Histoire Secrète Index du Forum Histoire Secrète
Le passé de notre humanité avec ses mystères et ses secrets
 
 FAQ   Rechercher   Membres   
 S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

L'histoire de la magie
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Histoires alternatives -> Astronomies - Cosmologies - Magies et Religions anciennes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
alamata



Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 06:34 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

Revue du message précédent :

Mitra a écrit:

La science des etoiles est elle par contre bien une réalité.


tu parles d'astronomies uniquement ou d' archeo astronomie ou alors tu prend en comtpe l'astrologie egalement,... ??
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 9 Déc - 06:34 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 06:37 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

Qu'entend par Realité quand tu dis elle est bien une realité...?

considere tu le virtuel comme reel..?
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 254

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 07:05 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

alamata a écrit:

Mitra a écrit:


La science des etoiles est elle par contre bien une réalité.




tu parles d'astronomies uniquement ou d' archeo astronomie ou alors tu prend en comtpe l'astrologie egalement,... ??


Astronomie , l'etude par observation des constellations , de certaines etoiles (sirius, polaire , venus , pleiades, orion etc..)
l'alignement de leurs monuments ou de leurs representations avec elles , les calendriers (solaires, lunaires, venusien - sotiaque etc..)
De leurs observations et connaissances poussées dans ce domaine a decoulé aussi l' astrologie et les divinations je pense pour certaines civilisation du moins (sumer, assyrienne, etc...)

Virtuel c'est plutot un concept et une interrogation moderne.  Pour eux tout etait réalité , même les visions qu'ils avaient en etat modifié  Le soleil etait un dieu créateur bien réel, les etoiles des etres vivants , leurs gardiens, leurs peres ou leurs meres , la possibilité de se reincarner en etoiel apres la mort. tout ca été réel pour eux.
Un dieu qui vient te border ou te punir oui qui controle ta destinée  ...c'etait réel aussi.
L'abstraction vient avec la perte de l'innoncence ou la sur intellectualisation  je crois Mr. Green   et apres tout c'ets peut etre eux qui avaient raison... et finalement : Sans notre père soleil point de vie possible , nos soeurs etoiles sont faite de la même matiere que nous , et ce qui eventuellement preside au destin de l'univers (et donc de nous) on commence a peine à le percevoir et l' aborder scientifiquement avec de nombreuses inconnues et theories qui nous paraittront sans doute archaique dans quelques siecles par rapport a la realité (si un jour on en découvre sa nature)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 5 254

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 07:21 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

alamata a écrit:

Mitra a écrit:
Salut tu as introduits pas mal d'elements d'un coup là Laughing

mais oui on ne peut pas nier a toutes ces civilisations des connaissances ou savoirs en astronomie et l'archeo astronomie de beaucoup de ces anciens
complexes le prouve en effet.




on est d'accord sur ce point alors,...

Mitra a écrit:


Apres je suis un peu plus perplexe de lier dans une sorte de "reseau"  les pyramides de gizeh, les ziggurats et les pyramides meso americaine  et meme sud americaine puisque les pre inca et inca en batissait aussi (même si elles sont moins connus que les meso americaines)



as tu regarder le post sur la géobiologie

histoiresecrete.leforum.eu/t803-Geobiologie-et-construction-monmumentale.htm

par exemple
réseau Curry
reseau hartmann
Résilles de métaux
Le réseau de Peyré

Nous avons également au niveau terrestre la notion de GRILLE

La grille cristalline de Goncharov, Makarov et Morozov

La grille planétaire prend appui sur les 2 pôles et sur la Grande pyramide de Guizeh qui se comporte comme un centre de gravité.



j'ai pas eu le temps Embarassed mais promis je le lirais parce que j'en avais entendu parlé sans savoir de quoi il s'agissait exactement, merci pour le sujet Okay
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 14:07 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

Mitra a écrit:


Astronomie , l'etude par observation des constellations , de certaines etoiles (sirius, polaire , venus , pleiades, orion etc..)
l'alignement de leurs monuments ou de leurs representations avec elles , les calendriers (solaires, lunaires, venusien - sotiaque etc..)
De leurs observations et connaissances poussées dans ce domaine a decoulé aussi l' astrologie et les divinations je pense pour certaines civilisation du moins (sumer, assyrienne, etc...)




a mon sens,...

l'astronomie est considérée comme la plus ancienne des sciences
elle consiste principalement en l'astrométrie, c'est-à-dire la mesure de la position dans le ciel des étoiles et des planètes

avec des connaissances plus poussées dans ce domaine, ont découlés ainsi l' astrologie et les divinations je pense pour certaines civilisation du moins (sumer, assyrienne, etc...)



astronomie avec le suffixe nomie = relatif a la loi , la loi du poids et de la mesure face a astro-logos le language des etoiles,...

le logos, le langage est toujours supérieur a la métrie- suffixe qui concerne la mesure
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 14:36 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

Mitra a écrit:


Virtuel c'est plutot un concept et une interrogation moderne. 
Pour eux tout etait réalité , même les visions qu'ils avaient en etat modifié  Le soleil etait un dieu créateur bien réel, les etoiles des etres vivants , leurs gardiens, leurs peres ou leurs meres , la possibilité de se reincarner en etoiel apres la mort. tout ca été réel pour eux.

...

L'abstraction vient avec la perte de l'innoncence ou la sur intellectualisation  je crois Mr. Green  
et apres tout c'ets peut etre eux qui avaient raison...
et finalement : Sans notre père soleil point de vie possible , nos soeurs etoiles sont faite de la même matiere que nous , et ce qui eventuellement preside au destin de l'univers (et donc de nous)

on commence a peine à le percevoir et l' aborder scientifiquement avec de nombreuses inconnues et theories qui nous paraittront sans doute archaique dans quelques siecles par rapport a la realité (si un jour on en découvre sa nature)



beaucoup de vérité énoncées ici ,..

merci a toi Mitra,.. Wink


Mitra a écrit:


""le Virtuel c'est plutot un concept et une interrogation moderne""



a mon sens NON

La polémique sur la pertinence d'une expression qui est devenue un terme technique
vient du fait que selon le dictionnaire français, « réalité » ne s'oppose pas à « virtuel » mais à « fiction »
alors qu' en anglais, "virtual" est plus nuancé, le terme signifie en effet « quasi »

le mot virtuel est devenu dans les médias synonyme de « numérique et immatériel »

mais le virtuel est bien une composante de la réalité.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Réalité_virtuelle

