le problème de l’étrange frontière entre Argos et Pylos, qui est mentionnée dans l’Iliade mais qui est «impossible» dans le monde grec. Après le Péloponnèse, le Catalogue mentionne Doulichion et continue avec l’archipel d’Ithaque, qui était déjà identifié grâce aux indications fournies par l’Odyssée. Nous pouvons ainsi vérifier la cohérence de l’information contenue dans les deux poèmes ainsi que leur concordance avec la géographie baltique.
Après Ithaque, la liste continue avec les Etoliens, qui rappellent les anciens Jutes. Ils donnèrent leur nom au Jutland, qui se trouve en fait près des îles des Fyn du Sud. Homère mentionne Pylène dans les cités étoliennes, qui correspond à l’actuelle Plön, en Allemagne du Nord, non loin du Jutland. A l’opposé de cette région, dans la mer du Nord, le nom d’Héligoland, l’une des îles Frisonnes du Nord, rappelle Helike, un sanctuaire du dieu Poséidon mentionné dans l’Iliade.
Que dire de la Crète, le «vaste pays» aux «cent cités» et aux nombreuses rivières, qui n’est jamais décrite comme une île par Homère? Elle correspond à la région de Poméranie de la région sud-baltique, qui s’étend de la côte allemande à la côte polonaise. Cela explique pourquoi dans les riches productions picturales de la civilisation minoenne, qui s’épanouit dans la Crète égéenne, nous ne trouvons aucune allusion à la mythologie grecque, et pourquoi les bateaux sont si rarement représentés. Il serait aussi tentant de supposer une relation entre le nom «Polska» et les Pélasges, les habitants de la Crète homérique. A cet endroit, il est aussi facile d’identifier Naxos (où Thésée laisse Ariane lors de son voyage de retour de la Crète à Athènes) avec l’île de Bornholm, située entre la Pologne et la Suède, où la ville de Neksö rappelle encore l’ancien nom de l’île. De même, nous découvrons que le «Fleuve Egypte» de l’Odyssée coïncide probablement avec la Vistule actuelle, révélant ainsi la véritable origine du nom que les Grecs donnèrent au pays des Pharaons, connu comme «Kem» dans la langue locale. Cela explique la position incongrue de la Thèbes égyptienne homérique, qui, selon l’Odyssée, est bizarrement située près de la mer. Manifestement la capitale égyptienne, qui se trouve au contraire à des centaines de kilomètres du delta du Nil et qui était connue à l’origine sous le nom de Wö’se, fut renommée par les Achéens d’après le nom d’une cité baltique, après leur arrivée en Méditerranée. La véritable Thèbes était probablement l’actuelle Tczew, dans le delta de la Vistule. Au nord de ce dernier, au centre de la mer baltique, l’île de Färö rappelle la Pharos homérique, qui se trouve d’après l’Odyssée au milieu de la mer à un jour de navigation de l’«Egypte» (alors que la Pharos méditerranéenne n’est qu’à un kilomètre du port d’Alexandrie). En outre, le nom d’une population barbare qui vivait près de l’embouchure de la Vistule jusqu’au 3ème siècle après JC, les «Gépides», rappelle le nom «Aigyptos»: cela corrobore l’idée que l’Egypte homérique se trouvait autour du delta de la Vistule.
Le Catalogue des Navires touche maintenant les Républiques baltes. L’Hellade se trouve sur la côte de l’actuelle Estonie, et donc proche de l’Hellespont homérique (c’est-à-dire la «mer de Helle»), le golfe de Finlande d’aujourd’hui. Dans cette région, les spécialistes ont trouvé des légendes qui présentent des parallèles remarquables avec la mythologie grecque. Phthie, la patrie d’Achille, se trouve dans les collines fertiles de l’Estonie du sud-est, le long de la frontière avec la Lettonie et la Russie, s’étendant jusqu’à la rivière russe Velikaja et au lac de Pskov. Les Myrmidons et les Phthiens vivaient ici, gouvernés par Achille et Protesilée (le premier capitaine achéen qui tomba dans la guerre de Troie) respectivement.
Ensuite, en suivant la séquence, nous atteignons la côte finlandaise, face au golfe de Botnie, où nous trouvons Jolkka, qui nous rappelle Iolcos, la cité mythique de Jason. Plus au nord, nous pouvons aussi identifier la région de l’Olympe, du Styx et de la Piérie en Laponie finlandaise (qui rappelle à son tour les Lapithes homériques, c’est-à-dire les ennemis jurés des Centaures qui vivaient aussi dans cette région). Cette localisation de la Piérie au nord du cercle arctique est confirmée par une anomalie astronomique apparente, liée au cycle de la lune, qui se trouve dans l’Hymne à Hermès d’Homère: elle ne peut être expliquée que par la haute latitude. La «demeure d’Hadès» était encore plus au nord, sur les côtes glacées de la Carélie russe: ici arriva Ulysse, ses voyages représentant le dernier vestige des routes préhistoriques durant une ère qui était caractérisée par un climat très différent de celui d’aujourd’hui.
Quant au climat, la période durant laquelle les poèmes d’Homère furent composés doit avoir été proche de la fin d’une période exceptionnellement chaude qui avait duré plusieurs milliers d’années. Il est largement accepté que l’«optimum climatique post-glaciaire», quand les températures en Europe du nord étaient beaucoup plus élevées qu’aujourd’hui, atteignit son apogée vers 2500 av. JC et commença à décliner vers 2000 av. JC. Par conséquent, il est hautement probable que les Achéens furent obligés de descendre vers la Méditerranée pour cette raison. La civilisation mycénienne, qui n’était pas originaire de Grèce, naquit ainsi et continua à s’épanouir à partir du 16ème siècle av. JC, comme l’affirment les spécialistes.
A cet endroit, on peut se demander où cette recherche se situe par rapport aux acquis de la science d’aujourd’hui. Nous avons déjà noté que la géographie homérique, après avoir donné beaucoup de mal aux anciens savants, cause aussi des difficultés à ceux d’aujourd’hui. En fait, quand le décodage de l’écriture mycénienne «Linéaire B» permit de comparer le monde mycénien au monde homérique, les résultats furent énigmatiques. A coté des contradictions susmentionnées entre Homère et la géographie mycénienne, les spécialistes notèrent, ainsi que l’affirme le Pr. Montanari, «les relations problématiques entre Homère et le monde mycénien ainsi qu’avec le Moyen Age hellénique» (Introduction to Homer, Chap. 6; incidemment, ce «Moyen Age» est la période entre l’effondrement de la civilisation mycénienne, au 12ème siècle av. JC, et le commencement de l’histoire grecque, autour du 8ème siècle).
