Histoire Secrète Index du Forum Histoire Secrète
Le passé de notre humanité avec ses mystères et ses secrets
 
 FAQ   Rechercher   Membres   
 S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Exemple d'echanges longues distances dès le neolitique moyen (V eme millénaire)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Mystères des Civilisations et Monuments étranges du passé -> L' Europe Mégalithique et Néolithique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 6 632

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 01:41 (2016)    Sujet du message: Exemple d'echanges longues distances dès le neolitique moyen (V eme millénaire) Répondre en citant




Pendant tout le Ve millénaire et partie du IVe millénaire av. J.-C., l'Europe néolithique est touchée par la circulation de grandes haches polies en jades (jadéitite, omphacitite et éclogite). L'extension de ce réseau d'échange atteint 3 500 km d'ouest en est et plus de 2 000 km du nord au sud.
On en a retrouvé dans les grands cairns (tombes)  megalithiques en bretagne par exemple.

En 2003, des chercheurs du CNRS identifient l'origine de ces haches en roches précieuses dans les Alpes italiennes, en particulier dans le massif du Mont Viso entre 1 700 et 2 400 m d'altitude.

Ce film documentaire retrace la découverte des carrières alpines et les conditions de production de ces haches exceptionnelles lors d'expéditions saisonnières. Les raisons profondes de cet intérêt particulier pour les jades alpins pendant le Néolithique sont à chercher dans les inégalités sociales et les rituels religieux, pour le contrôle d'objets sacrés réservés aux élites. C'est certainement la raison pour laquelle ces objets extraordinaires ont atteint la Bretagne à l'ouest, l'Irlande, l'Ecosse et le Danemark au nord, la Bulgarie et le nord de la Grèce à l'est, la Sicile au sud, dans un système de croyances religieuses partagées à l'échelle de l'Europe actuelle.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 01:41 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mitra
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Jan 2011
Messages: 6 632

MessagePosté le: Jeu 4 Fév - 17:56 (2016)    Sujet du message: Exemple d'echanges longues distances dès le neolitique moyen (V eme millénaire) Répondre en citant

Idea Le cas de la variscite d'Espagne , comme les haches en jade du domaine Alpin illustre bien ce reseaux d'echange longue distance au V eme millenaire
dont L' armorique est une des places principales.

Mitra a écrit:
Merci pour la carte Neith.

Les conclusions de travaux d' Herbaut ET Querré sont pour moi edifiantes. même si c'ets un peu long ca doit etre lu avec attention pour mieux comprendre
le mégalithisme armoricain et ses relations avec la zone mediterranéenne.

Je cite:

"elle situe non pas l'apparition des tumulus à la fin du VIe millénaire, mais plutôt le début de la circulation de la variscite ibérique en Europe occidentale. L'image qui émerge est celle d'un circuit d'échanges réguliers qui est bien en place entre les deux péninsules vers le milieu du Ve millénaire. Au même moment, dès le Chasséen ancien, le Languedoc-Roussillon et une partie de la Provence sont également concernés, malgré le manque d'analyses comparatives avec la Catalogne. Il faut attendre celles qui sont prévues pour le matériel du site campaniforme "le Mourrai" à Trèbes (Aude) (Vaquer, 1998 ; communication personnelle).
Par ailleurs, la mode des grandes haches d'apparat, en provenance du quart nord-ouest des Alpes, se répand sur l'Europe occidentale durant le Ve millénaire (Pétre- quin et al, 1997 et 2002). Celle-ci concerne peu le territoire ibérique à l'exception notable de la Catalogne où la présence de certains types induit une probable relation avec la zone carnacéenne (Cassen et Pétrequin, 1999). D'un autre coté, les perles catalanes sont rares en domaine montagnard alpin ou jurassien (fig. 1). Mais les deux productions se trouvent intimement mêlées au sein des dépôts funéraires des grands tumulus sud-armoricains. Ceux-ci sont édifiés lors du Cas- tellic ancien et de l'Auzay-Sandun, soit la deuxième moitié du Ve millénaire. La présence de haches de type méridional (5000 à 4500 avant notre ère) mêlées à celles de type septentrional (4500 à 4000 avant notre ère) pose la question de la thésaurisation de ces objets sur plusieurs siècles et ceci avant leur dépôt dans des caveaux (Herbaut, 2000). La présence de variscite dans ces ensembles autorise le même genre de questionnement. En effet, la date de Plichancourt sert à l'hypothèse selon laquelle les pendeloques oblongues sont arrivées en Г Armorique dès le début du Ve millénaire. Certaines ne font que transiter en direction de l'Est de la France tandis que les plus belles pièces sont retenues et conservées avant d'être placées dans les caveaux des tumulus quelques siècles plus tard. La présence du groupe danubien de Villeneuve-Saint-Germain au nord de Rennes vers 4800-4700 avant notre ère (Cassen et al, 1998) laisse penser que l'ensemble de la région est en cours de néolithisation à cette date pour le moins. Mais la variscite, tout comme les haches de type ancien, concrétise la puissance et l'antériorité des influx culturels et sociaux en provenance des régions méditerranéennes. Ce phénomène a déjà été suggéré dans le cas des populations du Mésolithique final armoricain et poitevin (Marchand, 2000). La variscite circule le long d'un axe littoral atlantique dans lequel l'Aquitaine paraît absente alors qu'elle en est le lieu de passage obligé par voie terrestre. Mais les alluvions de la Garonne oblitèrent peut-être notre compréhension des événements. Quoiqu'il en soit, la navigation par