À partir des années 1990, cet adjectif est aussi utilisé pour désigner ce qui se passe dans un ordinateur ou sur Internet,

c'est-à-dire dans un « monde numérique » par opposition au « monde physique ».

je considere et ne suis pas le seul que ce qui sst alors qualifié de virtuel,

un être ou une chose n'ayant pas d'existence actuelle, c'est-à-dire dans les faits tangibles,
mais dans un « état potentiel susceptible d'actualisation »

« Pourquoi la consommation d'une information n'est-elle pas destructive et sa détention n'est-elle pas exclusive ? Parce que l'information est virtuelle » [Pierre Lévy]

Le virtuel est ce qui existe en puissance et non, en effet, de manière concrète, mais il agit par l'actualisation.

l'arbre est virtuellement présent dans la graine

Le virtuel n'est pas irréel dans la mesure où le réel ne se résume pas à ce qui est concret ou matériel, il est partie prenante du réel.

"Le virtuel c'est le réel avant qu'il ne passe à l'acte" [MAURICE BENAYOUN]

le virtuel peut ëtre "perçu" comme expérience réelle et actuelle mais médiatisée par une interface, un objet technique.

le virtuel est ce qui est en amont des actes

mais il le me semble nécessaire de rectifier des basesi:

""Qui n'est qu'en puissance, qu'en état de simple possibilité "" definition Larousse http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/virtuel_virtuelle/82149

A mon humble avis, cette définition est à mon sens beaucoup trop réductrice aux contingences matérielles car il me semble que le Réel ne se résume pas à ce qui est concret ou matériel

je dirais plutôt

""""Qui est en puissance, en l'ensemble de toutes les possibilités

en effet à mon sens , il me semble que l'acte défini un ensemble de possibilités, l'homme se fait déterminer par Sa Volonté dont l'intention peut être tournée vers l’intérieur ou l’extérieur de lui vers lui ou les autres""""


Mitra a écrit:


la perte de l'innoncence ou la sur intellectualisation



comme je le pense, il y a perte de contact avec l’inconscient, de par une rationalisation trop importante ou une intellectualisation trop pousse

Mitra a écrit:


et apres tout c'est peut etre eux qui avaient raison



a mon sens en tout cas ils etaient a un autre niveau plus en contact avec leur inconscient, il se situaient t a un niveau vibratoire différent, plus vrai, plus naturel plus connectés a leur inconscient

Mitra a écrit:


nos soeurs etoiles sont faite de la même matiere que nous , et ce qui eventuellement preside au destin de l'univers (et donc de nous)



l'homme reste maitre chez lui, dans sa tete et son corps, il reste maitre de ses choix et de ses actes,... sauf pathologies


Mitra a écrit:


theories qui nous paraittront sans doute archaique dans quelques siecles par rapport a la realité



la Realité avec un grand R elle reste vrai seule notre perceptions de celle ci change

ce qui reste vrai reste vrai ,...

seul le faux est ephemere

la Verité elle est Eternelle


rem :

Mitra a écrit:


on commence a peine à le percevoir:



je ne fais que collapser:

https://drive.google.com/open?id=0B2dNZadfsyeaSUtaY3lQWWM0QUU
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 14:40 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

rédiger avant ces précédente information et repones,...

petite grain de sel,.. :

c'est pas tant le point de départ et le point d'arriver qui importe c'est également le chemin emprunter , comme en thermodynamique

a mon sens ,...

nous sommes poussières

poussière d’étoiles peut être

mais poussière quand même ,..

le but ici ba, sur terre , éphémère que nous sommes,... est de prendre de la valeur,...
par nos pensées , note intention et par nos actes ,.

poussière nous sommes poussière nous resteront,...


il est a remarquer qu'il n'y a pas de bonne version/lecture d’un texte sacré,

le texte vibrant en la personne qui le perçoit, le reçoit de façon subjective et personnelle dans le cas cité plus haut,

il ne s'agit pas ici d’interprétation d'un texte sacré en lui même mais de la lecture d'une défintion d'un terme quasiment inévitable en ces jours sombres "" jihad "",...

en effet, il s'agit d’énoncer clairement le ""jihad"" par l'ensemble des propriétés essentielles du terme utilisé a savoir ""jihad akbar ""

comme étant un choix personnel que l'on s'impose à soi même, pour son prochain. (cfr Coran édition MaisonNeuve & Larose page 1089 ),...

(C'est par cette démarche que l'on peut se rendre compte d'une relecture/ d'une réappropriation de concepts fondamentaux par de très haut dignitaire religieux dans un but de manipulation / de désinformation des masses)

pour aboutir a ce que la kabbale appele le tsimtsoum ou l'on se retire pour laisser place a l'autre
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 14:49 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

....

la kabbale donne le moyen de pénétrer jusqu'à la signification cachée derrière le symbolisme car celui est un bon serviteur mais un mauvais maitre

L'arbre de vie de la kabbale est un glyphe

un dessin représentant plusieurs idées,
un symbole complexe en vue de réduire en une forme de diagramme
toute force et tout facteur de l'univers manifesté ainsi que l’âme de l'homme
de les relier l'un à l'autre et de les distribuer comme sur une carte

de sorte que les positions relatives de chaque unité
puissent être aperçues et les rapports entre eux devenir palpables


l'arbre de vie est essentiellement un ensemble de rapports d'influence et de réflexion

la ou les philosophes se sont perdues dans les mots
le cabalistique use d'une autre méthode
il propose un symbole sur lequel il pourra méditer
lui permettant de monter par degré aux régions où ses ailes ne peuvent le porter…

L’arbre de vie est moins un système qu'une méthode

Le symbole est à l'intuition ce que les mots sont à la pensée

Le symbole précède la compréhension

« C’est un voyageur dans le désert
qui sait l'emplacement de deux oasis
et fait entre une marche forcée
il n'y jamais osé s'aventurait dans le désert
en partant de la premières oasis s'il n'eût connu la position de la seconde mais à la fin de sa marche non seulement
il en sait bien davantage sur les caractéristiques de cette secondes oasis mais encore a-t-il observé la contrée qui sépare les deux
ainsi il explore graduellement le désert tout en sachant que celui-ci est incapable de nourrir n'importe quelle vie»