De plus, il y a des preuves que la civilisation mycénienne était venue du nord. En particulier, le distingué savant suédois, le Pr. Martin P. Nilsson, rapporte dans ses travaux des traces archéologiques considérables découvertes dans les sites mycéniens en Grèce, confirmant leur origine nordique. Quelques exemples sont: l’existence d’une grande quantité d’ambre baltique dans les plus anciennes tombes mycéniennes en Grèce (qui ne venait pas du commerce, parce que l’ambre est très rare dans les tombes minoennes contemporaines en Crète ainsi que dans les tombes plus récentes sur le continent); les traits typiquement nordiques de leur architecture (le mégaron mycénien «est identique au hall des anciens rois scandinaves»); la «similarité frappante» de deux dalles de pierre trouvées dans une tombe de Dendra «avec les menhirs de l’Age de Bronze en Europe centrale»; les crânes de type nordique trouvés dans la nécropole de Kalkani, etc. (Homer and Mycenae, II, 3).
Par conséquent, des archéologues comme Geoffrey Bibby (Four Thousand Years Ago, Chap. 13) et des philosophes comme Bertrand Russell (History of Western Philosophy, Chap. 1) pensent qu’il est probable que la civilisation mycénienne venait d’envahisseurs nordiques aux cheveux clairs apportant la langue grecque avec eux.
D’autre part, le Pr. Klavs Randsborg souligne que l’art égéen et certains vestiges scandinaves datant de l’Age du Bronze – par exemple, les figures gravées sur la tombe de Kivik en Suède – présentent des affinités remarquables, à tel point qu’un savant du 19ème siècle suggéra que le monument avait été construit par les Phéniciens (Kivik archeology and iconography, Chap. 10).
Un autre signe de la présence achéenne dans le monde nordique dans un passé très éloigné est un graffiti mycénien découvert dans le complexe mégalithique de Stonehenge dans le sud de l’Angleterre. D’autres vestiges révélant l’influence mycénienne furent trouvés dans la même région («culture de Wessex»), qui datent d’une période antérieure à la civilisation mycénienne en Grèce.
Tout cela cadre avec le fait que la datation au radiocarbone, corrigée avec la dendrochronologie, c’est-à-dire le calibrage des troncs d’arbres, a récemment contredit l’idée d’une origine orientale de la civilisation européenne. Le Pr. Colin Renfrew décrit les conséquences pour la chronologie traditionnelle: «Ces changements apportent avec eux toute une série d’inversions alarmantes dans les relations chronologiques. Les tombes mégalithiques de l’Europe occidentale deviennent maintenant plus anciennes que les pyramides ou les tombes rondes de Crète, leurs prédécesseurs supposés. Les premières cultures balkaniques utilisant le métal précèdent Troie et les premiers Egéens de l’Age de Bronze, dont ils étaient supposés dériver. Et en Grande-Bretagne, la structure finale de Stonehenge, autrefois considérée comme inspirée par la connaissance architecturale mycénienne, était terminée bien avant le début de la civilisation mycénienne» (Before Civilization, The Radiocarbon Revolution and Prehistoric Europe, Chap. 4).
En tous cas, les études réalisées sur la civilisation mycénienne et son origine, loin de clarifier sa relation avec les poèmes homériques, mettent en lumière une image complexe, où «les relations problématiques entre Homère et le monde mycénien», «la complète absence de contact entre la géographie mycénienne et les récits d’Homère», les liens de ces derniers avec «l’Europe largement barbare de l’Age de Bronze», les traces de l’origine nordique des Mycéniens, la similarité entre les vestiges égéens et nordiques coexistent sans aucune analyse bien-fondée ni interprétation solide.
Au vu de cette énigmatique mosaïque, ce qui pourrait la rendre compréhensible serait de vérifier que la géographie homérique cadre avec le monde nordique d’où les Mycéniens partirent probablement vers la Grèce. Cette hypothèse peut être déduite de l’image susmentionnée, est parfaitement cohérente avec elle, et peut donner un sens à toutes les données rassemblées par les spécialistes. En un mot, elle s’adapte naturellement au cadre de la connaissance actuelle. De plus, elle peut expliquer beaucoup d’autres choses, telles que les traces mycéniennes trouvées dans le sud de l’Angleterre. A ce sujet, l’Odyssée mentionne un marché du bronze situé outre-mer, dans un pays étranger, nommé «Témésé», jamais retrouvé dans la région méditerranéenne. Comme le bronze est un alliage de cuivre et d’étain, qui dans le Nord ne se trouve qu’en Cornouailles, il est très probable que la mystérieuse Témésé correspond à la Tamise, nommée «Tamesis» ou «Tamensim» dans les temps anciens. Ainsi, en suivant Homère, nous apprenons que pendant l’Age de Bronze, les anciens Scandinaves avaient l’habitude de se rendre à Témésé-Tamise, «situé outre-mer dans un pays étranger», pour se fournir en bronze.
Cette hypothèse explique aussi pourquoi le monde d’Homère était nettement plus archaïque que la civilisation mycénienne, telle qu’elle apparaît d’après les tablettes en Linéaire B, qui datent de quelques siècles après son établissement en Grèce. Manifestement, le contact des Mycéniens avec les cultures raffinées méditerranéennes et orientales favorisa leur évolution rapide, considérant aussi leur penchant marqué pour le commerce et la navigation, qui imprègne non seulement les poèmes homériques, mais aussi toute la mythologie grecque. De fait, les archéologues ont trouvé leurs comptoirs commerciaux dispersés sur les côtes méditerranéennes. Cela est difficile à expliquer avec les hypothèses actuelles sur l’origine continentale des Indo-Européens, alors que les vestiges trouvés en Angleterre cadrent très bien avec l’idée d’une patrie côtière antérieure (en ajoutant cela aux traits typiquement nordiques de leur architecture, ainsi que l’affirment de nombreux spécialistes, nous supprimons tous les doutes quant à leur lieu d’origine). Cela explique aussi pourquoi toute information fiable concernant l’auteur ou les auteurs des poèmes a été perdue avant les temps antiques.