cabotage dès le Néolithique ancien est fortement supposée dans le cas de l'essor du Cardial de type Ligure en Languedoc oriental (Manen, 2002). Rien ne s'oppose à des contacts maritimes sur ce mode entre le golfe du Morbihan et le Finisterre galicien. Cependant certaines régions, comme le littoral sud-armoricain, le Poitou, le Toulousain, le Languedoc oriental et la vallée du Rhône, intègrent le circuit de diffusion de ce minéral. Or, dans toutes celles-ci, on relève la présence de sépultures, qu'elles soient mégalithiques ou non, mais dont le mobilier est exceptionnel. Par contre, dans le Bassin parisien et la Normandie, qui comportent des nécropoles monumentales, ou bien encore dans l'Est de la France, on préfère la constitution de dépôts non funéraires. Cette pratique s'inscrit dans la lignée de la sphère rubanée et la prolonge tout au long de ce millénaire le long de la frontière culturelle que l'on distingue entre la zone septentrionale (Bassin parisien, Nord et Est de la France) et les régions méridionales auxquelles se rattache la façade atlantique (Pétrequin era/., 2002).
Une fois de plus Г Armorique s'annonce comme étant une région particulièrement riche en vestiges relatifs à la néolithisation, que cela soit sous l'angle Mésolithique final/Néolithique ancien ou sous celui de la rencontre des sphères méridionale et septentrionale. La variscite, avec son origine lointaine, son mode de circulation et sa chronologie, apporte un élément à cette enquête complexe. Elle démontre que des réseaux d'échange à longue distance sont en place dès le début du Ve millénaire. Elle laisse soupçonner l'existence d'artisans joailliers à plein temps travaillant au service d'élites. Celles-ci se livrent à une compétition dont l'une des modalités est la propagation de ces objets hors du commun. Mais l'originalité réside dans le fait que ceux-ci sont progressivement soustraits, vers le milieu du Ve millénaire, du monde des vivants et se voient réservés à quelques individus enfouis sous des tombes. Bien que cette coutume ait été souvent relevée dans le cas des populations préhistoriques ou dans des situations ethnologiques, il traduit un choix culturel tourné vers l'inégalité des conditions et la constitution d'un pouvoir basé sur l'hérédité et la tradition, le tout associé à une mentalité religieuse donnée. Or, c'est de ce genre de situation, où se mêlent le matériel et "l'idéel", que peut émerger une société (proto)étatique (Godelier, 1984). Celle-ci s'engage sur la route de choix techniques orientés et dans la délimitation des différences sociales qui sont perceptibles dans l'étude des vestiges funéraires. S'il nous reste à comprendre quels en sont les déterminismes profonds, il n'en reste pas pour le moins que l'examen de la parure s'affiche comme l'une des voies de raisonnement parmi tant d'autres. ■
Remerciements : ce travail est issu d'une recherche doctorale portant sur la parure néolithique dans l'Ouest de la France achevée en 2001. Celle-ci, effectuée sous la direction de M. Serge Cassen (laboratoire de Préhistoire, université de Nantes, CNRS, UMR 6566) n'aurait pu parvenir à son terme sans le soutien constant de ce chercheur et l'aide d'autres membres de l'UMR.
Bulletin de la Société préhistorique française
Etude complete içi: http://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_2004_num_101_3_13029
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:52 (2017)    Sujet du message: Exemple d'echanges longues distances dès le neolitique moyen (V eme millénaire)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Histoire Secrète Index du Forum -> Mystères des Civilisations et Monuments étranges du passé -> L' Europe Mégalithique et Néolithique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylStargate theme by SGo