Les concepts qui les représentent dépassent la pensée et pourtant la pensée errant de symbole en symbole parvient grâce à eux a fonctionner…

le cabalistique formule donc un symbole concret que les yeux peuvent voir et le charge de représenter la réalité abstraite qu'aucun esprit humain non entraîner ne peut saisir

il sait également utiliser un symbole comme moyen de concentrer sa pensée et d'y injecter certaines idées

il se sert de symboles comme moyen afin de guider sa pensée dans l'invisible, l’incompréhensible,…

l'arbre de vie consiste en 10 sphères ou sephira plus une 11e invisible et 22 sentiers les reliant symbolisés par les 22 lettres de l’alephbeith
l’ensemble formant ainsi les 32 sentiers de la Sagesse



L’arbre sephirotique, peut être appréhendé comme le système de la balance,

La kabbale considère donc que la manifestation primordiale de l'absolu en relatif est fondée sur le nombre

En effet A mon sens,...et comme je l'ai déjà mentionné,...

la virtuel indéterminé tombe sous le poids et la mesure,... devient déterminé par la pose de l'acte ,... de son actualisation pour devenir tangible

c'est la le processus de densification de l'ernegie en forme
en sachant qu'a un certain niveau d'energie le fond condiitonne la forme,...
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 14:52 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

Du symbole,...

un peu long mais ca vaut la peine a qui voudrait mieux comprendre,...


Selon Carl Gustav Jung
la notion d'archétype est
la tendance humaine à utiliser une même « forme de représentation donnée a priori » renfermant un thème universel structurant la psyché,
commun à toutes les cultures mais figuré sous des formes symboliques diverses.

un processus psychique fondateur des cultures humaines
car il exprime les modèles élémentaires de comportements et de représentations issus de l'expérience humaine
à toutes les époques de l'histoire,
en lien avec un autre concept jungien,
celui d'inconscient collectif.

les archétypes sont caractérisés fondamentalement par le fait
qu'ils unissent un symbole avec une émotion,
ce faisant, ils sont des « potentiels d'énergie psychique »
constitutifs de toute activité humaine

Les archétypes incarnent ainsi, dans l’espace mental,
des dépôts permanents d’expériences continuellement répétées au cours des générations
(influence épigenetique)

Si Jung et ses continuateurs ont toujours évoqué
l'archétype comme une hypothèse à propos de la structure profonde du psychisme

jung n'est pas le premier à évoquer
la possibilité d'existence d'« images primordiales » conditionnant l'imaginaire et la représentation ;
avant lui en effet de nombreux philosophes en ont postulé l'influence sur la nature humaine.

Ce qui qui en fait une théorie qui reste d'actualité.


provenant du grec ancien αρχέτυπον arkhêtupon signifiant « modèle primitif »,

l'archétype est « une structure de représentation » a priori,
ou encore comme une « image primordiale »
car, s’il ne peut se représenter,
il influence du moins les valeurs et les expériences de la conscience du sujet (de son « âme » dans le vocabulaire jungien).


L'archétype est ainsi un processus psychique de la « psyché objective »
(la partie psychique qui ne dépend pas du sujet),
liée à l'inconscient collectif ;

Jung le classe au sein des processus « trans-personnel ».
Il est inhérent et émergeant même de la structure psychique humaine

Les archétypes sont les formes instinctives de représentation mentale ».
Il pense ainsi que les archétypes sont issus des instincts
les plus anciens de la bio-psychologie humaine,
et qu'ils ressortent de la phylogénèse du vivant,
conditionnant les représentations

(de même que, dans la théorie de la relativité, la matière est une forme de l’énergie)

Il s'agit avant tout d'une forme donnée à un potentiel d'énergie psychique

Les morphologues des religions comme Van der Leeuw et Mircea Eliade
utilisent la notion d'« archétype »
pour désigner

les symboles fondamentaux qui sont les matrices des représentations,
acception qui se retrouve dans les études littéraires également
un archétype est le texte original d'un thème

Jung emploie souvent
l'expression équivalent de pattern of behaviournote
pour désigner l'archétype
car il organise non seulement les perceptions, représentations et processus psychiques,
mais aussi l’activité et les comportements du sujet, son expérience du monde

Jung insiste à de nombreuses reprises sur la parenté
entre son concept d’archétype et le concept biologique et éthologique
de pattern of behaviour,
créé par l'éthologue Johann Ferdinand Adam von Pernau (1660 - 1731)

Si l'archétype est avant tout une disposition inconsciente,

il existe à un niveau plus biologique,
l'engramme ou trace dans la mémoire.
cependant, contrairement aux biologistes,
Jung refuse le caractère héréditaire de l'archétype (cfr epigenetique)

Le terme « archétype » est constitué
Suivant le terme d'« imago »
Jung définit par là les personnages imaginaires

s'aperçoit de la récurrence,
dans les rêves ou délires de ses patients,
de certains motifs ayant existé à toutes époques.

En cela la genèse du concept d'archétype est indissociable de celle du concept d'« inconscient collectif »


Sous l'autorité de Jung
depuis son entrée au Burghölzli en 1909,
Johann Jakob Honneger étudie le cas d'Emil Schwyzer,
entré à la clinique zurichoise en 1901.
Ce patient présente en effet un imaginaire particulier :
se prenant pour Dieu,
il voyait le Soleil comme un « membrum erectum »
(« un pénis en érection »)
dont le mouvement produit le vent.
Cela paraît incompréhensible à Jung,
jusqu'en 1910, année
où il trouve dans deux ouvrages

sur le culte de Mithra

d'Albrecht Dieterichnote
et de George Robert Meadnote
la vision « d'un tuyau pendant du Soleil ».

Dans Métamorphoses et symboles de la libido
(1911-1912, devenu Métamorphoses de l'âme et ses symboles)

Jung se dit alors qu'il s'agit

« d'un trait généralement humain,
d'une disposition fonctionnelle à produire des représentations
semblables ou analogues »,
intuition qui le mène vers l'hypothèse de l'inconscient collectif.