Une vérification préliminaire de cette hypothèse montre immédiatement deux types de preuves: les traits distinctement nordiques de toute la météorologie homérique, et la poursuite nocturne d’une bataille dans l’Iliade. En ajoutant l’indication de Plutarque sur la position nordique d’Ogygie – qui nous donne la clé du monde d’Homère – et l’image globale qui en résulte, dont la cohérence avec le Catalogue des Navires et avec toute la mythologie grecque est stupéfiante, il est très improbable que cet immense nombre de parallèles géographiques, climatiques, toponymiques et morphologiques puisse être attribué au simple hasard, en gardant aussi à l’esprit les contradictions flagrantes surgissant de la localisation méditerranéenne.
Par conséquent, la guerre de Troie et les autres événements transmis par la mythologie grecque n’eurent pas lieu dans la région méditerranéenne, mais dans la région baltique, c’est-à-dire la patrie d’origine des blonds Achéens aux «longs cheveux». Ces événements datent probablement du début du second millénaire av. JC, c’est-à-dire près de la fin d’une période exceptionnellement chaude qui avait duré plusieurs milliers d’années. Nous faisons référence à l’«optimum climatique post-glaciaire» durant lequel, d’après les spécialistes, les températures en Europe du Nord étaient beaucoup plus élevées qu’aujourd’hui, qui atteignit son apogée vers 2500 av. JC et commença à décliner vers 2000 av. JC. Par conséquent, il est hautement probable que les Achéens furent obligés de descendre vers la Méditerranée pour cette raison. Ils suivirent probablement le fleuve Dniepr jusqu’à la mer Noire, comme les Vikings (dont la culture est, à de nombreux égards, très similaire) le firent de nombreuses années plus tard.
Les migrants emportèrent leurs épopées et leur géographie avec eux et attribuèrent les noms qu’ils avaient laissés dans leur patrie perdue aux différents lieux où ils s’installèrent finalement. Cet héritage fut immortalisé par les poèmes d’Homère et la mythologie grecque. Cette dernière présente d’une part de nombreux parallèles avec la mythologie nordique, mais d’autre part perdit probablement le souvenir de la grande migration à partir du Nord après l’effondrement de la civilisation mycénienne, vers le 12ème siècle av. JC; néanmoins, la littérature grecque fait souvent allusion à des contacts amicaux avec les Hyperboréens, le mythique peuple du Nord.
De plus, ils renommèrent avec des noms baltiques non seulement les nouveaux pays où ils s’établirent, mais aussi d’autres régions méditerranéennes, comme la Libye, la Crète et l’Egypte, créant ainsi un énorme malentendu géographique qui a duré jusqu’à aujourd’hui.
Ces transpositions furent encouragées, sinon suggérées, par une certaine similarité (que les Mycéniens remarquèrent grâce à leur penchant pour la navigation) entre la géographie baltique et celle de la géographie égéenne. Il nous suffit de penser à l’analogie Öland-Eubée ou Seeland-Péloponnèse (auquel ils furent obligés d’appliquer le concept d’île pour maintenir l’image originelle). La présence croissante de populations de langue grecque dans le bassin méditerranéen, avec leur suprématie culturelle et commerciale, consolida plus tard ce phénomène, depuis le temps de la civilisation mycénienne jusqu’à la période hellénistique-romaine.
Maintenant que nous avons dépeint une image globale de la thèse – pour permettre au lecteur de suivre plus facilement ses développements innovateurs –, dans les chapitres suivants nous examinerons chaque point en détail. Cela sera une vérification de sa validité, en-dehors d’investigations futures de la part des spécialistes dans les différents domaines affectés par cette question.
Quant aux noms de lieux, ils n’ont pas des origines récentes, mais il est très difficile d’établir précisément leur âge exact. Malheureusement tous les documents écrits finlandais et scandinaves, y compris les plus anciens, sont relativement trop proches de notre époque, puisqu’ils ne sont pas antérieurs à l’an 1000 après JC. Avant cette date, à la différence du monde méditerranéen, il n’existe pas de preuve écrite disponible pour reconstruire l’évolutions des noms de lieux. Ils sont significatifs lorsqu’on les trouve en groupes, ce qui rend une ressemblance accidentelle très improbable, ou lorsqu’ils peuvent être liés à des entités géographiques, morphologiques et mythologiques. Cependant, nous soulignons que cette théorie utilise les noms de lieux principalement comme des traces ou des indices, mais qu’elle est essentiellement basée sur les étonnants parallèles géographiques, morphologiques, descriptifs et climatiques existant entre le monde homérique et le monde baltique, vers lequel Plutarque nous a orientés.
Il est important de remarquer ici que ce travail est essentiellement géographique et non historiographique. Loin de supposer qu’il soit de peu d’utilité pour les historiens, nous suggérons qu’il pourrait aider à résoudre des problèmes qui sont parfois vieux de milliers d’années, en considérant aussi qu’il répond non seulement aux questions des anciens écrivains sur la géographie homérique, mais qu’il cadre aussi avec l’image complexe des études actuelles sur Homère, le monde mycénien et leur relation, où il peut contribuer à expliquer quelques points qui sont encore obscurs.
* * *