Dès 1916, Jung parle alors des « archétypes de l'inconscient collectif »
(Psychologie de l'inconscient)

Nous ne résoudrons pas le fond de la névrose et de la psychose
sans la mythologie et l'histoire des civilisations ».
Il entend par là que la psychanalyse doit se fonder sur la prise en compte

de l'histoire des symboles, dans le temps et l'espace.
(puissance duu symbole)

Jung fréquente assidument, dès 1929,
les textes alchimiques,
dans lesquels il constate non seulement que certains thèmes sont récurrents,
mais encore que ces thèmes se retrouvent dans d'autres activités de l'esprit humain

telles la mythologie, la poésie, la théologie, l'art, mais aussi en pratique thérapeutique.

C'est d'ailleurs à un texte alchimique,


le Corpus Hermeticum attribué à Denys l'Aréopagite
que Jung emprunte le mot d'« archétype »

Le concept d'« archétype » chez Jung est intimement dépendant de celui, tout aussi novateur,

d'inconscient collectif.

Jung fut le premier à postuler, en psychologie et psychanalyse,

l'existence d'un inconscient commun à tous les hommes, et se retrouvant dans les mythes et dans les productions de l'humanité.

En soi, l’archétype est une image originelle qui existe dans l’inconscient, mais qui n’est pas issue de l’expérience personnelle

L’archétype en lui-même est une énergie probablement indépendante de l’esprit humain,

de nature transcendante,

et qui possède la particularité d’être un élément de transformation..

La somme des archétypes
réalise ainsi un vaste champ symbolique
bornant la vision et la représentation de l'homme
sur son monde et lui-même

« Un archétype s'inscrit toujours dans une trame factice, avec des représentations à double emploi.
L'archétype s'inscrit dans une trame de représentations apparentées entre elles,
conduisant toujours à d'autres images archétypiques
et se chevauchant constamment les unes les autres,

et dont l'ensemble forme le singulier tapis de la vie ¸(la matrice)

Il s'agit bien plutôt de catégorisations, de tendances en nous qui structurent la psyché individuelle, à partir d'un schéma

Jung se fonde ainsi sur une abondante littérature anthropologique,
qui va de James George Frazer à Mircea Eliade,
et qui démontre les fondamentaux du rite.

Un archétype représente en effet un événement typique

Jung part donc d'un fait constaté,
l'existence d'un rituel animant une communauté,
et en extrapole la symbolique,
faisant ressortir le motif central, numineux.

Dès 1919, Jung va rechercher au sein des mythes personnels des psychotiques
la preuve de ces influences culturelles inconscientes.

Il cherche ainsi à donner un fondement phylogénétique à la pathologie des névroses et psychoses.

Jung rejette dès lors la conception classique
qui veut que l'être humain naisse

comme une

tabula rasa
(une tablette de cire vierge de toute inscription),
au contraire il y a une part d'inné en chacun et cette part est collective.

Il s'agit de motifs qui ne sont nullement inventés mais qui sont au contraire
rencontrés en tant que formes typiques

Il repère rapidement « des particularités qui échappent à toute explication par des circonstances de la biographie individuelle »



L'archétype réside dans la tendance à nous représenter de tels motifs,
représentation qui peut varier considérablement dans les détails,
sans perdre son schème fondamental.

Mais ces instincts se manifestent aussi par des fantasmes,
et souvent ils révèlent leur présence uniquement par des images symboliques. (puissance du symbole)
Ce sont ces manifestations que j'appelle des archétypes.


Jung pose l'hypothèse que des archétypes,ces images primordiales
sont « comme l'intuition qu'a l'instinct de lui-même »


les archétype,puisent leur énergie dans l'inconscient collectif

les structures archétypes ne sont pas des formes statiques.
Ce sont des éléments dynamiques,
qui se manifestent par des impulsions tout aussi spontanément que les instincts. »

L'instinct sexuel lui forme le cœur de l'archétype du couple anima-animus alors que,
sur un autre registre
l'instinct religieux (la Foi) donne vie à l'archétype du Soi.

Pour Jung,
les archétypes sont des réalités en soi,
des dynamiques de l'inconscient pour lesquelles
on peut y voir une certaine intentionnalité

Les archétypes sont donc doués d'une initiative propre
et d'une énergie spécifique.

Ils peuvent aussi, à la fois,
fournir dans la forme symbolique qui leur est propre,
une interprétation chargée de sens,
et intervenir
dans une situation donnée
avec leurs propres impulsions

ils fonctionnent comme des complexes.
Ils vont et viennent et modifient nos intentions conscientes

Jung pense également


que tous les systèmes de pensée mais aussi les découvertes scientifiques

sont sous l'influence des tendances archétypiques.

Ainsi, dans Psychologie de l'inconscient,
Jung prend l'exemple du médecin Julius Robert von Mayer,
qui au XIXe siècle formule la loi de la conservation de l'énergie
qui selon lui en a eu l'intuition
grâce à une vision archétypique68.

Jung cite par ailleurs les visions de grands scientifiques,
à l'origine de découvertes révolutionnaires,

comme Friedrich August Kekulé pour la formule chimique du benzène,
Dmitri Mendeleïev pour le tableau périodique des éléments
ou encore Wolfgang Pauli pour la structure atomique.


Le Soi forme l'archétype de la totalité pour Jung c'est-à-dire
la dynamique qui pousse tout homme à s'accomplir et à devenir davantage lui-même,
en intégrant tous les processus psychiques
en dialoguant avec l'inconscient.

L'inconscient étant une donnée fondamentale dans la représentation humaine,
comme matrice de toutes les images et inspirations à l'origine de l'humanité,


L'archétype mobilise tant d'énergie psychique
qu'il exerce, comme les planètes dans l'espace gravitationnel compare Jung,
une force d'attraction qui peut influencer de manière durable le Moi.


L'expérience archétypique est une expérience intense et bouleversante.

Il nous est facile de parler aussi tranquillement des archétypes,
mais se trouver réellement confronté à eux
est une toute autre affaire.

Cette puissance, caractéristique de l'archétype, que Jung nomme le « numen »
teinte chaque apparition d'archétype
dans sa forme la plus émotionnelle,
c'est d'ailleurs ce qui différencie selon Jung un « symbole »
Le numen se retrouve dans toutes les manifestations de l'inconscient


La différence est la même qu'entre le fait de parler d'un lion
et celui de devoir l'affronter.

Affronter un lion constitue une expérience intense et effrayante,
qui peut marquer durablement la personnalité. »


Le symbole radiaire (qui irradie) de l'archétype de l'Esprit est ainsi particulièrement explicatif

Cette numinosité est telle qu'elle peut,
dans le cas où le conscient est faible,
envahir le champ du Moi.



Une psychose collective peut aussi exister :
elle envahit alors tout un peuple, qui, placé sous la fascination d'un archétype,
se laisse guider

Pour lui, le XXe siècle se caractérise d'ailleurs par la force du numen

dont l'« intensité énergétique est telle qu'ils peuvent entraîner des phénomènes de fascination et de possession »

Tous les archétypes sont ainsi des conjonctions d'opposés ;

de là ils tirent leurs pouvoirs de fascination sur le conscient,

ainsi que leurs forces civilisatrices structurantes en permettant
d'unir des données qui autrement envahirait la conscience.

Cette recherche de la neutralisation des potentiels de contraires forme ainsi le sens de la psychologie analytique,
à travers le concept d'individuation :

l'individu doit, par la confrontation dialectique de son conscient avec l'inconscient,

puis par intégrations successives des archétypes,

reconnaître les opposés qui le forment.

l'archétype est inhérent à la structure neuronale,


« La découverte récente de schèmes humains innés en neuropsychiatrie et en sociobiologie contribue aussi à valider l'hypothèse des archétypes. »

plusieurs études ont apporté des arguments en faveur d'une localisation cérébrale des représentations.


Ce sont des organisations du cerveau,
toujours en partie innées, (plus influence epigenitque)
qui font que l'organisme est enclin à se comporter d'une certaine manière, dans certaines circonstances. »

(a mon humble a vis il faut prendre en compte la plasticite neuronale egalement ,... et la capacite d'evolution et de transfomration induit par cette plasticite neurionale))
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 19:39 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

la kabbale donne le moyen de pénétrer jusqu'à la signification cachée derrière le symbolisme car celui est un bon serviteur mais un mauvais maitre

L'arbre de vie de la kabbale est un glyphe

un dessin représentant plusieurs idées,
un symbole complexe en vue de réduire en une forme de diagramme
toute force et tout facteur de l'univers manifesté ainsi que l’âme de l'homme
de les relier l'un à l'autre et de les distribuer comme sur une carte

de sorte que les positions relatives de chaque unité
puissent être aperçues et les rapports entre eux devenir palpables


l'arbre de vie est essentiellement un ensemble de rapports d'influence et de réflexion


le meqoubal se sert de symboles comme moyen afin de guider sa pensée dans l'invisible, l’incompréhensible,…

le virtuel indéterminé tombe sous le poids et la mesure,... devient déterminé par la pose de l'acte ,... de son actualisation pour devenir tangible

c'est la le processus de densification de l'ernegie en forme, en sachant qu'a un certain niveau d'energie le fond condiitonne la forme,...



L'archétype est ainsi un processus psychique de la « psyché objective »
(la partie psychique qui ne dépend pas du sujet),
liée à l'inconscient collectif.

l'archétype influence les valeurs et les expériences de la conscience du sujet

Il s'agit avant tout d'une forme donnée à un potentiel d'énergie psychique

avec le concept de pattern of behaviour

les archétypes organisent non seulement les perceptions, représentations et processus psychiques,
mais aussi l’activité et les comportements du sujet, son expérience du monde

l'archétype est avant tout une disposition inconsciente

 Jung parle alors des « archétypes de l'inconscient collectif »,  inconscient commun à tous les hommes, et se retrouvant dans les mythes et dans les productions de l'humanité.


C'est d'ailleurs à un texte alchimique,


le Corpus Hermeticum attribué à Denys l'Aréopagite
que Jung emprunte le mot d'« archétype »


L’archétype en lui-même est une énergie probablement indépendante de l’esprit humain,

de nature transcendante,

et qui possède la particularité d’être un élément de transformation.

Il s'agit bien plutôt de catégorisations, de tendances en nous qui structurent la psyché individuelle, à partir d'un schéma
cfr le glyphe de l'arbre sephirotique


L'archétype réside dans la tendance à nous représenter de tels motifs,
représentation qui peut varier considérablement dans les détails,
sans perdre son schème fondamental.

les archétype,puisent leur énergie dans l'inconscient collectif

les structures archétypes ne sont pas des formes statiques.
Ce sont des éléments dynamiques,
qui se manifestent par des impulsions tout aussi spontanément que les instincts. »


l'arbre de vie est essentiellement un ensemble de rapports d'influence et de réflexion,
de sorte que les positions relatives de chaque unité
puissent être aperçues et les rapports entre eux devenir palpables


Les archétypes sont donc doués d'une initiative propre
et d'une énergie spécifique.

ils fonctionnent comme des complexes.
Ils vont et viennent et modifient nos intentions conscientes  

dialiectique conscient/inconscient


L'archétype mobilise tant d'énergie psychique
qu'il exerce, comme les planètes dans l'espace gravitationnel compare Jung,
une force d'attraction qui peut influencer de manière durable le Moi.

l'archétype est inhérent à la structure neuronale,

« La découverte récente de schèmes humains innés en neuropsychiatrie et en sociobiologie contribue aussi à valider l'hypothèse des archétypes. »
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 00:22 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

Otz CHiim ou de l'arbre de vie





glyphe , reduction en un diagramme de forme , cartographie de l'ame de l'homme, avec tous facteurs de l'univers manifestés ainsi que des forces mises en jeu pour cette manifestation,....
de sorte que les positions relatives de chaque unité puissent être aperçues et les rapports entre eux devenir palpables
c'est  un ensemble de rapports d'influence et de réflexion  

c'est une methode plsu qu'un systeme

l'esprit grâce à sa logique d'association de symboles évoquant dans l'esprit des images mais ne les évoquant pas par hasard, obéissant un système d'association nettement définie dans la pensée universelle