Felice Vinci
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 7 Sep - 02:59 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Sam 7 Sep - 03:57 (2013)    Sujet du message: Homère et la Baltique / L'origine nordique des Mycéniens ? Répondre en citant

Cette théorie qui me semble bien etayée deja dans un des rares temoignage litteraire qu'on ait des achéens , et a mettre en parallèle sans doute avec ce que l'on siat du climat reignant en scandinavie et sur les cotes baltiques , qualifié d' optimum climatique qui aurait duré jusqu'au debut du II eme millenaire.
Par la suite un durcissement (refroidissment climatique de cette zone) aurait pu entrainer des migrations de ces cultures vers l'europe méditerranéenne et l'asie mineure.
La toponymie proches de certains lieux principaux entre la zone baltique et les recits homériques s'expliquerait par cette migration , les migrants achéens du Nord en fondant leur nouvelle civilisation dans le bassin Egéen (que l'on nomme par convention des " Mycéniens" dans cette zone) ont attribué aux divers lieux où ils s'installèrent des noms identique à ceux des régionsde leur patrie perdue
qu'ils avaient quittées, tout en se servant d'une certaine ressemblance entre le deux bassins, le baltique et le méditerranéen
. En outre, ils se serait transmis, les vieilles histoires de leurs ancêtres dont les premiers noyaux de l'Iliade et de l'Odyssée, que l'on peut tenir comme des "fossiles littéraires" ayant survécu au collapsus de l'Europe du Nord.