Les concepts qui les représentent dépassent la pensée et pourtant la pensée errant de symbole en symbole parvient grâce à eux a fonctionner…
le meqoubal  formule donc un symbole concret que les yeux peuvent voir et le charge de représenter la réalité abstraite qu'aucun esprit humain non entraîner ne peut saisir
il se sert de symboles comme moyen afin de guider sa pensée dans l'invisible, l’incompréhensible,…

L’arbre sephirotique, peut être appréhendé comme le système de la balance,
en effet, nous pouvons déclarer que le système de la balance donne lieu a trois relations fondamentales,


l’équilibre entre les plateaux établit un rapport de corrélation

la suspension commune  des plateaux a un point d’appui et le soutien de tout le système par un support évoque un rapport de subordination

le rôle différent des deux plateau dans la pensée introduit entre les termes opposés une différenciation grâce a laquelle se produit un orientation, intention  ou un courant…

Otz CHiim
ce glyphe contient  l’éclair fulgurant ainsi que la descente de Mezla,

L’arbre de vie n’est pas constitue de concepts statiques mais d’idées en mouvement,
en changement, en relation.

La seule unité est dans le non manifesté

la transmutation entre la force et la forme, le symbole se réalise dans l’abime qu’est le vide entre la force et la forme

 énergie, par ce mot nous désignons la force se fixant  dans la formes, ne se sont pas encore solidifiées en forme, en image, a ces niveaux l’énergie pur est une forme, en chesed et geburah
 
 elle se diversifie en netzach, prend des formes concrète en hod, forme un modèle de base en yesod, et se manifeste physiquement en malkuth par l'acte place de l'homme conscient
 
 En netzach se trouve la force de l’imagination créatrice et les émotions en générale,

en hod nous avons les images concrètes des concepts mentaux et tout ce qui s’entend habituellement par mentalité,

en yesod l’esprit subconscient et les instincts,

malkuth contenant l’homme physique

Le passage du non manifester au manifester, le passage a l'acte par  et en l'homme est comparable a un point-miroir (mirroir comme prototype du virtuel)

Le prototype du virtuel en ce sens est le reflet dans un miroir https://fr.wikipedia.org/wiki/Virtuel

l'homme est a l'image de dieu,... intermediaire entre le ciel et la terre, centre du sablier ,... ou  moins politiquement correct,...les pieds dans la boue ,... la tete dans les etoiles,...
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 00:40 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

chaque sphère est une séphira, une énumération
Les nombres représentent par extension assez curieuse ce qui est dans un visible insaisissable

les sephiroth nous font pénétrer dans le domaine de l'absolu

elles permettent en quelques sorte de s'adapter aux conditions de la relativité,
leurs systèmes
expriment
les conditions d'intelligibilité et d'existence de toute réalité dans l'absolu

les séphiroth expriment l'adaptation de la nature absolue aux conditions de la relativité en fonction de la vie

Au point de vue énergétique, une sephira correspond a un niveau vibratoire donné, mais pour la conscience de l’homme cela est perçu en tant qu’état de conscience

au niveau d’un sephira, l’énergie se trouve a des taux vibratoires constants, par conséquent statique,  feminin¤
alors que l’énergie évolue le long d’un sentier qui est donc, lui, dynamique, actif ,masculin¤

Nous pouvons déclarer également que Séphira (au singulier) provient certainement du mot Sappir, qui veut dire Saphir et symbolise la lumière condensée

La kabbale considère donc que la manifestation primordiale de l'absolu en relatif est fondée sur le nombre

l'homme etant le relatif, l'ephemere , qui tombe sous le joug de Temps (KRONOS) qui de par cette position qu'il occupe ici et maintenant  est lui meme relatif,....

en effet le passage de l'absolu ou relatif implique avant tout la transition de l'unité à la distinction
et toute distinction repose essentiellement sur le nombre

La kabbale considère donc que la manifestation primordiale de l'absolu en relatif est fondée sur le nombre

En effet A mon sens,...et comme je l'ai déjà mentionné,...

la virtuel indéterminé tombe sous le poids et la mesure,... devient déterminé par la pose de l'acte ,... de son actualisation pour devenir tangible

c'est la le processus de densification de la Force/l'ernegie en forme
en sachant qu'a un certain niveau d'energie celui de la force sans entrave le fond est la forme,...sinon la forme est ocndition de moisn en moins par la force mais plus tot par l'energie

le processus d'ideogenese,...
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 00:58 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

'indépendance, considérable, de la sémiologie et du psychisme
inscrire le psychisme d'injonction ou celui de déclaration

Dans le cas où le psychisme est de déclaration,

la sémiologie n'ayant point changé, le verbe dire gouverne l'indicatif

la polysémie des mots n'est pas autre chose qu'un effet de la possibilité sous une même sémiologie d'inscrire des psychismes différents.

a mon sens on peut rapprocher cela a la langue des branche de la kabballe

Le langage des branches, qui utilise les termes du langage perceptif…, du langage puisant sa racine dans nos différentes perceptions de ce que nous percevons de ce qui nous entoure

pour exprimer les mondes supérieurs les termes de ce monde sont  utilisés afin de nommer les choses du monde supérieur , virtuel
ce qui est rendu possible par le fait qu’il existent un ensemble de causes et de conséquence

 lois intervenant entre les monde du ressenti supérieur et le monde perceptif, dans lequel nous évoluons
 (concernant la langue utilisée pour la rédaction de la torah)
 
 la  veritable kabbale quant a elle use sans abuser  des termes proprement kabbalistiques, avec nous le verrons des nombres, des mondes, des sephiroth…(concernant le livre  sepher yetzirah)
 
 Il est a remarque que pour toute discipline nous devons « constituer » un langage commun
afin de se comprendre,
 toutes discipline se trouve dans ce cas de figure,
mais
 il est a noter que la Kabbale ne traite que des mondes voilés, dissimulés,
qui échappent a nos perceptions habituelles,
 notre monde scientifique étudiant
le perceptif quantifiable et qualifiable a l’aide de nos perceptions
 de par nature également limitées ainsi que des nos outils scientifique qui le sont tout autant.


 
 
 
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 01:12 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

 la kabbale donnant  le moyen de pénétrer jusqu'à la signification cachée derrière le symbolisme car celui est un bon serviteur mais un mauvais maitre

Afin de contraindre la raison à écouter le murmure intérieur profond de son moi intérieur

de dépasser les principes de la logique pure dans toute leur rigueur, pour être capable de franchir le seuil du monde…

et de donner au fur et à mesure la possibilité à une connaissance intérieure de se révéler par le « cœur » et ainsi accéder au mondes de ressentit supérieurs
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 03:37 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

alamata a écrit:

le processus d'ideogenese,...

pour etre un peu plus precis,...

ideogenese: Opération de discernement créatrice de la signification du mot.

L'idéogénèse (ou genèse matérielle)
 est productrice de l'idée singulière qui constitue la matière du mot (le sémantème),
alors que la morphogénèse (ou genèse formelle)

est productrice de la catégorie grammaticale (la partie du discours.).

Dans la systématique du mot des langues indo-européennes,
le discernement est l'opération première de production de la matière notionnelle,
qui constitue la " base de mot "

L'opération de discernement est, dans les langues indo-européennes, un mouvement qui va de l'universel au singulier:

Il s'agit de distinguer au sein d'un ensemble contemplé une chose particulière contenue Sur laquelle s'arrête l'esprit et qu'il isole de toute autre, afin de la considérer séparément

quant a
L'opération d'entendement , celle ci  va à rebours, du singulier à l'universel.
Elle " vise à reverser dans l'universel, aux fins d'intellection généralisatrice, le particulier qu'on en a abstrait

On distingue un discernement initial, producteur d'une matière notionnelle particulière constituant le signifié matériel

et un discernement final, au sein même de l'opération d'entendement - discernement (dialectique)
qui a pour objet de diviser l'univers formel insaisissable en deux aspects l'espace et le temps.

le temps etant en définitive émergeant  par le retrait temporaire de l' espace de lui meme tel que dans le concept de  tsimtsoum

cfr l'apsect scsientifique

https://drive.google.com/open?id=0B2dNZadfsyeaSUtaY3lQWWM0QUU

l'ontogenese

Construction du mot dans l'esprit.


L'ontogénèse du mot comporte deux phases:


1.- Une genèse matérielle, créatrice de la signification (p. ex. les idées d'" arbre ", de " courir ", de " vite ") ;
2.- Une genèse formelle, créatrice de la catégorie grammaticale (la partie du discours. : substantif, verbe, adverbe, etc.).


Les deux genèses s'appuient sur un va-et-vient de la pensée entre l'universel et le singulier




 
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 03:49 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

il y a bien liaison du signifié ,le suffisant (le psychique) et du signe (le sémiologique),le necessaire

distinction entre l'humain et le social dans la construction du langage.

Cette distinction se retrouve dans l'opposition entre la structure sémiologique car il doit y avoir un vocabulaire communs de base sur lequel s'appuyer, logos,  et la structure psychique propre a l'individu usant de sa propre dialiectique discenrment-entendement
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 04:32 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

 Les unités dont se recompose un idiome,
 quel qu'il soit,
 ne sont pas de deux mais de quatre espèces réparties entre deux visées orientées au rebours
 
-->L'une particularisatrice, analyse
 
 prend origine à l'universel pour aboutir au singulier:
 
 elle est représentée en cours de développement par des sémantèmes, et à sa limite par des noms propres qui, dépourvus de contenu sémantique, sont des asémantèmes.
 
 
 -->L'autre, généralisatrice, synthese
 prend origine au singulier pour aboutir à l'universel:
 elle est représentée en cours de développement, et surtout aux approches de son terme, par des morphèmes, et à sa limite par des systèmes
 
 La sémiologie (le terme est créé par Saussure) a pour objet l'étude des signes en général et des signes linguistiques en particulier
 
 Le signe (côté physique du langage) n'a d'intérêt que dans sa relation au signifié (côté psychique)
 
 la "loi " régnante en (psycho-)sémiologie est celle, très souple, de convenance du physisme au psychisme, dite de suffisance expressive
 tandis qu'en psychosystématique la loi régnante est " celle, rigoureuse, de la cohérence " necessaire, sociale, commune
 
  Il semble que ce dernier, le psychique, ait seul le gouvernement
 
  i l' est a remarquer, qu'une part majoritaire, qu'on le veuille ou non, de la communication,... passe par la  communication non verbale , qui est l'expression  manifestée directement depuis inconscient, les profondeur du psychisme


Une langue est un ouvrage construit en pensée auquel se superpose un ouvrage construit en signes.

L'ouvrage construit en pensée en représente le mentalisme de signifiance. L'ouvrage construit en signes le physisme de représentation "
Le physisme n'est qu'un moyen d'extériorisation du mentalisme:

il a été inventé pour signifier du mental

Le terme de mentalisme réfère à la langue " en tant qu'ouvrage construit en pensée " et celui de physisme à la langue " en tant qu'ouvrage construit en signes

Le physisme est " insignifiant " (= dépourvu de signification), s'il ne recouvre pas un mentalisme " causateur de signifiance "

Selon Gustave Guillaume , l'erreur de la linguistique traditionnelle, c'est de n'avoir pas essayé de mettre à nu le mentalisme masqué par le physisme de représentation (parole, écriture, pictographie, geste) et donc de n'avoir pas " décroché " le mentalisme du physisme, afin qu'il puisse être seul observé.

Le mentalisme de signifiance doit être perçu à découvert, non couvert par le physisme de représentation.
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Ven 11 Déc - 03:25 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

....



L'univers-espace (U1)
est l'infinitude de départ d'où s'abstrait toute finitude,
et l'univers-temps (U2) représente
une infinitude seconde dans laquelle la finitude préalablement soustraite à l'univers-espace, " trouve son destin propre "

c'est comme le tsimstsoum de l'espace par rapport a l'espace qui laisse place au temps...

Le discriminant de cette représentation antinomique est
l'insertion de la finitude entre les deux infinitudes;
d'où par voie de conséquence les deux aspects que prend cette finitude,
selon qu'elle est saisie dans le mouvement premier (S1)
ou dans le mouvement second (S2)

En d'autres termes,
" la discrimination de l'espace et du temps serait respectivement
celle de la finitude s'abstrayant de l'infinitude et
celle de la finitude dont elle ne s'abstrait pas, qui s'ajoute à elle,
et qui lui est hétérogène, tandis que la première lui demeure homogène "

Il restait à rendre compte de l'impression de statisme attachée à l'espace et de l'impression de cinétisme attachée au temps.

l'espace serait dans la pensée le résultat d'un afflux de l'infini en grandeur à lui-même
tandis que le temps serait le flux de l'infiniment grand à l'infiniment petit.