Pour les novice je rappelle qu'on ne connait aucunement l'identité d' Homère  si tant est qu'il ait réellement existé...
les recits eux relevent bien d'une ancienne tradition orale d' Aèdes ...



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Dim 8 Sep - 03:23 (2013)    Sujet du message: Homère et la Baltique / L'origine nordique des Mycéniens ? Répondre en citant

Idea quelques indices supplementaires dans les recits homeriens

A propos des Lestrygons (X, 82-86)
"... où le berger qui rentre
Salue celui qui sort, et celui qui sort lui répond;
Là, en ne dormant pas, un homme aurait double salaire,
Tantôt paissant les bœufs et tantôt les moutons brillants:
Car les chemins du Jour sont près des chemins de la Nuit."

Arrow Cratès de Mallos (2ème s. av. J-C.) avait déjà compris, et tous les
commentateurs en sont d’accord, qu’Homère décrivait ici les courtes nuits d’été des hautes
latitudes nord, dont il devait avoir certaine connaissance.

***
( XI13-19).
Il parvint aux confins du profond cours de l’Océan.
Là se trouvent la ville et le pays des Cimmériens,
Couverts d’un voile de brouillard; sur eux, jamais,
Le soleil éclatant ne fait descendre ses rayons,
Pas plus quand il gravit les hauteurs du ciel constellé 1
5
Que lorsque à son zénith, il se retourne vers la terre;
Une funeste nuit s’étend sur ces infortunés.