L'espace repose à l'origine sur le rapport de l'infiniment grand à l'infiniment grand: pas de mouvement du contenu dans le contenant.
d'où le statisme, qui est une caractéristique de l'espace.

Quant au temps, il repose sur le rapport de l'infiniment petit (celui de la finitude de matière) à l'infiniment grand (celui de l'infinitude de forme).

a mon humble avis,...

la notion de temps est référée à celle de mouvement

le temps n'est que la a succession des changements, sans changement pas de temps,...

L'opposition du statisme, propre à l'espace, et du cinétisme, qui caractérise le temps,
amène Guillaume à concevoir l'univers-temps
comme une transfinitude qui n'est autre que l'univers de comportement des finitudes
préalablement individuées dans l'univers-espace (univers d'extraction).

Toute opération de pensée et de langage, demande du temps pour s'accomplir. Ce substrat temporel obligé, nommé temps opératif,
temps nécessaire pour accomplir un ""process"

La représentation vectorielle des phénomènes linguistiques est la pierre angulaire de la psychosystématique du langage

L'étude systématique de la langue est aussi linguistique de position
Cette systématique du signifiant reste en dehors de la psycho-systématique, laquelle ne sort pas du signifié

1.- La systématique du signifié, ou psycho-systématique, " branche nouvelle de la linguistique " dont l'objet est " la découverte et la reconstitution des systèmes psychiques dont se recompose une langue " : la langue est en effet d'abord un ouvrage " construit en pensée " ;

2.- La systématique du signe (au sens guillaumien), qui relève de la sémiologie, et dont fait partie la phonologie: la langue est aussi un ouvrage " construit en signes " chargés de donner corps aux signifiés ;

3.- La systématique des rapports entre signes et signifiés ; cette systématique, que Guillaume nomme psycho-sémiologie, est également considérée par lui comme une branche spéciale et nouvelle
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Ven 11 Déc - 03:32 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

Redites,...

Kéther, la première des sephira, est ce point, qui possède une position mais pas de dimension, il existe de lui-même, on peut lui attribuer le chiffre un

Lorsque la couronne de création est établie, elle devient consciente d’elle-même et n’ayant rien d’autre à connaitre se projette en une image de soi même,

la seconde sephira, ochmah, la sagesse

Vient ensuite binah ou elle prend l’idée de forme et

descend dans la forme via daath, ou la transmutation entre la force et la forme se réalise dans l’abime qu’est le vide entre la force et la forme.

la sephira invisible, se manifeste comme énergie latente, cinétique et équilibrée respectivement en chésed, geburah et tiphereth,

en chesed et geburah les formes dans lesquelles sont fixées la force, que nous nommons énergie, par ce mot nous désignons la force se fixant dans la formes, ne se sont pas encore solidifiées en forme, en image, a ces niveaux l’énergie pur est une forme

elle se diversifie en netzach, prend des formes concrète en hod, forme un modèle de base en yesod, et se manifeste physiquement en malkuth.

En netzach se trouve la force de l’imagination créatrice et les émotions en générale,

en hod nous avons les images concrètes des concepts mentaux et tout ce qui s’entend habituellement par mentalité,

en yesod l’esprit subconscient et les instincts,

malkuth contenant l’homme physique
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Ven 11 Déc - 03:48 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

...

Voir

http://histoiresecrete.leforum.eu/t191-Geometrie-Sacre.htm

...
Revenir en haut
alamata


Hors ligne

Inscrit le: 23 Mar 2011
Messages: 824

MessagePosté le: Ven 11 Déc - 04:08 (2015)    Sujet du message: L'histoire de la magie Répondre en citant

....




KETHER

la forme circulaire
marque l'achèvement la perfection de la forme
car elle n'a ni devant ni derrière ni commencements ni fin

c'est le cercle qui enveloppe tout

le point est la figure géométrique la plus simple
et là concrétion d'un centre dans le grand cercle
le point exprime cette unité transcendante comme un dynamisme irréductible
c'est la manifestation sur le point de devenir manifeste

Le tsimtsoum de l'espace sur lui même pour laisser place au temps ,...

chronos qui peut être assimilée à Kéther
Kronos est un concept appelé le premier principe : le temps
d'ou vinrent le chaos, l'infini et les terres,
le fini le chaos étant entouré par la nuit
et un œufs se formait dans les ténèbres
le centre de l’œuf était Phanies,
lumière, créateur avec nuit
du ciel et de la Terre

dans le panthéon égyptien
on peut remarquer par exemple qu’ Aton
provient de la racine signifiant à la fois ne pas être et être complet
ce qui correspond bien aux aspects doubles de Kéther
de manifester et non manifester
l'alpha et l’Omega le commencement et de fin



Ockmah

C'est le temps emergant du tsimtsoum de l 'espace sur et par lui meme en action positive, dynamique de mise en forme en Binah



la desscente de la force en liberté dans des moules qui opèrent alors en tant qu'unité
de cette façon unité de force n'est plus inconditionné
mais doit opérer en relation avec les autres forces
qui participent à la formation du modèle dont elle fait parti

la force ainsi conditionnée est maintenant capable de prendre sa place dans le systeme complet

les entitees quoique parfaites sont incapable de croitre dans les conditions parfaitement libre de la non manifestation ou dans les niveaux au dessus des niveaux de formes
pour qu’ils puissent y avoir un développement quelconque
en effet la capacite de l’action individuelle s’acquiert par la venue dans les facteurs de limitations de la forme

le but veritable est l’acquisition de l’experience dans la forme

l’evolution indivuduelle ne peut se produire que par la la douleur en passant d’une tristesse a l’autre
la douleur est tranfere de la de force negative et destructrice en force positive et constructive
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:59 (2016)    Sujet du message: L'histoire de la magie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Histoires alternatives -> Astronomies - Cosmologies - Magies et Religions anciennes Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 3 sur 4

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylStargate theme by SGo