Arrow description d'une nuit polaire non loin de l'ile aiaiè
Les cimmeriens (a ne pas confondre avec un ancien peuple de la mer noire) içi cimmerien signifie
"hommes de l'obscurité" dans le recit d' Homère
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
soucolline


Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2011
Messages: 506

MessagePosté le: Dim 8 Sep - 05:04 (2013)    Sujet du message: Homère et la Baltique / L'origine nordique des Mycéniens ? Répondre en citant

Salut !

Je connaissais cette théorie, et ce résumé. Hélas, sauf erreur de ma part, le livre n'a pas été traduit en français et ne semble pas devoir l'être. Impossible donc de creuser...
J'ai quand même un à-priori négatif côté linguistique :
1 - des locuteurs grecs auraient laissé des traces (linguistiques) en Europe du Nord.
2 - Le grec est plus apparenté aux langues de l'est ( indo-iraniennne...).

Par contre, une petite minorité de 'nordique' qui s'impose à une population mycénienne sans imposer sa langue....peut-être. Des doriens, "venus de l'extrême nord, chassés de chez eux par un terrible cataclysme" ?

J'ai apprécié ce passage :
"A l’opposé de cette région, dans la mer du Nord, le nom d’Héligoland, l’une des îles Frisonnes du Nord, rappelle Helike, un sanctuaire du dieu Poséidon mentionné dans l’Iliade."   

Forsiteland ?
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 213

MessagePosté le: Lun 9 Sep - 00:46 (2013)    Sujet du message: Homère et la Baltique / L'origine nordique des Mycéniens ? Répondre en citant

Humm décidement il ne fait pas bon pour une cité de se mettre sous la protection de Poséidon Laughing
Je viens de trouver ceci à propos d' Helike

Helike (/ˈhɛlɨkiː/; Greek: Ἑλίκη, pronounced [heˈlikɛː], modern Greek pronunciation: [eˈliki]) was an ancient Greek city that disappeared at night in the winter of 373 BC. It was located in Achaea, northern Peloponnesos, two kilometres (12 stadia) from the Corinthian Gulf and near the city of Boura, which, like Helike, was a member of the Achaean League. The city was thought to be legend until 2001, when it was rediscovered in the Helike delta. Modern research attributes the catastrophe to an earthquake and accompanying tsunami which destroyed and submerged the city. In an effort to protect the site from destruction, the World Monuments Fund included Helike in its 2004 and 2006 List of 100 Most Endangered Sites.

Arrow Une cité ou il y avait un temple de poseidon , qui disparait en une nuit suite a un tremblement de terre et tsunami, ça ne vous rappelle rien Mr. Green Question

en vf : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hélice_(Achaïe)

Homère fait allusion à « la vaste Hélikè» et l’inclut, avec les autres cités achéennes, parmi les cités du royaume d’Agamemnon qui envoyèrent des navires à Troie (Iliade UU 575). Deux autresréférences dans l’Iliade mentionnent le sanctuaire renommé de Poséidon Heliconius, situé à Hélikè(Iliade VIII 203, XX 404). De nombreux auteurs anciens, voire même de l’Antiquité tardive, relatent la destruction d’Hélikè et son immersion sous les vagues, un événement qui prit rapidement des proportions mythiques.

Sinon l' Helicon (qui donne le nom Helice ou Helike ou le titre de Poseidon Heloconius pour les Ioniens)
semble etre la source de la theogonie d' Hesiode.
Les muses de l' Helicon inspirèrent à Hésiode tandis qu'il gardait les moutons, sa Théogonie, laquelle s'ouvre par cette invocation :

"Pour commencer, chantons les Muses héliconiennes, reines de l'Hélicon, la grande et divine montagne. Souvent, autour de la source aux eaux sombres et de l'autel du très puissant fils de Cronos, elles dansent de leurs pieds délicats."


Date de sa disparition - 373 av JC .... date de rédaction du Timée et du Critias ...aux alentours de - 355 av JC
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:11 (2016)    Sujet du message: Homère et la Baltique / L'origine nordique des Mycéniens ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Mystères des Civilisations et Monuments étranges du passé -> Europe de l' age du bronze à l' antiquité Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylStargate theme by SGo